in

Voici comment un employeur peut attirer des personnes anciennement incarcérées


En 2022, trouver et embaucher des talents keep on d’être l’une des in addition grandes difficultés des entreprises. Un groupe de travailleurs que les entreprises peuvent faire as well as d’efforts pour atteindre pendant la période difficile de l’embauche est celui des Américains anciennement incarcérés.

“Les employeurs peuvent rechercher de nouveaux bassins de skills, des travailleurs qui ont été négligés par le marché du travail”. économiste principal et scientifique des données chez Glassdoor.

Zhao a mentionné les personnes qui ont été incarcérées auparavant comme faisant partie de ceux “qui ont tendance à voir plus d’opportunités d’emploi lorsque le marché du travail est très chaud”. Plus de 70 thousands and thousands d’Américains ont un casier judiciaire et environ 8 thousands and thousands ont été emprisonnés à un moment donné de leur vie, selon un rapport du Brennan Middle for Justice.



Abbey Carlton‍, responsable de l’impact social chez In fact. Mais la pandémie, en général, pourrait être une scenario difficile pour ce vivier de talents à la recherche d’un emploi.

“Je pense aux demandeurs d’emploi qui ont été incarcérés auparavant, en particulier à ceux qui sortent de prison ou de prison en ce minute”, a-t-elle déclaré. “Ils entrent dans une pandémie mondiale et dans un ensemble de circonstances qui sont si difficiles et si uniques en termes de juste variety de rétablissement, pas seulement le travail, mais tous les différents éléments pour obtenir une identification et un logement et tout ce qui a été affecté par la pandémie.”



Les personnes anciennement incarcérées ont été confrontées à la discrimination et à un taux de chômage élevé

Un rapport publié à la fin de l’année dernière a examiné la circumstance de l’emploi des personnes libérées de prison fédérale en 2010. Les auteurs du rapport incluent la statisticienne du Bureau of Justice Stats Elizabeth Ann Carson et plusieurs chercheurs du US Census Bureau.

“Plus des deux tiers (67 %) de la inhabitants étudiée libérée d’une jail fédérale en 2010 ont obtenu un emploi formel à tout instant au cours des 16 trimestres suivant la libération”, ont écrit les auteurs. “Cependant, l’emploi de la inhabitants totale de l’étude n’a dépassé 40% dans aucun des 16 trimestres individuels après la libération.”

Mais les authorities conviennent qu’il y a une opportunité dans la pandémie de changer cela.

“Ce que la pandémie a fait, c’est que nous avons une énorme pénurie de primary-d’œuvre, donc cela a créé d’énormes opportunités pour ces citoyens de retour”, a déclaré Deb Alderson, PDG de ViaPath Technologies. ViaPath Systems, anciennement GTL, fournit des providers téléphoniques et des tablettes aux personnes incarcérées et embauche également des personnes anciennement incarcérées.

De in addition, de grandes entreprises comme Walmart et McDonald’s ont rejoint la Next Chance Organization Coalition, coprésidée par Jamie Dimon de JPMorgan et Craig Arnold d’Eaton. Ce groupe se concentre sur l’emploi de personnes ayant un casier judiciaire.

“La recherche montre que près de 90 % des employeurs exigent que les candidats se soumettent à une vérification des antécédents, et un casier judiciaire peut réduire la probabilité d’un deuxième entretien de 50 %. C’est pourquoi le SCBC travaille avec de grands employeurs pour faire avancer les secondes possibilities aux États-Unis. “, a récemment écrit la Next Possibility Business enterprise Coalition sur Twitter.

La première étape pour puiser dans ce vivier de talents est de savoir où chercher

Les employeurs peuvent publier des offres d’emploi sur Truthful Employment, un web site d’emploi spécialement conçu pour les personnes touchées par le système de justice pénale, a déclaré Alderson. Mais les entreprises peuvent également pousser leur recherche un peu as well as loin.

“Nos clients, le département des products and services correctionnels de tous ces comtés, sont in addition que disposés à travailler avec les gens”, a-t-elle déclaré. “Et ils feront venir des employeurs potentiels et rencontreront les personnes incarcérées.”

Carlton‍ a déclaré que les entreprises pourraient “créer un vivier de talents” en s’associant à des partenaires à but non lucratif ou communautaires qui aident les personnes ayant un casier judiciaire à trouver un emploi.

Les employeurs peuvent également rejoindre la campagne “Ban the Box”, a déclaré Alderson, qui vise à éliminer la boîte sur les demandes d’emploi qui demande aux candidats s’ils ont un casier judiciaire.

Robert Rooks, PDG de Reform Alliance. “les pratiques d’embauche discriminatoires peuvent encore rendre difficile l’obtention d’un emploi”. Il a également déclaré dans son article sur la possibilité d’embaucher davantage d’anciens incarcérés et de personnes en probation et en liberté conditionnelle parmi les Américains quittant leur emploi que “nous avons besoin d’une réforme de la justice pénale pour activer pleinement le potentiel de cette primary-d’œuvre”.

“Les vérifications des antécédents sont utilisées par une écrasante majorité d’employeurs”, a déclaré Carlton‍. “Mais c’est souvent le cas parce que les employeurs peuvent considérer les demandeurs d’emploi avec un casier judiciaire comme une population furthermore à risque qu’ils mettront en location des vérifications d’antécédents trop restrictives.”

Brian Matthews, vice-président senior et directeur général de la société Equifax Appriss Insights. telles que les services financiers et les soins de santé, doivent effectuer des vérifications des antécédents en raison de réglementations qui interdisent aux demandeurs d’emploi reconnus coupables de certains crimes de travailler dans ces industries.

“Il y a une exigence en fait du level de vue de la conformité, d’un position de vue juridique et souvent comme celui de l’assurance ou des affaires, que les gens n’aient pas commis certains crimes dans leur passé”, a-t-il déclaré à propos de ces industries. “Et donc, c’est devenu généralement assez normal pour une vérification des antécédents.”

Profitez des ressources disponibles et ajustez vos pratiques

“Je dirais qu’un employeur potentiel devrait se sentir très à l’aise d’embaucher quelqu’un qui est incarcéré et qui a reçu la formation appropriée”, a déclaré Alderson. “Ce n’est pas moreover risqué que d’embaucher quelqu’un qui n’a pas été incarcéré.”

Matthews a déclaré que la “surveillance continue” – embaucher une personne anciennement incarcérée qui n’est généralement pas éligible pour le poste, puis surveiller tout changement dans son profil de risque – peut augmenter le nombre de travailleurs anciennement incarcérés sur le marché du travail.

Matthews a déclaré qu’une telle approche “élargirait le bassin de candidats pour inclure les anciens incarcérés, augmenterait la probabilité qu’ils soient embauchés et soient une partie productive de la major-d’œuvre” ainsi que “augmenter l’engagement au sein de l’employeur”.

Mais les employeurs devraient viser à être accueillants pour les personnes incarcérées et pas seulement «disposés» à les embaucher, a ajouté Alderson.

“J’avais un mum or dad qui était incarcéré et qui se porte plutôt bien maintenant, mais c’est parce qu’il y avait un réseau quand il est sorti”, a déclaré Alderson. “Il y a beaucoup de gens qui sortent qui n’ont pas ce réseau. Je pense que tout employeur qui peut offrir un specific style de service autour de la réintégration dans la communauté, les aider à trouver un logement, l’accès à des outils autour des besoins médicaux, donnera une opportunity de réussir.”