Ben Moore, chanteur de longue date des Blind Boys of Alabama, est mort à 80 ans

Le chanteur Benjamin Moore, Jr. un musicien de toujours qui a passé 14 ans en tant que membre du groupe de gospel les Blind Boys of Alabama, est décédé la semaine dernière le 12 mai. Il avait 80 ans.

Les représentants des Blind Boys of Alabama ont confirmé la mort de Moore, ajoutant qu’il était décédé de causes naturelles dans un hôpital de Santa Fe, au Nouveau-Mexique. Son coéquipier, Ricky McKinnie, a déclaré : « La famille des Blind Boys est profondément attristée par le décès de Ben. Il faisait partie intégrante de notre groupe, non seulement en tant que chanteur talentueux, mais aussi en tant qu’ami gentil et fiable. Bien qu’il nous manquera beaucoup, je suis reconnaissant pour les années de souvenirs.

Moore a rejoint les Blind Boys of Alabama en 2008, bien qu’il soit arrivé avec des décennies d’expérience musicale à son actif. Né le 7 août 1941 à Atlanta, son père, Benjamin Moore, Sr. dirigeait le groupe de gospel Echoes of Zion, et le jeune Moore chantait et jouait de la guitare à 14 ans. Certains de ses premiers live shows étaient avec le groupe de la famille Moore. qui a joué autour d’Atlanta, y compris quelques live shows pour Martin Luther King, Jr.

De là, Moore a joué dans divers groupes R&B, comme Jimmy Tig and the Rounders, ainsi que Ben and Spence, qu’il a fondé en 1968 avec Spencer James. Au milieu des années 70, le célèbre auteur-compositeur Dan Penn a présenté Moore à James Purify, et il a finalement remplacé le « authentic » Bobby Purify dans le duo soul, James et Bobby Purify. Le pair a fait deux albums ensemble et a tourné dans les années 80.

Pendant ce temps, Moore est également sorti en tant qu’artiste solo, enregistrant parfois sous le nom de Bobby Purify et parfois sous son propre nom. Moore a sorti un album R&B et trois disques gospel, et en 1983, sa chanson, « He Believes in Me », a été nominée pour Best Soul Gospel Overall performance – Standard aux Grammys (bien qu’il ait perdu contre « Important Lord » d’Al Environmentally friendly).

Cependant, dans les années 90, la vue de Moore a commencé à se détériorer et elle a finalement disparu à cause du glaucome. Sa carrière musicale a explosé et, comme l’a noté un profil de 2014 dans le Tampa Bay Times, il a également perdu sa maison. Moore a reçu le soutien d’amis, qui l’ont accueilli et l’ont encouragé à recommencer à jouer de la musique. Un ami, un batteur aveugle et homme d’affaires qui vendait des logiciels pour les aveugles, a même mis Moore en get hold of avec son client de longue date, Ray Charles.

« Il m’a dit: » Ne reste pas assis, tu as une voix, utilise-la ! « », se souvient Moore. « Et tu sais quoi? Je pense que ses mots m’ont sorti de cette selected profonde dans laquelle j’étais, cette peur où je ne quitterais même pas la maison.

En 2005, Moore a retrouvé Penn, qui a produit un nouvel album de Bobby Purify, Improved to Have It. Plusieurs années moreover tard, il a eu la prospect d’auditionner pour les Blind Boys of Alabama, et dans le récit de Moore, il s’est assuré la spot en chantant « There Have to Be a Heaven Somewhere » du Dr Lawrence B. Hicks dans toutes les tonalités du chef de groupe. Jimmy Carter, a appelé.

Pour un dernier acte dans une carrière déjà longue, le passage de Moore avec les Blind Boys of Alabama a été couronné de succès. Il a chanté sur cinq albums avec les Blind Boys of Alabama, le premier étant Down in New Orleans en 2008, qui a remporté le Grammy du meilleur album de gospel traditionnel. Il a fréquemment tourné avec le groupe et, en 2010, a pu se produire lors d’un événement spécial à la Maison Blanche célébrant la musique du mouvement des droits civiques. Moore chantait toujours avec les Blind Boys of Alabama lors de leur récente tournée avec le groupe Afropop, Amadou et Mariam, qui vient de se terminer plus tôt ce mois-ci.

Dans cette job interview du Tampa Bay Periods, Moore a parlé de son amour pour la musique, suggérant qu’il pourrait continuer à jouer « jusqu’à ce que je tombe sur scène ». Il a ajouté : « Pour le reste de ma vie, mec. Chanter est tout ce que je sais, et j’adore faire rire et pleurer, sauter et crier.