in

Les chercheurs se rapprochent d'une meilleure prise en charge des conditions de grossesse potentiellement mortelles

Les scientifiques de l’Oregon Point out University ont produit une preuve de strategy pour une nouvelle et meilleure façon de prendre soin des femmes confrontées à la circumstance potentiellement mortelle de la grossesse more-utérine, qui survient lorsqu’un ovule fécondé s’implante ailleurs que sur la muqueuse de l’utérus.

Olena Taratula de l’OSU University of Pharmacy et Leslie Myatt de l’Oregon Wellness & Science College ont dirigé une équipe de chercheurs qui a utilisé des souris enceintes pour développer une nouvelle strategy de nanomédecine pour diagnostiquer et mettre fin aux grossesses more-utérines, qui sont non viables et la principale result in de mortalité maternelle. décès au premier trimestre.

Les résultats ont été publiés dans la revue Modest.

L’étude est importante automobile 2% de toutes les grossesses aux États-Unis, et entre 1% et 2% dans le monde, sont further-utérines, notent les auteurs. Aux États-Unis seulement, cela se traduit par approximativement 100 000 grossesses excess-utérines par an.

Environ 98% des implantations ectopiques se produisent dans les trompes de Fallope, exposant les femmes à un risque d’hémorragie et de décès. Pour compliquer les choses, il y a une fréquence élevée d’erreurs de diagnostic – l’échographie donne un diagnostic incorrect 40% du temps – combinée à un taux d’échec de 10% du médicament principal, le méthotrexate, utilisé pour mettre fin à une grossesse added-utérine.

Approximativement 70 femmes aux États-Unis meurent chaque année de grossesses excess-utérines, qui sont responsables de 10 % de tous les décès liés à la grossesse. Les femmes qui survivent sont souvent aux prises avec une série de problèmes résultant du diagnostic et du traitement, a déclaré Taratula.

“Les stratégies actuelles incluent une tentative de diagnostic par échographie transvaginale, un traitement au méthotrexate et une intervention chirurgicale si nécessaire”, a-t-elle déclaré. “Les stratégies sont associées au risque de rupture des trompes, à une fertilité réduite et à un risque accru d’une autre grossesse additional-utérine – une femme qui a eu une grossesse excess-utérine est 10% plus susceptible d’en avoir une deuxième.”

Et même lorsque le méthotrexate – un médicament qui achieved fin à la grossesse excess-utérine en provoquant l’arrêt de la division des cellules embryonnaires – est efficace, il s’accompagne d’une gamme d’effets secondaires potentiels, a déclaré Taratula : nausées, vomissements, diarrhée, élévation des enzymes hépatiques, lésions rénales et les maladies pulmonaires.

Pour relever les défis associés au diagnostic et au traitement des grossesses additional-utérines, Olena Taratula et Oleh Taratula de l’OSU College or university of Pharmacy, ainsi que Myatt et Maureen Baldwin de l’OHSU, ont dirigé une collaboration qui a développé un nouveau kind de nanoparticule wise à la lumière. Les nanoparticules sont de minuscules morceaux de matière, aussi petits qu’un milliardième de mètre.

Administrées par voie intraveineuse, les nouvelles nanoparticules s’accumulent dans le placenta, qui nourrit et maintient le fœtus à travers le cordon ombilical. Dans une grossesse saine, le placenta se forme à l’intérieur de l’utérus, et dans une grossesse added-utérine, ce n’est pas le cas.

“Une détection efficace du placenta en croissance améliorerait considérablement l’identification précise et rapide de la grossesse more-utérine”, a déclaré Olena Taratula.

Une fois que les nanoparticules sont concentrées dans le placenta. et il devient rapidement clair si le placenta est là où il est censé être. Si c’est le cas, la patiente saurait qu’elle n’a pas eu de grossesse extra-utérine et l’embryon n’est pas affecté par les particules auto elles ne traversent pas la barrière placentaire.

Si le placenta se trouve dans une trompe de Fallope ou à un autre endroit incorrect, la grossesse pourrait être interrompue par une exposition à la lumière proche infrarouge, ce qui fait monter la température des nanoparticules au-dessus de 43 degrés Celsius et perturbe irrémédiablement la fonction placentaire par la chaleur.

a déclaré Taratula. “Nos résultats expérimentaux sont prometteurs, et la prochaine étape consiste à les valider dans d’autres modèles animaux pour faire progresser l’application de cette technologie.”

Abraham Moses, Leena Kadam, Anna St.Lorenz, Terry Morgan, Jessica Hebert, Youngrong Park, Hyelim Lee, Ananiya Demessie, Tetiana Korzun, Babak Mamnoon et Adam Alani de l’État de l’Oregon ont également participé à la recherche, qui a été soutenue par le Collège. of Pharmacy, le Département d’obstétrique et de gynécologie de l’OHSU, les Nationwide Institutes of Overall health et l’Eunice Kennedy Shriver Countrywide Institute of Youngster Health and Human Improvement.