in

L'Allemagne dément que Johnson prétende qu'il voulait que l'Ukraine perde rapidement face à la Russie

Merci pour votre inscription !

Accédez à vos sujets favoris dans un flux personnalisé lorsque vous êtes en déplacement.

L’Allemagne a riposté à une affirmation de l’ancien Premier ministre britannique Boris Johnson selon laquelle le pays voulait que l’Ukraine “se replie” dès l’invasion de la Russie.

L'Allemagne dément que Johnson prétende qu'il voulait que l'Ukraine perde rapidement face à la Russie

Johnson a décrit ce qu’il a qualifié d’attitude de plusieurs pays, dont la France et l’Allemagne, avant l’invasion.

Il a dit: “Je vais vous dire une chose terrible. La eyesight allemande était à un minute donné que si cela devait arriver, ce qui serait un désastre, alors il valait mieux que tout se termine rapidement, et pour L’Ukraine se pliera.”

Il a dit qu’il y avait “toutes sortes de bonnes raisons économiques” pour adopter ce stage de vue.

Mercredi, Steffen Hebestreit, porte-parole du gouvernement allemand, l’a qualifié de « non-sens whole » lors d’une conférence de presse.

“Nous savons que l’ancien Premier ministre très divertissant a toujours sa propre relation avec la vérité, également dans ce cas ici”, a-t-il déclaré, selon la traduction de The Guardian. Johnson a été évincé de ses fonctions in addition tôt cette année après de multiples scandales, notamment des accusations d’avoir induit le Parlement en erreur.

Hebestreit a souligné le soutien militaire de l’Allemagne à l’Ukraine comme preuve qu’elle ne voulait pas qu’elle perde.

Cependant, l’Allemagne a été nettement plus lente que les autres pays occidentaux à aider, ce qui a suscité des critiques en interne et de la component du gouvernement ukrainien.

Avant le début de l’invasion, l’Allemagne a refusé de se joindre aux attempts de nations comme les États-Unis et le Royaume-Uni pour envoyer des armes en Ukraine, et a été mise au pilori par les Ukrainiens pour avoir offert à la area une cargaison de 5 000 casques.

Dans les premières semaines de l’invasion, Andrij Melnyk, alors ambassadeur d’Ukraine en Allemagne, a tweeté avec irritation que les appels de son pays à l’aide militaire allemande n’avaient été accueillis que par “juste moquerie”.

Au 15 novembre, le gouvernement allemand a déclaré avoir fourni à l’Ukraine 1,7 milliard de bucks d’aide militaire, contre quelque 2,8 milliards de bucks du Royaume-Uni et près de 20 milliards de bucks des États-Unis, qui sont de loin le as well as grand soutien militaire de l’Ukraine.

Lors d’une conférence de presse mercredi, le chancelier allemand Olaf Scholz a condamné les attaques aveugles du président Vladimir Poutine contre les infrastructures civiles ukrainiennes, a rapporté Deutsche Welle. La Russie “ne peut additionally gagner sur le champ de bataille, cela semble clair”, a-t-il déclaré, selon le média.

Johnson a également parlé de la France, en disant: “Ne doutez pas que les Français ont été dans le déni jusqu’au dernier instant.”

Cette évaluation semblait être confirmée par l’éviction, en mars, du chef du renseignement français de l’époque, Eric Vidaud, pour incapacité à anticiper l’invasion russe, comme l’avait rapporté la BBC à l’époque.

Bien qu’il ait été politiquement assiégé au niveau countrywide tout au lengthy du conflit ukrainien, Johnson a développé des liens étroits avec le président Volodymyr Zelensky avant de démissionner et d’être largement célébré en Ukraine.

En fin de compte. l’UE a “brillamment réussi” malgré son “anxiété” initiale concernant les réactions des États membres à l’agression de Poutine.

“Ce qui s’est passé, c’est que tout le monde – Allemands, Français, Italiens, tout le monde, Joe Biden – a vu qu’il n’y avait tout simplement pas d’autre choix”, a-t-il déclaré au média. “Parce que vous ne pouviez pas négocier avec ce form. C’est le point clé.”