La découverte de cellules cérébrales suscite l’espoir de traitements contre la fertilité

Des chercheurs de l'École supérieure des sciences bioagricoles de l'Université de Nagoya et de l'Institut countrywide des sciences physiologiques du Japon ont démontré remark un kind spécifique de neurone dans le cerveau affecte la libération d'hormones qui contrôlent la fonction ovarienne, comme le développement folliculaire et l'ovulation chez les femmes. Ces résultats, publiés dans la revue Scientific Stories, pourraient aider les chercheurs à comprendre et à traiter les troubles de la copy chez les animaux et chez les humains.

Les neurones kisspeptine dans le cerveau régulent la libération de l'hormone hypothalamique de libération des gonadotrophines (GnRH) et de l'hormone folliculo-stimulante hypophysaire/hormone lutéinisante (LH). Ce processus est critical pour la reproduction, motor vehicle les hormones hypophysaires stimulent les ovaires à remplir leurs fonctions reproductrices. Les exemples incluent le développement folliculaire et l’ovulation chez tous les mammifères, y compris les humains.

Deux zones principales du cerveau sont impliquées dans le processus : le noyau arqué (ARC), dans lequel les neurones à kisspeptine maintiennent la sécrétion rythmique (pulsatile) régulière de GnRH/LH qui maintient le développement folliculaire et la production normale de stéroïdes sexuels et le noyau périventriculaire antéroventral (AVPV), dans lequel les neurones de la kisspeptine déclenchent une poussée de GnRH/LH qui conduit à l'ovulation.

Les chercheurs se sont concentrés sur le fait que les neurones kisspeptine de l’ARC produisent et répondent à la dynorphine, une substance inhibitrice. « Les neurones à kisspeptine de l'ARC expriment à la fois la dynorphine et son récepteur, alors que ceux de l'AVPV expriment uniquement le récepteur, ce qui suggère un rôle particulier de ces neurones à kisspeptine dans la fécondation », Mayuko Nagae, chercheur postdoctoral, et Yoshihisa Uenoyama, professeur agrégé à L'Université de Nagoya au Japon et auteur correspondant de l'write-up, a expliqué dans une déclaration commune. « Cependant, le rôle actual de la dynorphine et de son récepteur dans la régulation des neurones de la kisspeptine n'était pas clairement compris. »

Pour étudier cela, les chercheurs ont génétiquement modifié des rats femelles pour supprimer Kiss1, un gène qui code pour la kisspeptine, uniquement dans les neurones exprimant le récepteur de la dynorphine. Ils ont découvert que les rats génétiquement modifiés dont Kiss1 était supprimé dans les cellules exprimant le récepteur de la dynorphine n'avaient que 3% de neurones à kisspeptine dans l'ARC et 50% dans l'AVPV. Les rats étaient encore fertiles, mais ils avaient un cycle œstral plus long, un poids ovarien plus faible et moins de petits que les rats normaux.

Les résultats indiquent que les neurones de kisspeptine dotés de récepteurs de dynorphine sont importants pour la replica normale des rats femelles, auto ils permettent une sécrétion hormonale et une ovulation appropriées. « Il s'agit du premier rapport montrant que les neurones de kisspeptine recevant un apport immediate de dynorphine sont nécessaires pour générer pleinement l'impulsion et l'augmentation de la GnRH/LH chez les rats femelles », explique le professeur Hiroko Tsukamura de l'Université de Nagoya, chercheur principal du groupe de recherche et autre. auteur correspondant de l’article.

Le professeur Tsukamura est enthousiasmé par la viewpoint de nouvelles études visant à comprendre le mécanisme moléculaire qui contrôle l'activité neuronale de la kisspeptine. Elle dit : « Nos découvertes peuvent nous aider à comprendre le mécanisme central qui sous-are inclined la reproduction et avoir des applications dans le traitement des problems ovariens chez le bétail et de l'infertilité chez l'homme. »

  • Des chercheurs ont découvert comment un type spécifique de neurone dans le cerveau influence la libération d'hormones responsables de la fonction ovarienne chez les femmes.
  • Deux régions du cerveau, l'ARC et l'AVPV, sont impliquées dans ce processus crucial pour la reproduction.
  • Les résultats montrent que les neurones à kisspeptine avec des récepteurs à la dynorphine jouent un rôle clé dans une reproduction normale. Cette découverte pourrait aider à traiter les troubles de la fertilité chez les animaux et les humains.