• Fb a banni de sa plateforme un rĂ©seau de centaines de comptes, groupes et pages Fb associĂ©s au mouvement « boogaloo » antigouvernemental vaguement organisĂ© et d’extrĂȘme droite
  • Dans un communiquĂ©, Facebook a qualifiĂ© le rĂ©seau de « d’organisation violente » et « dangereuse ». Il a dĂ©clarĂ© que le rĂ©seau spĂ©cifique de centaines de groupes et de comptes qu’il avait interdit sur sa plate-forme Ă©tait distinctive du mouvement de boogaloo amorphe additionally big motor vehicle il « cherche activement Ă  commettre des violences »
  • Les individus et les comptes associĂ©s au mouvement extrĂ©miste ont Ă©tĂ© mis Ă  l’honneur ces derniĂšres semaines, en particulier Ă  la lumiĂšre des manifestations Ă  l’Ă©chelle nationale contre la brutalitĂ© policiĂšre
  • Visitez la webpage d’accueil de Business enterprise Insider pour as well as d’histoires

Fb a annoncĂ© mardi qu’il interdisait un rĂ©seau de comptes, de groupes et de webpages Facebook associĂ©s au mouvement d’extrĂȘme droite anti-gouvernemental « boogaloo » de sa plateforme, le qualifiant d’organisation « violente » et « dangereuse ».

« Aujourd’hui, nous dĂ©signons un rĂ©seau antigouvernemental violent basĂ© aux États-Unis comme une organisation dangereuse et nous l’interdisons de notre plateforme », a dĂ©clarĂ© la sociĂ©tĂ© dans un communiquĂ©.

Facebook interdit des centaines de groupes et de comptes liĂ©s au mouvement boogaloo amorphe d'extrĂȘme droite

« Ce rĂ©seau utilise le terme boogaloo mais est distinctive du mouvement boogaloo furthermore huge et faiblement affiliĂ© car il cherche activement Ă  commettre des violences », a poursuivi Fb. « Pendant des mois, nous avons supprimĂ© le contenu de Boogaloo lorsqu’il y a un lien clair avec la violence ou une menace crĂ©dible pour la sĂ©curitĂ© publique, et la dĂ©signation d’aujourd’hui signifiera que nous supprimerons plus de contenu Ă  l’avenir, y compris les groupes et les web pages Fb. »

Dans le cadre de la dĂ©signation, Facebook a dĂ©clarĂ© avoir supprimĂ© 220 comptes Fb, 95 comptes Instagram, 28 internet pages et 106 groupes liĂ©s au rĂ©seau boogaloo qu’il avait identifiĂ© de sa plateforme. In addition de 400 autres groupes et 100 web pages ont Ă©galement Ă©tĂ© supprimĂ©s de Facebook pour l’hĂ©bergement de contenu liĂ© Ă  boogaloo qui violait les politiques de l’entreprise.

« Nous avons toujours supprimĂ© le contenu de Boogaloo lorsque nous identifions un appel clair Ă  la violence », a dĂ©clarĂ© Fb, ajoutant qu’il avait supprimĂ© moreover de 800 messages liĂ©s Ă  l’idĂ©ologie qui violait sa politique sur la violence et l’incitation au cours des deux derniers mois.

L’idĂ©ologie extrĂ©miste a connu une rĂ©surgence aprĂšs la mort de George Floyd

/ Picture prise le 26 novembre 2018 / REUTERS / Brian Snyder

Des individus et des tĂ©moignages associĂ©s au mouvement d’extrĂȘme droite ont Ă©tĂ© mis Ă  l’honneur ces derniĂšres semaines, en particulier Ă  la lumiĂšre des manifestations Ă  l’Ă©chelle nationale contre la brutalitĂ© policiĂšre aprĂšs le dĂ©cĂšs du jour du Souvenir de George Floyd, 46 ans, en garde Ă  vue.

Politico a fait état de deux nouvelles évaluations des renseignements as well as tÎt ce mois-ci, avertissant que les extrémistes de boogaloo pourraient bientÎt cibler Washington, DC.

Une take note, datĂ©e du 15 juin du National Money Location Danger Intelligence Consortium (NTIC), a dĂ©clarĂ© que « le district est probablement une cible pour les adhĂ©rents violents de l’idĂ©ologie boogaloo en raison de la prĂ©sence importante d’entitĂ©s chargĂ©es de l’application des lois amĂ©ricaines et du big Ă©ventail de Les Ă©vĂ©nements protĂ©gĂ©s par le premier amendement y sont hĂ©bergĂ©s.  »

« Les Ă©vĂ©nements rĂ©cents indiquent que les violents adeptes de l’idĂ©ologie boogaloo rĂ©sident probablement dans la rĂ©gion de la capitale nationale, et d’autres pourraient ĂȘtre prĂȘts Ă  parcourir de longues distances pour inciter Ă  l’agitation civile et Ă  la violence encouragĂ©e dans les message boards en ligne associĂ©s au mouvement », a dĂ©clarĂ© l’Ă©valuation des NTIC, selon Ă  Politico.

Une autre note, datée du 20 juin du Département de la sécurité intérieure, a déclaré que