Les groupes terroristes en Afrique ont tué et déplacé des milliers de personnes, et la France a pris la tête des puissances étrangères qui tentent de les combattre.



En août, une opération antiterroriste française dans le nord du Mali a tué le chef de l’État islamique dans le Grand Sahara (EIGS), vengeant quatre soldats américains tués au Niger en 2017.

Le président français Emanuel Macron a révélé en septembre qu’une frappe de drones français avait tué Adnan Abu Walid al-Sahrawi, le chef de l’ISGS, tandis qu’une force terrestre d’opérations spéciales françaises prenait d’assaut le camp terroriste dans lequel al-Sahraoui se cachait.



L’élimination d’une cible d’une telle valeur met en évidence la guerre silencieuse mais powerful menée en Afrique contre les groupes terroristes. Plusieurs pays européens dont les États-Unis ont contribué à la lutte, mais c’est la France qui a pris les devants.

Points chauds du terrorisme

Des soldats français recherchent des engins piégés lors de l’opération Burkhane dans le nord du Burkina Faso, le 12 novembre 2019.

MICHELE CATTANI/

L’Afrique a développé plusieurs details chauds du terrorisme. Boko Haram en Afrique de l’Ouest, al-Shabaab en Afrique de l’Est, l’EIGS au Sahel et d’autres groupes affiliés à l’Etat islamique et à Al-Qaïda en Afrique du Nord ont tué des centaines et déplacé des milliers.

L’implication de la France au Sahel remonte à 2012, lorsque des militants islamistes ont surpris le monde en capturant presque tout le Mali dans une campagne rapide.

La France a déployé plus de 5 000 soldats dans la région dans le cadre d’une mission appelée opération Barkhane et a réussi à vaincre les djihadistes, qui se sont regroupés et ont lancé une insurrection.

Le G5 Sahel – un regroupement régional du Burkina Faso, du Tchad, du Mali, de la Mauritanie et du Niger – est toujours confronté à un grave problème de terrorisme, l’ISGS constituant la menace la moreover évidente.

L’ISGS et d’autres organisations terroristes utilisent la zone pour mener des attaques dans la région mais aussi pour former des individus à attaquer les pays occidentaux. Le terrain – désertique et forestier – rend la law enforcement de la région extrêmement difficile.

« C’est un environnement difficile. De très grandes distances avec très peu de monde. Les terroristes sont très mobiles et utilisent des Toyota [with mounted guns] et des motos pour se déplacer. Les journées sont longues et nous avons rarement [sic] trouver les terroristes. Mais quand nous les trouvons, nous les détruisons « . Le parachutiste et d’autres ont parlé anonymement afin de décrire leurs opérations.

Le logo de la Pressure opérationnelle Takuba sur une base militaire à Menaka, au Mali, le 3 novembre 2020.

DAPHNE BENOIT/

En raison de ses liens étroits avec les pays du Sahel, dont beaucoup étaient des colonies françaises, la France a pris la tête de la lutte contre le terrorisme dans la région.

En as well as du déploiement de troupes conventionnelles, Paris a lancé une unité internationale d’opérations spéciales, la Activity Pressure Takuba, pour y combattre le terrorisme en formant les militaires locaux et en menant des missions de reconnaissance stratégique et des raids.

Plusieurs pays, dont l’Irlande, la Suède, la Norvège et le Royaume-Uni, ont engagé des commandos dans le groupe de travail. Les États-Unis se sont également joints à nous, déployant des Navy SEALs et des opérateurs des forces spéciales de l’armée dans la région pour previous et conseiller les militaires locaux et mener leurs propres opérations.

Une de ces opérations en octobre 2017 a tragiquement mal tourné. Un groupe de soldats américains et nigériens retournant à leur foundation a été pris en embuscade par des combattants de l’ISGS. Cinq soldats nigériens, deux bérets verts américains et deux soldats américains fournissant un soutien direct ont été tués.

L’assassinat d’Al-Sahraoui près de cinq ans furthermore tard montre à quel point la France et ses partenaires ont poursuivi le combat.

Une alliance précieuse

Des Marines américains et des soldats français s’entraînent pour des opérations militaires en terrain urbain à Tombouctou, au Mali, le 16 avril 2021.

Commandement des États-Unis pour l’Afrique/Sgt. Guillaume Chockey

Alors que les relations américano-françaises ont parfois été tendues – la furthermore récente querelle survenant après que l’accord de défense américano-britannique-australien a sabordé un accord sur les sous-marins français avec Canberra – la coopération entre Washington et Paris a été extrêmement précieuse, en particulier en Afrique.

« Les Américains ont été très importants ». citant les plates-formes américaines dédiées au renseignement, à la surveillance et à la reconnaissance, que les Français n’ont pas, et les drones américains, dont les Français en ont peu.

« Nous travaillons ensemble pour un seul objectif. Nous avons les soldats en Afrique, mais ils ont la technologie. Alors nous nous soutenons mutuellement. C’est une belle relation, et c’est bien de les avoir à nos côtés », a ajouté le légionnaire.

Le renseignement est probablement l’élément le additionally important pour mener des opérations dans une zone aussi vaste que le Sahel.

Trouver un individu ou de petits groupes de militants par eux-mêmes est presque unattainable dans une telle étendue, ce qui rend le renseignement essentiel pour trouver et frapper leurs camps d’entraînement ou leurs bases.

Un soldat français de l’opération Barkhane à Tombouctou, le 9 septembre 2021.

MAIMOUNA MORO/

Ces informations proviennent principalement de deux resources : l’intelligence humaine et l’intelligence électromagnétique.

Les troupes d’opérations spéciales sont essentielles pour atteindre l’intelligence humaine. Ils mènent des raids et capturent des terroristes qui peuvent fournir plus d’informations pour permettre as well as de raids. Des rapports suggèrent que les Français ont tué al-Sahraoui sur la base de renseignements fournis par des djihadistes capturés.

« Les Français sont un grand allié. Nous travaillons régulièrement avec eux dans le cadre d’opérations conjointes » en Afrique.

Les Français  » connaissent leur métier et sont assez acharnés, et ils ont de bonnes raisons de l’être. Au cours des 6 ou sept dernières années, des centaines de leurs civils ont été tués par des terroristes islamistes « , a déclaré l’opérateur.

Les forces françaises « ont un lien fort avec la région et peuvent parfois opérer beaucoup plus lucidement que nous. Elles connaissent la culture, l’histoire et la langue. Cela a été un privilège de se battre à leurs côtés », a ajouté le Béret vert.

Cette coopération en Afrique pourrait cependant toucher à sa fin. Cet été, Macron a annoncé que la France réduirait considérablement sa présence militaire au Sahel, supprimant 2 500 à 3 000 soldats sur les 5 000 qui y sont déployés.

Des soldats français jouent aux cartes alors qu’ils établissent leur camp dans la région du Gourma au Mali, avant le début de l’opération Barkhane dirigée par les Français, le 26 mars 2019.

DAPHNE BENOIT/

Certains partenaires locaux ont emboîté le pas, décidant de réduire leur propre présence militaire. Le Tchad a réduit de moitié sa force antiterroriste dans la région.

Les États-Unis ont également réduit leur empreinte militaire en Afrique, mais les forces d’opérations spéciales américaines restent très demandées dans la région.

Lorsqu’une branche de l’EI a menacé de déstabiliser le Mozambique, le gouvernement s’est tourné vers les États-Unis et leurs forces d’opérations spéciales pour obtenir une help antiterroriste.

Alors que les efforts de lutte contre le terrorisme des États-Unis et de leurs partenaires au Moyen-Orient ont souvent reçu le additionally d’attention et de ressources, l’Etat islamique et Al-Qaïda, leurs affiliés et d’autres groupes continuent de constituer une menace tout aussi grave, sinon as well as, pour les pays africains..