• Furthermore de 122 enfants aux Philippines ont Ă©tĂ© tuĂ©s depuis juillet 2016 en raison de la «guerre contre la drogue» du prĂ©sident Rodrigo Duterte
  • Les dĂ©cĂšs sont intentionnels, en remplacement de cibles rĂ©elles, ou dus Ă  des identitĂ©s erronĂ©es depuis 2016, selon une nouvelle Ă©tude
  • L’Ă©tude rĂ©alisĂ©e par l’Organisation mondiale contre la torture a rĂ©vĂ©lĂ© que moreover de la moitiĂ© des meurtres ont Ă©tĂ© perpĂ©trĂ©s par la law enforcement
  • Le rapport dĂ©crit quelques incidents horribles, notamment le meurtre d’un garçon de 7 ans aprĂšs qu’il a Ă©tĂ© tĂ©moin d’un autre meurtre par la law enforcement locale. Un seul meurtre a conduit Ă  l’arrestation de policiers
  • Visitez la web site d’accueil de Small business Insider pour in addition d’histoires

La police philippine est responsable de la mort de additionally de 60 enfants – sur au moins 122 homicides – lors de la «guerre contre la drogue» du prĂ©sident Rodrigo Duterte, selon une nouvelle Ă©tude.

L’Ă©tude intitulĂ©e « Comment ont-ils pu faire ça Ă  mon enfant? » a Ă©tĂ© publiĂ© par l’Organisation mondiale contre la torture (WOAT) le 29 juin et se concentre sur les dĂ©cĂšs d’enfants entre juillet 2016 et dĂ©cembre 2019.

Furthermore de 122 enfants ont été tués dans la «guerre contre la drogue» aux Philippines et la law enforcement est responsable de in addition de la moitié des meurtres

Il a rĂ©vĂ©lĂ© que as well as de 122 enfants avaient Ă©tĂ© tuĂ©s, exprĂšs, en remplacement de cibles rĂ©elles, ou en raison d’identitĂ©s erronĂ©es depuis 2016, et cela n’a pas cessĂ© cette annĂ©e, avec au moins sept enfants tuĂ©s entre janvier et mars.

Le rapport indique que la plupart des victimes sont pauvres et vulnĂ©rables, et presque toutes les familles ont demandĂ© l’anonymat, craignant des reprĂ©sailles pour avoir dĂ©noncĂ©.

Le rapport a Ă©galement dĂ©crit certains incidents horribles, notamment le meurtre d’un garçon de 7 ans aprĂšs qu’il a Ă©tĂ© tĂ©moin d’un autre meurtre par la police locale. Le rapport indique que la in addition jeune victime Ă©tait une petite fille de 20 mois.

Il n’y a eu qu’une seule condamnation: trois policiers ont Ă©tĂ© condamnĂ©s pour le meurtre d’un garçon de 17 ans nommĂ© Kian delos Santos en 2017, aprĂšs avoir Ă©tĂ© capturĂ©s sur des pictures de vidĂ©osurveillance, selon Euro Information.

Les décÚs documentés par WOAT sont également probablement une sous-estimation, car or truck tous les décÚs ne sont pas signalés en raison de la peur des gens envers la law enforcement, selon The Guardian.

Le rapport a Ă©tĂ© rendu community quelques jours avant la prĂ©sentation au Conseil des droits de l’homme d’un autre rapport du Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, qui a averti que la law enforcement avait agi comme si elle avait « l’autorisation de tuer ».

Cette autorisation vient de Duterte, qui depuis qu’il est devenu prĂ©sident en 2016 s’est concentrĂ© sur la rĂ©pression du criminal offense et l’arrĂȘt du commerce de la drogue.

En avril, il a dĂ©clarĂ© aux fauteurs de difficulties du coronavirus qu’ils seraient abattus par des soldats, et en juin, il a renouvelĂ© sa menace d’assassiner des trafiquants de drogue, aprĂšs que des responsables ont saisi 1667 livres de mĂ©thamphĂ©tamine en cristal, selon Al Jazeera.

« Si vous dĂ©truisez mon pays en distribuant 5,1 milliards de pesos de shabu … je vous tuerai », a-t-il dĂ©clarĂ© dans un discours enregistrĂ©.

Selon le rapport des Nations Unies, des dizaines de milliers de personnes auraient pu ĂȘtre tuĂ©es pendant la guerre, et la law enforcement, qui est responsable d’une grande partie des meurtres, bĂ©nĂ©ficie d’une « quasi-immunité ».

Une autre Ă©tude publiĂ©e en mai par Human Legal rights Look at a dĂ©clarĂ© que si certains enfants sont morts au mauvais endroit au mauvais instant, d’autres enfants ont Ă©tĂ© dĂ©libĂ©rĂ©ment pris pour cible, selon le Sydney Morning Herald.

Il est probable que les Philippines seront confrontĂ©es Ă  une poussĂ©e concertĂ©e pour une enquĂȘte indĂ©pendante sur la guerre contre la drogue de Duterte et sur ce que les groupes de dĂ©fense des droits de l’homme ont appelĂ© des meurtres extrajudiciaires, selon le Herald.