Les banques de l'UE ne peuvent pas rompre avec la Russie malgré les sanctions

  • Le nombre d'employés dans les cinq plus grandes banques européennes en Russie n'a diminué que de 3%
  • Les bénéfices ont triplé, grâce aux taux d'intérêt élevés sur leurs liquidités bloquées
  • Les banques craignent les sanctions et amendes américaines, mais la BCE demande un plan de réduction des risques
  • Les sanctions occidentales rendent difficile le transfert des fonds vers l'Ukraine

Le nombre d'employés combinés dans les cinq banques de l'Union européenne ayant les plus grandes opérations en Russie n'a diminué que de 3 %, tandis que les bénéfices ont quelque peu triplé.

qui indique que le nombre d'employés cumulés dans les cinq banques de l'Union européenne ayant les plus grandes opérations en Russie a diminué. d'à peine 3 %, tandis que les revenus ont quelque peu triplé, en raison des taux d'intérêt élevés accumulés sur leurs liquidités bloquées dans le pays.

Les banques concernées craignent que rester en Russie comporte le risque d'être soumises à des sanctions et à des amendes américaines, comme l'a confirmé une source anonyme proche du dossier.

Dans le même temps, Claudia Buch, la plus haute responsable de la surveillance de la Banque centrale européenne, a déclaré le 13 mai aux ministres des Finances de la zone euro que l'organisme de surveillance avait demandé à toutes les banques détenant des sommes importantes en Russie « d'accélérer leurs efforts de réduction des risques en établissant une feuille de route claire ». pour réduire les effectifs et sortir. »

Les sanctions occidentales, qui restreignent le champ d'activité des entreprises en Russie, associées aux règles locales et aux taxes sur les ventes, rendent difficile la sortie de l'argent du pays puisque les filiales des banques étrangères en Russie doivent se conformer aux réglementations locales, qui peuvent aller contre les pressions de la BCE sur la maison mère.

Cela survient près de deux mois après que les dirigeants de l'UE n'ont pas réussi à parvenir à un accord sur les avoirs russes gelés, qu'ils ont l'intention de transférer vers l'Ukraine, et ont ordonné aux autorités de continuer à travailler sur cette question.

Lire la suite : L’économie russe à l’abri des sanctions : The Economist

Selon le document, le Conseil européen a évalué les progrès réalisés sur les prochaines mesures concrètes visant à transférer les bénéfices exceptionnels provenant des avoirs gelés de la Russie au profit de l'Ukraine, y compris la perspective d'un soutien militaire.

Par crainte de représailles, le Service européen pour l'action extérieure (SEAE) a appelé ce mois-ci la Russie à revenir sur sa décision concernant le transfert de filiales appartenant à des sociétés allemandes et italiennes à la direction de Gazprom, malgré la volonté de l'UE d'utiliser les fonds gelés de la Russie comme s'ils étaient les leurs.

Le président russe Vladimir Poutine a signé un décret rendant obligatoire le transfert des filiales russes de l'italien Ariston et de l'allemand BSH Hausgeraete à la direction temporaire de Gazprom Household Systems, filiale du groupe Gazprom.

Bien que la Russie ait pris des contre-mesures drastiques depuis le début des sanctions, l’UE n’a peut-être réalisé que ses sanctions se retournaient contre lui seulement il y a quelques mois.

Fin février, les pays membres de l’UE se sont unis pour approuver une 13e série de sanctions contre la Russie, marquant ainsi un effort continu pour tenter de contenir la Russie.

Les responsables de l’UE ont justifié ces sanctions comme une mesure stratégique visant à perturber la chaîne d’approvisionnement des produits militaires, ciblant plusieurs entreprises étrangères de pays tiers qui auraient aidé la Russie à contourner les mesures de l’UE.

Un rapport de Modern Diplomacy révèle que des doutes subsistent quant à l’efficacité de ces sanctions, les Occidentaux reconnaissant leur impact limité sur l’économie russe au cours des deux dernières années. Matthias Moosdorf, membre du Bundestag allemand, a notamment souligné qu'« en Russie même, ils renforcent la mentalité de 'forteresse assiégée'. Le coût réel des sanctions pour l'UE a déjà dépassé 500 millions d'euros ».

Lire ensuite : Le FMI met en garde contre les conséquences de la saisie des avoirs russes