L'acteur qui avait besoin de deux chirurgies à cœur ouvert après le tournage


Il y a seize ans, La Passion du Christ sortait en salles. Le public a été averti de se préparer à une représentation vraiment authentique de la crucifixion du Christ.

Des coups aux fouets et enfin, l’acte d’être pendu à une croix, l’acteur Jim Caviezel, qui incarne le Christ dans le film, peut dire qu’il a vraiment souffert pour sa profession.

Comment Jim Caviezel a obtenu le rôle

Jim Caviezel a accepté le rôle de Jésus-Christ, estimant que c’était un honneur de représenter une figure aussi centrale de l’histoire.

Il a expliqué au National Catholic Register en 2004 que le réalisateur Mel Gibson n’était pas venu tout de suite et lui avait demandé de jouer le Christ. La star de Lethal Weapon a dû vérifier Caviezel en premier.

L'acteur qui avait besoin de deux chirurgies à cœur ouvert après le tournage

«Tout a commencé lorsque j’ai reçu un appel téléphonique de mon agent me disant cela… Mel Gibson’s [business] partenaire, voulait me rencontrer… Ce que j’ai trouvé plus tard… c’était juste un front pour voir à quoi je ressemblais vraiment… [Mel] a demandé : «Vous savez comment Jésus est vraiment mort?» Et ça m’a frappé et j’ai juste dit: «Vous voulez que je joue Jésus, n’est-ce pas?» Il s’est arrêté et m’a regardé et a dit: «Ouais».

L’acteur a été gravement blessé sur le tournage

Les blessures physiques de Caviezel étaient importantes. Même si le réalisateur et l’équipe ont tenté de protéger l’acteur contre les blessures, il a néanmoins subi des blessures.

“Ce film a été une torture dès le début sous toutes ses formes”, a-t-il poursuivi dans sa conversation avec le média. «J’ai été craché dessus, battu et j’ai porté ma croix pendant des jours, encore et encore sur la même route; c’était brutal… Les gens m’ont demandé : «Aviez-vous peur d’obtenir ce film?» Et je dis: «Oui, une partie de moi.» »

Jim Caviezel comme Jésus-Christ dans «La passion du Christ»

L’homme de 51 ans a décrit comment, lors d’une scène où le Christ est fouetté avec une corde de cuir, la plupart des grèves l’ont évité, comme elles étaient censées le faire.

Mais “l’un d’eux a raté et il m’a frappé, au ras, juste dans le dos”, a-t-il déclaré. «Ça m’a arraché la peau du dos, mais je ne pouvais pas crier parce que la douleur me coupait le vent. C’était tellement horrible que ma voix s’est éloignée de moi, plus vite que je ne pouvais crier. »