Apple et Facebook ont ​​échangé des barbes cette semaine sur lesquels l’un d’eux exploite davantage ses utilisateurs.




Apple a porté le premier coup jeudi dans une lettre adressée à des organisations à but non lucratif, notamment Human Legal rights Enjoy et l’Electronic Frontier Basis, affirmant qu’elle ne récupérait pas les données détaillées des utilisateurs pour les vendre à des tiers. Facebook adopte une « approche très différente », a déclaré Apple.

Apple et Fb se demandent qui exploite le moreover les données des utilisateurs

« Non seulement ils permettent le regroupement des utilisateurs en segments plus petits, mais ils utilisent des données détaillées sur l’activité de navigation en ligne pour cibler les publicités », a déclaré Apple dans la lettre, qui a été rapportée pour la première fois par Bloomberg.


« Les dirigeants de Fb ont ​​clairement indiqué que leur intention était de collecter autant de données que probable sur les produits propriétaires et tiers pour développer et monétiser les profils détaillés de leurs utilisateurs, et ce mépris de la confidentialité des utilisateurs proceed de s’étendre pour inclure davantage de leurs produits. »

accusant Apple d’abuser de sa posture dominante pour en profiter.

Il a également accusé Apple d’avoir envoyé la lettre comme une « distraction » des problèmes de confidentialité apparus la semaine dernière après qu’une série d’ordinateurs Mac aient eu des difficultés à ouvrir des programs. Le chercheur en sécurité Jeffrey Paul a déclaré dans un blog site que c’était parce que macOS avait commencé à collecter des données auprès des utilisateurs.

« La vérité est qu’Apple a étendu ses activités à la publicité et, grâce à ses prochains changements iOS 14, tente de déplacer World wide web gratuit vers des purposes et des companies payants dont ils profitent », a déclaré Fb.

« En conséquence, ils utilisent leur placement dominante sur le marché pour préférer eux-mêmes leur propre collecte de données tout en rendant presque not possible pour leurs concurrents d’utiliser les mêmes données. Ils prétendent que c’est une problem de confidentialité, mais c’est une dilemma de gain », indique le communiqué.

« Tout cela fait partie d’une transformation de l’activité d’Apple, qui abandonne les produits matériels innovants en logiciels et supports basés sur les données.

La lettre d’Apple aux organisations à but non lucratif défendait sa décision de retarder le déploiement d’une nouvelle fonctionnalité majeure de confidentialité qui signifiera que les utilisateurs d’iPhone devront explicitement choisir d’accepter les traqueurs d’annonces, plutôt que de les laisser tranquillement commencer à suivre les utilisateurs par défaut lorsqu’ils téléchargent un application.

La fonctionnalité devait être déployée sur les iPhones équipés d’iOS 14 en septembre, mais après que plusieurs développeurs, dont Facebook, se soient plaints de la réduction de leurs revenus publicitaires, Apple a retardé le déploiement jusqu’au début de 2021 pour donner aux développeurs le temps de s’adapter.

Les organisations à but non lucratif ont critiqué le déploiement reporté moreover tôt cette année, affirmant qu’il exposait les utilisateurs à une publicité politique ciblée pendant les élections américaines.