Réagissant à la pandémie de COVID-19, Apple a intensifié ses efforts pour financer une variété d'efforts de secours et a organisé la production et l'approvisionnement d'équipements essentiels pour aider à la pandémie. Voici un aperçu de ce que Apple a fait jusqu'à présent et pourquoi.




Le défi et l’opportunité de COVID-19

Comme le segment précédent l'a noté, une variété de chroniqueurs de journaux ont travaillé pour donner la fausse impression qu'Apple était dans une situation désastreuse avant même que COVID-19 n'explose sur la scène. Malgré le rythme effréné des introductions de nouveaux produits de l'iPad Pro vers le nouvel iPhone SE, Apple fait maintenant face à un véritable défi, un défi qui semble se transformer en une opportunité de modifier sa position en tant que société technologique riche et innovante qui exerce une influence significative. sur une vaste chaîne d'approvisionnement mondiale.

La catastrophe de COVID-19 montre le véritable cœur d'Apple

Du côté difficile, la pandémie de COVID-19 a provoqué des interruptions de la chaîne d'approvisionnement d'Apple, de ses activités de vente au détail et a attisé les retombées économiques mondiales qui vont déprimer toutes sortes d'achats au moins au cours de l'année prochaine, sinon plus. Ce sont tous des problèmes énormes et difficiles à gérer pour Apple, même si l'entreprise est bien mieux positionnée que la plupart de ses pairs.




La société est également confrontée au lancement de nouveaux produits, y compris ses derniers modèles MacBook Air, iPad Pro et iPhone SE, sans que la bravade habituelle d'un événement Apple ne les aide à les vendre. Il doit également ajuster les choses pour tenir compte d'un plan entièrement nouveau pour sa WWDC20 d'été, tout en complétant tout, des arrangements marketing aux logiciels et aux détails de production finale du matériel de son plus grand lancement annuel, le prochain iPhone 12. Il doit également tempérer ces plans pour tenir compte de ce qui pourrait être un cycle de demande profondément déprimé.

Apple fait face à une incertitude monumentale cette année, ce qui complique grandement tout ce qu'elle fait. Pourtant, plutôt que de réduire ses ambitions et de tout mettre en attente jusqu'à la fin de cette crise, Apple a profité de sa position unique pour utiliser ses employés, ses plateformes, ses données et sa vaste base d'utilisateurs installée pour assurer la stabilité et le soulagement et même lancer une attaque offensive contre la pandémie sur plusieurs fronts.

L'une des premières annonces de Cooks, faite en mars, a été de noter qu'Apple avait acheté plus de 20 millions de masques pour les agents de santé aux États-Unis et « les régions les plus durement touchées d'Europe », après avoir chargé l'équipe des opérations de l'entreprise de trouver et de acheter des EPI « de notre chaîne d'approvisionnement en coordination avec les gouvernements du monde entier. »

Apple a également rapidement adopté son équipe de conception de produits et ses outils de prototypage pour développer et produire des écrans faciaux pour les travailleurs de première ligne, atteignant initialement une capacité de production d'un million d'unités par semaine.

À partir de ce jeudi, Apple a dépassé le sourcing de 30 millions de masques et a produit plus de 2 millions de ses écrans faciaux pour les travailleurs de première ligne.

Au-delà de la flexibilité de ses compétences de base dans la production et la logistique pour s'approvisionner en EPI, Apple a également agi rapidement pour s'associer au CDC américain et à d'autres groupes de santé gouvernementaux afin de développer une application et un site Web gratuits pour fournir des informations précises sur COVID-19, comprendre ses symptômes et les informations les individus de ce qu'ils pourraient faire pour se protéger et protéger les personnes qui les entourent.

Soutien aux efforts d’éducation et de politique publique

Dans le domaine de l'éducation, Apple a produit des ressources pour les enseignants afin de soutenir l'apprentissage virtuel. Les équipes Apple Education Leadership et Learning ont publié une série de vidéos pour aider les enseignants à utiliser les iPad pour l'apprentissage à distance, y compris des instructions sur la façon de créer des démos et des vidéos pédagogiques à partager avec des collègues et des étudiants; comment tirer parti des outils d'accessibilité intégrés tels que Speak Screen, Safari Reader et Speech Controller pour adapter l'apprentissage à distance à un large public avec différents niveaux de capacité; comment utiliser les autres outils gratuits d'Apple, y compris les clips pour aider les élèves à produire leur propre travail; et comment inciter les étudiants à travailler en collaboration en utilisant les pages, les numéros, les notes d'identification, FaceTime et les messages gratuits d'Apple.

Les enseignants peuvent planifier des sessions de coaching virtuel individuelles et gratuites avec des spécialistes Apple Professional Learning. Pour les parents chargés d'éduquer et de garder leurs enfants occupés de manière productive et créative à la maison, Apple a organisé 30 activités créatives pour les enfants. Ce guide gratuit propose des projets quotidiens que les jeunes enfants peuvent réaliser à l'aide d'un iPad ou d'un autre appareil iOS

Apple propose également son livre numérique gratuit que tout le monde peut créer, « conçu pour aider les enseignants à intégrer les compétences créatives dans les sujets et les sujets qu'ils enseignent tous les jours ».

Le guide est conçu pour aider les enseignants d'élèves de 4 à 8 ans à s'exprimer de manière créative à travers des activités de dessin, de musique tels que Clips et Pages.

Un autre programme gratuit qu'Apple propose depuis longtemps est Swift Playgrounds et le programme Tout le monde peut coder, qui peuvent tous deux être utilisés pour garder les enfants plus âgés occupés et apprendre de manière productive une nouvelle compétence alors qu'ils ne peuvent pas sortir ou suivre des cours scolaires conventionnels.

Au-delà de l'éducation, Apple a également établi un partenariat avec Google pour apporter un ensemble unique d'API à iOS et Android qui peuvent être utilisées pour collecter des données d'acceptation anonymes pour le suivi des contacts, permettant aux autorités sanitaires du gouvernement d'aider à planifier et à répondre aux nouvelles informations qui peuvent informer leur prise de décision relative à la pandémie de COVID-19.

Apple a souligné que « la confidentialité, la transparence et le consentement sont de la plus haute importance dans cet effort, et nous sommes impatients de développer cette fonctionnalité en consultation avec les parties prenantes intéressées. Nous publierons ouvertement des informations sur notre travail pour que d'autres puissent les analyser. »

Google, YouTube, Facebook, Instagram, Twitter et Amazon ont tous fait diverses annonces inefficaces sur leurs politiques publicitaires. Dans le même temps, ils continuent à autoriser les fraudes à promouvoir et à vendre de faux masques, de faux traitements, des robots de désinfection qui ne font rien et à diffuser de fausses informations sur leurs réseaux de publicité sociale – tout en profitant de la publicité de cette activité frauduleuse . Incroyablement, cela se fait à la vue du public.

Soutien aux experts caritatifs

Au-delà de la flexibilité de ses compétences de base pour construire des solutions matérielles et logicielles, Apple a également rapidement envoyé un soutien financier aux groupes qui savent déjà comment tirer le meilleur parti de ce capital pour aider les personnes dans le besoin.

Fin janvier, les premiers commentaires de Cook sur la situation émergente notaient que « nous suivons de près le développement du coronavirus. Nous faisons des dons à des groupes qui travaillent pour contenir l'épidémie », ajoutant que « nous travaillons également très en étroite collaboration avec notre équipe et nos partenaires dans les zones touchées, et nous avons limité les déplacements vers des situations critiques pour l'entreprise à partir de la semaine dernière. La situation est en train d'émerger, et nous collectons toujours de nombreux points de données et la surveillons de très près. « 

Apple a également agi de manière décisive pour fermer ses activités de vente au détail, tout en continuant à payer les salaires des employés de vente au détail. Il a également agi pour déplacer l'assistance d'assistance en ligne et par téléphone directement le plus rapidement possible, réduisant ainsi la menace pour ses employés et ses clients à ses propres frais.

Le fait de ne pas agir, ou simplement « d'espérer le meilleur  » tout en refusant de tenir compte des conseils d'experts a entraîné une propagation rapide, avec des milliers de nouveaux cas surgissant dans des zones où la menace devait rester faible. Le Dakota du Sud a longtemps refusé d'émettre des ordonnances de séjour à domicile, ce qui a finalement entraîné la fermeture de grandes usines d’emballage de viande en raison d'une explosion d'infections chez les employés, entraînant de nouveaux problèmes majeurs pour la chaîne d'approvisionnement alimentaire américaine.

Apple a eu le luxe de pouvoir suspendre ses opérations de vente au détail sans licenciements massifs car son activité est saine et rentable. De nombreux autres détaillants sont dans une position beaucoup moins favorable, ce qui signifie qu'ils seront forcés de fermer complètement leurs portes ou pousseront frénétiquement à la réouverture des affaires malgré le risque énorme que posent le public et leurs opérations et leur image.

Imaginez si une épidémie majeure de COVID-19 était liée à un événement Apple ou même à un Apple Store occupé; ce serait tragique pour les personnes concernées, mais aussi désastreux pour l'image d'Apple à l'échelle mondiale, mettant ses clients et ses clients en danger dans une offre à enjeux élevés, juste pour gagner plus d'argent pour ses actionnaires.

Diverses entreprises ont fait un don au Fonds de réponse solidaire COVID-19 de l'Organisation mondiale de la santé. Google a mis de côté 5 millions de dollars en fonds de contrepartie pour encourager les dons individuels, en promettant 2 $ pour chaque dollar donné jusqu'à la fin avril. Facebook a également offert « jusqu'à » 10 millions de dollars en fonds de contrepartie. Apple est manifestement absent de la liste des sponsors du fonds. Mais plutôt que de se tenir à côté d'un tas d'autres sociétés, Apple avait sa propre façon de faire un don à ce fonds.

Le don d'Apple a impliqué une conversation FaceTime avec Lady Gaga où le chef de la direction d'Apple, Tim Cook, a fait don d'un premier 10 millions de dollars à « One World, Together at Home » de Gaga, un avantage prestigieux qui se tiendra ce samedi 18 avril, impliquant des artistes tels que Taylor Swift, Jennifer Lopez, Elton John et des célébrités allant d'Oprah Winfrey à Ellen DeGeneres, Stephen Colbert et Jimmy Fallon.

Plutôt que de simplement faire un chèque ou de créer un fonds de contrepartie, Apple agit comme une entreprise de célébrités, utilisant son influence pour attirer l'attention sur un événement de collecte de fonds, tout en faisant un don beaucoup plus important sans contrepartie conditionnelle par rapport à d'autres titans de l'industrie technologique qui figurent en bonne place sur un site Web que personne ne va consulter. Apple et d'autres diffuseront en direct l'événement « One World: Together At Home », ce samedi 18 avril à 17 h. Pacific., Probablement à la fois sur Apple TV et via Apple Music.

Parallèlement, Apple a fait don de 12 millions de dollars pour aider à lancer le « America's Food Fund », un projet de lutte contre l'insécurité alimentaire aux États-Unis. Le fonds est dirigé par Leonardo DiCaprio, la Ford Foundation et Laurene Powell Jobs, la veuve du co-fondateur d'Apple, Steve Jobs. .

Après sa mort en 2011, elle est devenue l'une des figures les plus riches et les plus puissantes de la technologie, mais sans grande fanfare publique attirant l'attention sur son travail. Jobs a passé sa dernière décennie à financer des activités caritatives allant de l'éducation aux soins de santé, parfois en association avec Apple.

Dépenser de l'argent efficacement est un travail extrêmement difficile, mais Jobs est devenu un expert, tant dans ses dons que dans la gestion des plus de 50 milliards de dollars dont elle a assumé la responsabilité après la mort de son mari. Tirer parti des contributions d'Apple tout en travaillant avec des experts en nutrition et en distribution se traduit par l'utilisation la plus efficace de ces fonds pour faire le plus de bien.

Cette collaboration entre Apple et Jobs est particulièrement notable parce que le co-fondateur d'Apple a été harcelé par des chroniqueurs de journaux tout au long de sa vie qui ont demandé pourquoi, comme Andrew Ross Sorkin du New York Times l'a affirmé en 2011, juste un mois avant la mort de Jobs, qu'il y avait  » n'était pas un document public « de ses dons de bienfaisance

Mais c'était faux. « Jobs a gardé le silence sur ses dons caritatifs même lorsqu'il s'est trouvé attaqué pour son manque apparent de philanthropie »

« Nous faisons très attention à amplifier le travail formidable des autres de toutes les manières possibles, et nous n'aimons pas attacher nos noms aux choses », a expliqué sa femme Laurene dans une interview il y a plusieurs années. Mais ce n'était pas non plus exactement un secret. Alors que son mari était encore en vie, Jobs a fondé le Collectif Emerson soutenant l'entrepreneuriat social ainsi que le Climate Leadership Council, et a lancé son « XQ: The Super School Project », qui fournit 100 millions de dollars pour améliorer les écoles.

À l'intérieur d'Apple et agissant de manière indépendante, Steve Jobs a fait don de millions de dollars à la recherche sur le VIH et a donné 50 millions de dollars pour construire un hôpital pour enfants et d'autres établissements de soins de santé sans l'annoncer. Jobs a soutenu de manière proéminente Product (Red) et le financement qu'il a collecté pour la recherche sur le sida grâce à des contributions liées aux iPods et iPhones, ce qui rend incroyable pour le Times de falsifier ses accusations selon lesquelles il était un filou tout comme Jobs lui-même mourait du cancer.

Jobs et Apple ont tous deux été critiqués pour ne pas avoir « rendu public » leur travail en dehors des principales initiatives sur lesquelles ils se sont concentrés. Cela risque de se transformer en critique publique pour toute reconnaissance d'activité.

Pourquoi Apple se coordonne pour vaincre COVID-19

Au cours des dernières semaines, Apple n'a pas hésité à détailler les efforts qu'elle déploie pour aider à contenir et à atténuer l'impact de la pandémie de COVID-19. Sur un plan cynique, on pourrait se plaindre qu'Apple contribue son argent et ses efforts pour montrer ses capacités et promouvoir l'utilisation de ses produits et services, d'iOS à iPad et d'Apple Music à GarageBand et Keynote et Clips.

Alors qu'Apple n'applique pas littéralement sa signature sur les chèques d'aide d'urgence et n'est actuellement même pas répertorié en tant que sponsor de certains des programmes caritatifs auxquels il a contribué, il a annoncé ses efforts sur Twitter dans une mesure quelque peu nouvelle pour Pomme.

En règle générale, Apple et son directeur général Tim Cook ont ​​répondu aux catastrophes locales avec un peu plus qu'un bref message de soutien détaillant les dons et l'aide sans même préciser le montant. Plus récemment, Cook a commencé à enregistrer de courtes vidéos pour expliquer plus en détail ce que fait Apple et avec qui il travaille. Cela est probablement dû à l'intérêt public accru, étant donné qu'il s'agit d'une situation mondiale qui affecte considérablement tout le monde à la fois.

Mais ce n'est pas du tout nouveau pour Apple d'investir ses efforts et ses dons de bienfaisance pour aider la grande communauté qui achète ses produits. En grande partie, c'est parce qu'Apple peut également attirer et retenir les talents et motiver les employés à fournir leur meilleur travail en leur offrant la possibilité de partager les efforts pour changer radicalement le monde pour le mieux. Le principal moyen par lequel Apple a eu un impact sur le monde a été le développement commercial de ses produits. L'entreprise d'Apple a toujours construit des produits avancés qu'elle peut vendre avec un bénéfice capable d'inventer la prochaine génération de technologie.

En 1980, après quatre années de succès dans la vente de systèmes Apple II, la société a utilisé sa rentabilité et son élan pour entreprendre la tâche ambitieuse d'inventer l'avenir de l'informatique de bureau dans le cadre d'un partenariat d'investissement avec Xerox PARC, aboutissant à Macintosh. En 1990, Apple a mis à profit sa technologie et sa rentabilité pour développer de nouvelles technologies, dont QuickTime et HyperCard, qui ont ouvert la voie à l'émergence du World Wide Web d'aujourd'hui. L'entreprise, alors dirigée par John Sculley, a également lancé publiquement l'idée de fournir un ordinateur portable, qui a finalement été livré sous le nom de Newton MessagePad quelque peu décevant et prohibitif, un produit qui a eu du mal à se maintenir et encore moins à financer l'avenir.

En 2000, la résurgence d'Apple de Steve Jobs a utilisé son influence récupérée pour lancer une nouvelle initiative dans les appareils mobiles avec iPod, ouvrant la voie aux téléphones mobiles. En 2010, Apple a appliqué le succès de l'iPhone pour lancer l'iPad comme sa vision de l'avenir de l'informatique mobile. Aujourd'hui en 2020, on ne sait pas encore ce qu'Apple utilisera sa puissance et sa position pour accomplir en termes de nouveaux appareils (bien que nous nous attendions à ce qu'il s'agisse de lunettes AR portables et d'autres nouveaux appareils portables liés à la santé).

Pourtant, en parallèle, Apple a également continué à utiliser ses ressources pour faire des choses auxiliaires, dont certaines ne sont pas directement liées à la rentabilité ou aux futurs produits capables de payer pour le prochain grand saut technologique.

Les diverses initiatives d'Apple pour améliorer le monde ont commencé avec des efforts pionniers au début des années 1980 pour rendre ses produits accessibles aux utilisateurs ayant différents niveaux de capacité en vision, audition, motricité et capacité de développement.

Plus récemment, Apple a également appliqué sa portée et son échelle mondiales en tant que fabricant massif pour promulguer et faire respecter les normes des fournisseurs relatives à la protection de l'environnement, aux droits des travailleurs et à la consommation d'énergie.

Apple serait encore plus rentable s'il ne dépensait aucune ressource pour contrôler ses partenaires de la chaîne d'approvisionnement et étudier comment réduire les déchets et réduire son empreinte carbone.

En fait, lors de son assemblée des actionnaires de 2014, le chef de la direction d'Apple, Tim Cook, a été mis sur la sellette par un groupe conservateur se faisant appeler le National Center for Public Policy Research. Le NCPPR avait présenté une proposition d'actionnaires qui visait en fait à forcer l'entreprise à justifier la rentabilité de toute nouvelle initiative qu'il avait entreprise, ce qui signifiait qu'un projet qui « ne faisait qu'améliorer l'environnement » pouvait faire l'objet d'un veto pour ne pas fournir de retour sur investissement, un retour clair sur cet investissement.

Cook n'a pas simplement rejeté le concept de la proposition de ROI, que les actionnaires avaient déjà rejeté. Au lieu de cela, Cook a déchiré l'idée même qu'Apple en tant qu'entreprise ne serait jamais incitée à ne faire que des choses qui enrichiraient ses investisseurs à court terme.

Cook, d'une voix qui s'approchait de la colère, a déclaré qu'Apple, en tant que société, prend de nombreux projets parce qu'ils sont la bonne chose à faire et que le retour sur investissement n'était pas la principale considération dans ces domaines. « Lorsque nous travaillons à rendre nos appareils accessibles aux aveugles », a déclaré Cook, « je ne considère pas le ROI sanglant. »

Le NCPPR avait envoyé son représentant pour interrompre la réunion des actionnaires d'Apple avec une déclaration politique dont le groupe s'attendait à gagner en traction et en notoriété. Mais à la place, Cook a terminé son commentaire sur la question avec un mépris palpable: « Si vous voulez que je fasse les choses uniquement pour des raisons de retour sur investissement, vous devriez sortir de ce stock. »

Cook clarifiait certaines choses. L'une était qu'Apple était plus qu'une simple entreprise lucrative. Les talents qui sont attirés pour travailler pour l'entreprise, les personnes qui achètent les produits de l'entreprise et même les investisseurs qui achètent des actions Apple avec l'intention de gagner un rendement partagent tous un intérêt commun à contribuer à l'amélioration du monde.

En déclarant sans ambiguïté que l'équipe de direction d'Apple a la liberté de prendre des décisions qui sont bonnes et bonnes, quel que soit le retour sur investissement, Cook définissait Apple comme un leader de l'altruisme d'entreprise. Ce rôle est suffisamment unique pour faire en sorte qu'Apple se démarque de la majorité de ses pairs de l'industrie technologique, uniquement motivée par les revenus publicitaires et l'engagement d'indignation sociale sans aucune boussole morale apparente.

Les commentaires de Cook n'ont pas été présentés comme une position de faiblesse douce qu'Apple se permettait de se livrer. Elle a été déclarée comme un principe directeur des valeurs humanitaires de l'entreprise. Tout comme les efforts parallèles de l'entreprise en matière de confidentialité et de sécurité des données, qui ignorent également le retour sur investissement à court terme, les valeurs d'Apple exprimées dans la façon dont il traite les travailleurs et atténue son impact environnemental atteignent un niveau de motivation plus élevé que l'accumulation de richesses et de capacités commerciales.

Positionné avec la capacité de sauver des vies et d'améliorer les résultats, il serait criminel pour Apple de rester assis et de ne rien faire.