Des drones de combat chinois en Libye déguisés en éoliennes

Les autorités italiennes n’ont pas précisé si la cargaison contenait des munitions pour les drones. Elles ont ajouté que la cargaison saisie violait probablement un embargo de longue date des Nations Unies sur les armes à destination et en provenance de la Libye.

La faction de Haftar, l’Armée nationale libyenne, est basée dans l’est de la Libye et a tenté de renverser le gouvernement internationalement reconnu du pays en 2020. Ancien officier de l’administration de Mouammar Kadhafi, Haftar a noué des liens étroits avec la Russie, et Moscou a promis de soutenir son armée alors qu’il étend son contrôle sur une grande partie de la Libye.

Les drones Wing Loong-2 en Libye

L’utilisation du Wing Loong-2 avait été signalée en Libye avant cette saisie. Les Nations Unies ont établi qu’en 2019, le drone avait probablement été utilisé par les forces de Haftar lors d’une attaque dans la banlieue de Tripoli. Le rapport de l’ONU et une enquête de la BBC ont révélé que les drones Wing Loong-2 étaient probablement fournis par les Émirats arabes unis, accusés depuis longtemps de soutenir Haftar.

Accusations au Canada

En avril, deux Libyens ont été accusés au Canada d’avoir conspiré en vue de vendre des drones de fabrication chinoise à la Libye en échange de pétrole entre 2018 et 2021.

  • L'Italie a saisi des pièces de drones de combat chinois déguisés en éoliennes en route vers la Libye.
  • Les autorités du port de Gioia Tauro ont intercepté 6 conteneurs contenant des fuselages et des ailes de drones militaires.
  • Les drones, destinés à Benghazi pour le général libyen Khalifa Haftar, étaient dissimulés parmi des matériaux imitant des pales d'éolienne.
  • Cette cargaison saisie violait probablement un embargo de longue date des Nations Unies sur les armes à destination et en provenance de la Libye.