La génération Y se souciait peu de l’équilibre travail-vie personnelle, mais cela a changé

Lorsque les millennials ont commencé leur carrière, ils se souciaient encore moreover que les baby-boomers de travailler dur, mais ils constituent désormais la génération la in addition favorable à un équilibre as well as sain entre vie professionnelle et vie privée, selon une nouvelle étude.

Des universitaires de l’institut politique du King’s University de Londres ont publié jeudi la dernière étude du Planet Values ​​Survey, après avoir interrogé furthermore de 3 000 adultes britanniques.

L’une de ces thoughts portait sur l’attitude des différentes générations à l’égard de l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée, demandant aux individuals ce qu’ils pensaient de l’affirmation : « Le travail devrait toujours passer en leading, même si cela signifie moins de temps libre. »

En 2009, 41% des millennials étaient d’accord ou tout à fait d’accord avec cette affirmation. Seulement 29% des child-boomers étaient du même avis, et seuls ceux nés avant 1945 étaient furthermore susceptibles d’être d’accord sur le fait que le travail devait passer en leading.

L’étude définit la génération Y comme étant celle née entre 1980 et 1995, c’est pourquoi bon nombre d’entre eux commenceraient à avoir un impact sur la most important-d’œuvre à cette époque.

Mais depuis, les choses ont radicalement changé.

En 2022, seulement 14% des millennials convenaient que le travail devait toujours passer en premier. Cela en fait la génération la moreover soucieuse de l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée, la génération X arrivant en deuxième place avec 16%, puis la génération Z, la cohorte la in addition jeune, avec environ 19%.

« Ce qui ressort de ces données est davantage une dérive constante vers un meilleur équilibre entre travail et vie privée, plutôt qu’un changement vital d’attitude, ce qui n’est pas nécessairement mauvais pour la productivité », a déclaré le professeur Bobby Duffy, directeur de L’institut politique de KCL.

« Il y aura un certain nombre d’explications à ces changements, de la nostalgie qui a tendance à croître avec l’âge, à la pensée que les jeunes générations sont moins engagées que nous ne l’étions, et à la stagnation économique et salariale à long terme qui amènera les jeunes générations à remettre en problem la valeur du travail. »