En combinant la spectroscopie de masse avec d’autres tactics d’analyse et de simulation, les chercheurs ont révélé des différences clés dans la fragmentation des biomolécules dipeptidiques avec différentes constructions chirales.



Bien que leurs formules chimiques soient identiques, ces molécules ont des propriétés légèrement différentes, ce qui permet aux chimistes de les distinguer. La technique de  » spectroscopie de masse  » peut fournir des informations détaillées sur leurs structures moléculaires complexes, mais elle est également aveugle à toute différence entre leurs buildings chirales. Dans une nouvelle recherche publiée dans EPJ D, une équipe dirigée par Anne Zehnacker à l’Université Paris-Saclay merge la spectroscopie de masse avec une gamme d’autres strategies de simulation et d’analyse, leur permettant de distinguer deux formes chirales d’une biomolécule dipeptidique.

La capacité combinée des chimistes à distinguer les molécules chirales et à analyser leurs structures en détail pourrait permettre une analyse et une manipulation beaucoup in addition sophistiquées de substances complexes. La spectroscopie de masse consiste à séparer les formes ionisées des molécules, puis à séparer les fragments résultants par leurs rapports masse/charge. Les molécules peuvent être fragmentées de différentes manières. comme l’hélium ou l’azote. D’autres moyens d’étudier les molécules incluent la spectroscopie laser – qui mesure comment les molécules interagissent avec la lumière à différentes longueurs d’onde. De as well as, les simulations et les calculs théoriques peuvent rendre compte de la dynamique et des propriétés quantiques des molécules.



Dans leur étude, l’équipe de Zehnacker a utilisé une combinaison de ces procedures pour étudier les buildings chirales d’une biomolécule dipeptide particulière. Après avoir piégé les molécules ionisées à l’aide de champs électriques, les chercheurs ont effectué une spectroscopie de masse, puis analysé les fragments à l’aide de la spectroscopie laser. Ils ont découvert que les spectres lumineux résultants étaient beaucoup additionally fortement affectés par la chiralité des molécules lorsqu’elles étaient brisées par des collisions. Comme l’a révélé la combinaison de calculs quantiques et de simulations de dynamique chimique, cet effet est survenu puisque chaque forme chirale du dipeptide se transforme en une molécule isomère différente, présentant différentes barrières à la capacité des protons à se déplacer entre les molécules.