L’armée française soutiendra les services publics mis à rude épreuve par l’épidémie de coronavirus, a déclaré le président Emmanuel Macron, alors que le nombre de morts dans le pays a atteint 1 300.

La France, comme d’autres nations, a déjà imposé une interdiction nationale des mouvements non essentiels et fermé des écoles et des restaurants dans le but de stopper la propagation de la pandémie.



L’opération militaire, baptisée « Résilience », se concentrera sur « l’aide et le soutien à la population, ainsi que sur l’aide aux services publics face à l’épidémie en France métropolitaine et à l’étranger », a indiqué mercredi Macron.

« L’unité et le courage nous permettront de surmonter cela, nous n’en sommes qu’au début, mais nous tiendrons », a ajouté Macron, déclarant que la France était « en guerre ».

Ces commentaires sont intervenus après que le président a visité un hôpital militaire de campagne mis en place par l’armée dans la région orientale de Mulhouse, qui a été durement touchée par le coronavirus.

« Toute la nation s’est mobilisée » dans la lutte contre la maladie, a expliqué un Macron masqué, qui a également promis davantage d’investissements pour les hôpitaux.

Paris va réduire les services de métro et de train

Des responsables ont déclaré mercredi que Paris réduirait également les services de métro et de train au minimum dans la capitale et sa banlieue et fermerait deux de ses aéroports alors que le pays étend les mesures de verrouillage.

Les opérateurs ont déclaré que l’objectif était de maintenir juste assez de trains en circulation pour les agents de santé et autres personnes qui doivent se rendre au travail pendant la crise des coronavirus.

La police procède à des vérifications dans les gares pour empêcher les déplacements inutiles, notamment par les personnes qui espèrent échapper à l’isolement dans les grandes villes.

Fermeture du principal aéroport national français

Mercredi également, l’opérateur des aéroports de Paris, ADP, a annoncé qu’il fermerait temporairement l’aéroport d’Orly, la principale plaque tournante nationale, aux vols commerciaux en raison de la baisse « importante et soudaine » du trafic passagers en raison des restrictions de voyage liées aux coronavirus.

« Hier, le trafic passagers à Orly a baissé de 92% et de 89% à Charles de Gaulle », a déclaré le directeur général d’ADP Edward Arkwright à la presse.

Le groupe avait déjà fermé plusieurs terminaux dans les deux aéroports alors que les compagnies aériennes réduisaient les vols.

La France a signalé 1 331 décès officiels de coronavirus depuis le premier cas signalé en janvier. Plus de 11 500 personnes ont été testées positives pour le virus.

Le gouvernement annoncera dans les prochains jours la durée des mesures de verrouillage du pays, a déclaré la porte-parole Sibeth Ndiaye.

(AFP)