Une vaste Ă©tude observationnelle suggĂšre que le traitement avec le mĂ©dicament antipaludique chloroquine ou son hydroxychloroquine analogue (pris avec ou sans les antibiotiques azithromycine ou clarithromycine) n’offre aucun avantage pour les people atteints de COVID-19. L’Ă©tude a analysĂ© les donnĂ©es de prĂšs de 15 000 clients atteints de COVID-19 recevant une combinaison de l’un des quatre schĂ©mas thĂ©rapeutiques et de 81 000 tĂ©moins.

Le traitement avec ces médicaments chez les individuals atteints de COVID-19, seul ou en affiliation avec des antibiotiques macrolides, était lié à un risque accru de difficulties graves du rythme cardiaque chez ces clients.

Aucune preuve de bénéfice pour la chloroquine et l'hydroxychloroquine chez les patients COVID-19, selon une étude

Les chercheurs suggĂšrent que ces schĂ©mas thĂ©rapeutiques ne devraient pas ĂȘtre utilisĂ©s pour traiter COVID-19 en dehors des essais cliniques jusqu’Ă  ce que les rĂ©sultats des essais cliniques randomisĂ©s soient disponibles pour confirmer l’innocuitĂ© et l’efficacitĂ© de ces mĂ©dicaments pour les sufferers COVID-19.

La chloroquine est un antipaludĂ©en et son analogue, l’hydroxychloroquine, est utilisĂ© pour traiter les maladies vehicle-immunes, notamment le lupus et l’arthrite. Les deux mĂ©dicaments ont un bon profil d’innocuitĂ© en tant que traitements pour ces problems spĂ©cifiques, et les rĂ©sultats n’impliquent pas que les clients devraient cesser de prendre ces mĂ©dicaments s’ils sont prescrits pour des disorders approuvĂ©es. Ils se sont Ă©galement avĂ©rĂ©s avoir des effets antiviraux dans les exams de laboratoire et sont donc intĂ©ressants en tant que traitements potentiels pour COVID-19.

Le Dr Dr Mandeep R. Mehra, auteur principal de l’Ă©tude et directeur exĂ©cutif du Brigham and Women’s Hospital Middle for Highly developed Heart Ailment Ă  Boston, États-Unis, a dĂ©clarĂ©: « Il s’agit de la premiĂšre Ă©tude Ă  grande Ă©chelle Ă  trouver des preuves statistiquement solides que le traitement Ă  la chloroquine ou l’hydroxychloroquine ne profite pas aux clients atteints de COVID-19. Au lieu de cela, nos rĂ©sultats suggĂšrent qu’elle peut ĂȘtre associĂ©e Ă  un risque accru de problĂšmes cardiaques graves et Ă  un risque accru de dĂ©cĂšs. Des essais cliniques randomisĂ©s sont essentiels pour confirmer tout prĂ©judice ou bĂ©nĂ©fice associĂ© Ă  ces brokers. En attendant, nous suggĂ©rons que ces mĂ©dicaments ne devraient pas ĂȘtre utilisĂ©s comme traitements pour COVID-19 en dehors des essais cliniques.  »

Dans l’Ă©tude, les chercheurs ont analysĂ© les donnĂ©es de 96032 individuals hospitalisĂ©s entre le 20 dĂ©cembre 2019 et le 14 avril 2020 avec une an infection au SRAS-CoV-2 confirmĂ©e en laboratoire dans 671 hĂŽpitaux. Tous les individuals inclus dans l’Ă©tude Ă©taient sortis ou Ă©taient dĂ©cĂ©dĂ©s au 21 avril 2020.

L’Ă©quipe a comparĂ© les rĂ©sultats des sufferers traitĂ©s par la chloroquine seule (1868), l’hydroxychloroquine seule (3016), la chloroquine en affiliation avec un macrolide (3783) ou l’hydroxychloroquine avec un macrolide (6221). Les clients de ces quatre groupes ont Ă©tĂ© comparĂ©s au groupe tĂ©moin restant de 81 144 individuals.

À la fin de la pĂ©riode d’Ă©tude, approximativement un client sur 11 dans le groupe tĂ©moin Ă©tait dĂ©cĂ©dĂ© Ă  l’hĂŽpital (9,3%, 7 530/81 144). Les quatre traitements Ă©taient associĂ©s Ă  un risque additionally Ă©levĂ© de mourir Ă  l’hĂŽpital. Parmi ceux traitĂ©s par la chloroquine ou l’hydroxychloroquine seule, approximativement un client sur 6 est dĂ©cĂ©dĂ© (16,4%, 307/1 868 chloroquine et 18,%, 543/3 016 hydroxychloroquine). Lorsque les mĂ©dicaments Ă©taient utilisĂ©s en affiliation avec un macrolide, le taux de mortalitĂ© atteignait in addition d’un sur cinq pour la chloroquine (22,2%, 839/3783) et prĂšs d’un sur quatre pour l’hydroxychloroquine (23,8%, 1479/6221).

Une partie de la diffĂ©rence dans les taux de mortalitĂ© est thanks aux diffĂ©rences sous-jacentes entre les patients qui ont reçu les traitements et ceux qui n’en ont pas reçu. AprĂšs avoir pris en compte des facteurs tels que l’Ăąge, la race, l’indice de masse corporelle et les conditions de santĂ© sous-jacentes, y compris les maladies cardiaques, les maladies pulmonaires et le diabĂšte, les chercheurs ont dĂ©couvert que les schĂ©mas thĂ©rapeutiques Ă©taient associĂ©s Ă  un risque accru de dĂ©cĂšs.

Ils ont estimĂ© que l’excĂšs de risque attribuable Ă  l’utilisation du rĂ©gime mĂ©dicamenteux plutĂŽt qu’Ă  d’autres facteurs tels que les comorbiditĂ©s variait de 34% Ă  45%. Les auteurs expliquent que si le taux de mortalitĂ© est de 9,3% dans le groupe tĂ©moin, aprĂšs ajustement pour les autres facteurs cliniques, le taux attribuable Ă  l’utilisation des schĂ©mas thĂ©rapeutiques augmenterait Ă  12,4-13,4%. Cependant, les chercheurs mettent en garde qu’il n’est pas achievable d’exclure la possibilitĂ© que d’autres facteurs non mesurĂ©s soient responsables du lien evident entre le traitement avec ces mĂ©dicaments et la diminution de la survie des patients vehicle telle est la conception des Ă©tudes observationnelles, et les essais randomisĂ©s sont urgents nĂ©cessaire.

L’Ă©quipe a Ă©galement constatĂ© que les arythmies cardiaques graves, qui provoquent des battements rapides et irrĂ©guliers de la chambre infĂ©rieure du cƓur, Ă©taient moreover frĂ©quentes dans les groupes recevant l’un des quatre schĂ©mas thĂ©rapeutiques.

La moreover forte augmentation a Ă©tĂ© observĂ©e dans le groupe traitĂ© par hydroxychloroquine en affiliation avec un macrolide, oĂč 8% des sufferers ont dĂ©veloppĂ© une arythmie cardiaque (502/6 221) contre, 3% des individuals du groupe tĂ©moin (226/81144). AprĂšs avoir pris en compte les facteurs dĂ©mographiques et les situations prĂ©existantes, l’Ă©quipe a calculĂ© que le traitement avec cette combinaison de mĂ©dicaments est associĂ© Ă  une augmentation de plus de cinq fois le risque de dĂ©velopper une arythmie cardiaque grave Ă  l’hĂŽpital (par exemple, une augmentation de, 3% Ă  1,5% serait attribuable au schĂ©ma thĂ©rapeutique aprĂšs ajustement pour d’autres facteurs cliniques). De mĂȘme, il n’est pas feasible de dĂ©duire de maniĂšre concluante la bring about et l’effet entre le traitement avec ces mĂ©dicaments et le dĂ©but des arythmies cardiaques. Des essais cliniques randomisĂ©s seront nĂ©cessaires avant que toute summary ne puisse ĂȘtre tirĂ©e concernant le bĂ©nĂ©fice des effets nocifs de ces brokers chez les individuals COVID-19.

Le professeur Frank Ruschitzka, directeur du centre de cardiologie de l’hĂŽpital universitaire de Zurich, qui est Ă©galement co-auteur de l’Ă©tude, a dĂ©clarĂ©: