in

Les chercheurs appellent à plus d'efforts pour lutter contre le réchauffement climatique

Une équipe de recherche internationale a utilisé des données satellitaires pour démontrer que les concentrations de particules polluantes ont considérablement diminué depuis l’an 2000. Ceci est souhaitable en raison de leur affect sur la santé. Mais il est aussi d’une grande great importance pour une autre raison, puisqu’il a réduit l’effet de refroidissement des particules sur le climat.

Le réchauffement climatique est causé par l’émission de gaz à effet de serre. Selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), en 2019, la température avait augmenté de 1,1 degré Celsius par rapport aux niveaux préindustriels. Or, dans le même temps, la combustion des énergies fossiles émet des aérosols, sous forme de particules polluantes comme la suie ou l’acide sulfurique, qui refroidissent notre climat. Ils réfléchissent la lumière du soleil et augmentent également la réflectivité des nuages. Selon le GIEC, la présence d’aérosols dans l’atmosphère a rendu le climat as well as frais de, 5 degré Celsius en 2019 que sans eux. D’autres effets tels que le changement d’affectation des terres jouent également un rôle.

Une étude documente des preuves largement répandues de cet effet climatique réduit sur le refroidissement

Dans une nouvelle analyse internationale, le professeur Johannes Quaas, météorologue à l’Université de Leipzig, et ses collègues de toute l’Europe, de la Chine et des États-Unis ont maintenant documenté des preuves solides de cet effet sur le climat de l’amélioration de la qualité de l’air. “Nous avons analysé les données des satellites Terra et Aqua de la NASA. Ils fournissent des observations satellites complètes de la Terre depuis l’an 2000, mesurant le rayonnement entrant et sortant, mais aussi les nuages ​​et la air pollution par les aérosols. Cette dernière a considérablement diminué en Amérique du Nord, en Europe et Asie de l’Est depuis 2000 », explique le professeur Johannes Quaas, auteur principal de l’étude, qui a été lancée lors d’une réunion par les deux projets de recherche européens CONSTRAIN et FORCES.

La réduction du refroidissement induit par les aérosols augmente le réchauffement dû au CO2 depuis 2000 jusqu’à 50 %

Cela a également réduit l’effet de refroidissement des aérosols. Par rapport à l’an 2000, cela a entraîné une augmentation de l’effet de réchauffement qui représente jusqu’à 50 % de celui des augmentations de CO2 au cours de la même période. Cela signifie une accélération des moteurs du réchauffement climatique par rapport à la période précédente. “Notre étude ne doit pas être interprétée comme signifiant que nous devrions désormais émettre davantage d’aérosols pour refroidir le climat. Au contraire  : les aérosols sont nocifs pour la santé humaine et l’environnement, c’est pourquoi nous devons continuer à réduire les émissions”, conclut Quaas. Et c’est pourquoi la législation sur la qualité de l’air est devenue de in addition en moreover stricte depuis les années 1970 et est mise en œuvre par de additionally en additionally de pays. Le professeur Quaas et ses collègues de la nouvelle étude soulignent le besoin de in addition en moreover urgent de réductions rapides et fortes des émissions de gaz à effet de serre.