Supprimez la drogue et le criminal offense, et le drame épidémique de crack des années 80 de Forex Snowfall est une émission sur les choix.



Pas les choix de la zone grise entre le mal et le bien, parce que c’est subjectif, mais les choix concernant les chemins de vie et les allégeances. C’est quelque chose que les scénaristes et producteurs de la série ont exploré dans la finale de la saison 3 lorsque les téléspectateurs ont eu une version d’un autre univers de la vie de Franklin (Damson Idris) s’il avait suivi la voie collégiale. Maintenant que Snowfall est de retour pour la saison 4 (diffusée les mercredis à 10h / 9h) après une pause d’un an et demi allongée par COVID, les admirers comprendront mieux Franklin et le poids continu de ses décisions. C’est un Franklin qui tente toujours de prouver sa domination maintenant qu’il a besoin d’une canne pour marcher, et un homme dont les liens avec la CIA sont devenus encore in addition tordus et compromis.

« Ces gens vendent du crack et de la cocaïne dans South Central, et comme Snowfall est rempli de crime et de chaos, il est facile de penser qu’ils auraient pu faire de meilleurs choix et choisir de meilleures choses ». « Mais comme le montre la finale de la saison 3, ce n’est pas forcément vrai, et la vie est difficile maintenant et était alors partout. La vie alternate de Franklin nous a permis d’approfondir les personnages, et aussi de dire : « Les choses n’auraient pas été beaucoup as well as faciles, peu importe quoi et où. »  »



Le cinéaste nominé aux Oscars John Singleton (Boyz N the Hood), qui a co-créé Snowfall et est décédé subitement d’un incident vasculaire cérébral quelques mois avant le début de la saison 3 en 2019, a demandé à Mosley de monter à bord. Singleton voulait qu’il soit un producteur-conseil et qu’il travaille avec le co-créateur Eric Amadio pour apporter in addition d’authenticité au drame. Mosley, qui est surtout connu pour sa série de romans Simple Rawlins, et Singleton ont partagé l’expérience d’être né et d’avoir grandi à Los Angeles, mais à des moments différents. Au fil du temps, Mosley a rejoint la salle des scénaristes de la série et a été promu producteur exécutif. Cette semaine, Mosley a fait les gros titres quand Amblin Television a annoncé qu’elle développerait une série Effortless Rawlins.

EP Snowfall Walter Mosley sur la saison 4 et l'héritage de John Singleton

« Écoutez, je ne ferais même pas la télévision en ce moment si John ne m’avait pas appelé et dit: » Je pense que j’ai besoin de vous dans cette pièce. Quand voulez-vous entrer ? « , Se souvient Mosley. « J’ai dit à John que je n’avais jamais écrit à la télévision et il m’a dit que c’était proper. Je pourrais simplement entrer et devenir conseiller, puis cela m’a aidé à devenir l’un des scénaristes de l’émission.  »

« Je connais des écrivains, des acteurs et des personnes qui travaillent en tant que DP, vous savez, juste en équipe de travail », dit Mosley. « Et John les a tous embauchés et leur a donné une possibility. Il disait: « Essayez-le, et si vous ne pouvez pas le faire, c’est très bien. Mais si vous pouvez le faire, c’est votre travail, et c’est votre vie. « Il y a tellement de gens pour qui John a fait ça. Certains venaient de sortir de jail et ne pouvaient trouver de travail nulle part ailleurs. Il faisait des films et des émissions de télévision, mais il changeait également le système.

En ce qui concerne Snowfall et son évolution, Mosley dit que Singleton apprécierait la croissance de son émission et de personnages tels que Teddy (Carter Hudson) l’agent de la CIA, le meilleur ami de Franklin, Leon (Isaiah John) et sa tante Louie (Angela Lewis), Oncle Jérôme (Amin Joseph) et sa mère Cissy (Michael Hyatt).

« Je suis sûr qu’il est satisfait de la façon dont les choses se sont déroulées pour la série », dit Mosley. « C’était un très bon gars. Il est crucial pour moi de dire cela, car or truck à Hollywood, vous pouvez devenir vraiment significant sans être vraiment significant. Mais John, chaque fois qu’on me demande de parler de lui, je dis toujours que c’était un grand homme. C’était un génie en tant que réalisateur et cinéaste. Mais cela ne fait pas de vous un grand homme. C’était un homme formidable parce qu’il aidait les gens et il racontait des histoires que personne d’autre ne faisait.

« Ce spectacle a un general public géant qui vit grâce au génie de John Singleton », ajoute-t-il. « Ce qu’il a fait est encore ressenti. Il est né dans la hotte et il est mort dans la hotte. C’était sa vie, et il y était tellement engagé et en le faisant. Quand je dis aux gens que j’écris pour Snowfall, ils commencent à parler des intrigues de la série et ils disent: « Ils nous ont dit que la CIA n’avait pas mis de crack dans le capot, mais nous savons qu’ils l’ont fait.  » Ce public ne partira jamais. une façon. Ils attendaient que Snowfall revienne, et maintenant il est de retour.  »

Le instant du retour de Snowfall est tout aussi significatif dans un monde moreover disposé à reconnaître le racisme systémique après le meurtre policier de George Floyd. C’est aussi un instant où, pas par hasard, une renaissance créative noire se produit sur grand et petit écran.

« Certaines personnes, en situation de pouvoir, estiment qu’elles doivent faire cela pour bien faire les choses et donnent à des émissions comme Snowfall et Queen Sugar la même pause qu’elles auraient donné des émissions dites » blanches «  », estime Mosley. « Il fut un temps où, disons, un Stephen J. Cannell pouvait tout faire, même si beaucoup de ses émissions étaient des échecs. Ces mêmes pouvoirs diraient: « Alright, ça ne me semble pas bien, mais nous allons l’essayer. » Mais maintenant, vous trouvez des émissions comme celle-ci.  »

Mosley ajoute que la croyance de Fx en Snowfall est antérieure à la popularité de faire de telles choses. « FX nous a vraiment aidés à faire cela, et ils nous ont donné beaucoup de temps et nous ont permis de faire des erreurs, et c’est ce que certaines autres personnes ont toujours eu », dit Mosley. « Je ne dirai pas: » Eh bien, les Blancs ont tout le temps.  » C’est ca le truc. »

« Tim Reid avait une émission extraordinaire appelée Frank’s Put, et vous regardez cela et vous dites: » Pourquoi ne lui ont-ils pas donné une autre année ? « C’est l’une des meilleures émissions de télévision que j’ai jamais vues », poursuit Mosley. « Quelqu’un pourrait en fait refaire ce spectacle, en fait. Je pense que le monde a changé d’une manière vraiment intéressante. Les jeunes me parlaient de l’époque des manifestations de Black Lives Matter contre George Floyd. Ils disaient: « C’est la pire des choses. C’est une chose terrible. « Et j’ai dit: » Non, non, non. Nous avons eu des choses bien additionally terribles. « Lors des émeutes de Watts de 65, 34 personnes sont mortes, dont la plupart étaient des Noirs, et les seules personnes qui protestaient dans les rues étaient des Noirs. Mais cette fois, il y avait tous ces Blancs, Asiatiques et Hispaniques avec nous. Tout le monde était là-bas. Et cela signifie que les gens disent enfin : « C’est un problème américain. » «