60 directeurs financiers ne peuvent pas se tromper… L’IA peut aider les comptes créditeurs

la méthode la plus efficace Même les plus grandes entreprises interrogées

Ce qui est en jeu

Les données – qui proviennent directement des directeurs financiers d’entreprises, représentant un large éventail de secteurs – révèlent que les retards ont affecté au moins un domaine du cycle source-paiement au cours de l’année écoulée pour près des deux tiers des directeurs financiers. Ils ont le plus souvent cité des retards dans l’exécution des paiements et les autorisations au cours de l’année écoulée.

Réinitialiser ce paradigme à l’aide d’outils d’automatisation de l’intelligence artificielle (IA) pourrait réduire le besoin d’implication humaine de ces entreprises et accélérer les paiements.

Seulement 17 % des entreprises gèrent leurs systèmes source-to-pay en grande partie sans intervention humaine Cependant par conséquent, être plus lents à la mettre en œuvre.

Ce ne sont là que quelques-unes des conclusions détaillées dans «Cycles des comptes créditeurs : le potentiel de l’IA», une collaboration avec Optimalela deuxième édition de PYMNTS Intelligence « Le projet C(AI)O 2024.» Cette série propose un récapitulatif mensuel des acteurs et innovateurs utilisant l’IA pour révolutionner la façon dont ils gèrent les éléments clés de leur entreprise. Cette édition examine le potentiel de l’IA dans les cycles source-to-pay. L’étude s’appuie sur les résultats d’une enquête menée du 5 au 15 mars auprès de 60 directeurs financiers d’entreprises américaines ayant généré au moins 1 milliard de dollars de chiffre d’affaires l’année dernière.

/h2>

Ils sont plus de deux fois plus nombreux à utiliser cinq ou six systèmes pour l’AP.

Ceux qui gagnent entre 1 et 5 milliards de dollars de revenus sont plus susceptibles d’utiliser un seul système. Vingt et un pour cent de ces « petites » entreprises le font.

L’exécution des paiements est la partie la plus humaine du cycle source-to-pay. Quarante-deux pour cent de toutes les entreprises interrogées utilisent le contact humain pour la majeure partie ou la totalité de cette partie du processus. À l’inverse, la moindre interaction humaine provient de la saisie, de la réception et de l’approbation des factures, que près de la moitié, soit 48 %, des entreprises automatisent ces tâches. Les entreprises sont plus susceptibles d’utiliser des systèmes automatisés pour des tâches pour la plupart routinières. À leur tour, les tâches nécessitant davantage de jugement humain, telles que l’exécution des paiements et l’intégration des fournisseurs, nécessitent davantage d’implication humaine.

42%

L’utilisation de moins de systèmes source-paiement se traduit par moins de retards de paiement.

Les données le confirment.

tandis que les entreprises disposant de cinq ou six systèmes différents ont signalé une moyenne de 24 jours de retard. Et rappelez-vous : plus d’un tiers des entreprises de notre échantillon utilisent cinq ou six systèmes.

Cela confirme une fois de plus que disposer d’un système capable d’exécuter le cycle de la source au paiement est le moyen le plus efficace de réduire les retards dans le DPO.

et de plus de délais – sont moins susceptibles d’apprécier les avantages potentiels de la technologie de l’IA.

Cependant Parmi les directeurs financiers qui ont déclaré que l’accès à l’IA pour les systèmes source-to-pay n’était pas du tout ou légèrement important

Conclusion

ce que 63 % des directeurs financiers ont connu. Ces retards incluent les domaines de l’intégration des fournisseurs et du rapprochement des factures, qui peuvent nuire à la livraison des produits ou des services. Et à mesure que de plus en plus de systèmes sont impliqués dans le cycle source-to-pay, davantage de retards s’ajoutent au DPO.

Cependant, seulement 13 % des entreprises utilisent un seul système pour gérer leur cycle source-paiement, même si ces entreprises sont confrontées à 48 % de retards en moins ajoutés au DPO. Même si les directeurs financiers comprennent l’importance d’optimiser leurs systèmes, rares sont ceux qui y sont parvenus. Ces entreprises ont la possibilité d’adopter la technologie de l’IA pour rationaliser leurs systèmes, mais elles auront peut-être besoin de plus de temps ou d’une solution pour les aider à y parvenir.

Méthodologie

« Cycles des comptes créditeurs : le potentiel de l’IA » est basé sur une enquête menée auprès des directeurs financiers américains du 5 au 15 mars. Le rapport explore le potentiel d’intégration de l’IA avec les cycles de la source au paiement. Notre échantillon comprenait des entretiens avec 60 directeurs financiers d’entreprises américaines qui ont généré au moins 1 milliard de dollars de revenus l’année dernière dans plus de 19 secteurs différents.

Lire l’édition précédente du Rapport C(AI)O 2024 Série « Impact élevé, récompense importante : rencontrez le directeur financier axé sur GenAI » pour plus.