in

Nous avons parlé à l'homme derrière " Darla", un compte Twitter parodique d'un employé d'Amazon qui est devenu viral


Robby Appleton, un comédien et ingénieur, a créé le compte comme une blague pour parodier l’armée de travailleurs d’Amazon en tweetant leur amour de leur travail.

Alors qu’Amazon fait confront à une surveillance accrue avant la décision de son vote du syndicat Bessemer, AL cette semaine, la présence de l’entreprise sur Twitter est devenue de plus en plus agressive.

Alors que la série combative de tweets du compte d’entreprise au sénateur Bernie Sanders et son refus de dire que les «bouteilles de pipi» ont toujours attiré l’attention, d’autres ont remarqué la résurgence du programme «ambassadeur» d’Amazon, qui paie les travailleurs pour tweeter. pourquoi ils aiment l’entreprise.



Un compte qui avait l’air de faire partie du programme était “Darla”, qui a dit qu’elle était une employée de l’entrepôt d’Amazon. Le compte Twitter a mentionné qu’elle était une femme d’âge moyen avec deux fils et qu’elle était fermement opposée à la syndicalisation. Mais Darla a été révélé moreover tôt cette semaine qu’il s’agissait en fait de Robby Appleton, un comédien et ingénieur logiciel basé à Chicago qui a déclaré à The Verge qu’il avait commencé le compte comme une blague.

des ambassadeurs ont été présentés.



Il a dit qu’il avait vu certains des autres comptes d’ambassadeur, et “se demandait à quoi cela ressemblerait si l’un de ces comptes défendait leur employeur un peu trop passionnément”.

Quant au nom Darla? Il l’a choisi au hasard.

en transmettant des e-mails documentant la suspension de Twitter pour usurpation d’identité. Twitter a déclaré dans l’e-mail que la suspension ne serait pas annulée.

Son tweet préféré, a-t-il dit, était aussi son plus viral : Darla disant qu’elle ne pouvait pas se permettre un syndicat parce qu’elle «passait à peine à la trappe».

Capture d’écran de Robby Appleton

«Les entreprises consacrent une quantité impie de temps et d’argent à prétendre qu’elles se soucient de tout autant qu’elles se soucient des profits».

“C’est toujours difficile à vendre, mais cela doit être unattainable lorsque l’entreprise lutte activement contre les droits de ses employés à s’organiser et à négocier pour de meilleures situations de travail”, a-t-il ajouté. “Les relations publiques d’Amazon ont été un tel gâchis en conséquence, alors je pense que Darla a pu dire à peu près n’importe quoi et cela semblait crédible.”

Il a dit qu’il espérait que les travailleurs de Bessemer seront capables de se syndiquer et que l’effort là-bas “pousse l’élan à faire de même pour les travailleurs de partout”.

Le vote syndical est officiellement clos à partir de lundi et les bulletins de vote sont actuellement en cours de dépouillement. La vérification du vote devrait prendre plusieurs jours.