Gina Gershon dévoile ses rôles cultes : « Bound », « Showgirls », « Killer Joe »

Louie Pour quelqu’un qui travaille sans interruption depuis des décennies, Gershon revient sur son travail avec les Wachowski, sur le fait de devenir par inadvertance une icône queer et d’être cataloguée comme « des femmes très dures à moto qui tuent des hommes ».

Défier ses agents pour jouer dans « Les Liens sacrés » et retrouver le look de Corky dans les bars lesbiens de San Francisco

Gina Gershon a toujours été une actrice audacieuse, prête à prendre des risques pour des rôles qui lui tiennent à cœur. Lorsqu’elle a décidé de jouer dans « Les Liens sacrés », elle a dû défier ses agents qui n’étaient pas convaincus par le projet. Cependant, son instinct s’est avéré juste, car ce film est devenu un classique du cinéma queer.

Dans les bars lesbiens de San Francisco, il n’est pas rare de voir des femmes adopter le look de Corky, le personnage emblématique de Gershon dans « Les Liens sacrés ». Ce style, caractérisé par une allure androgyne et une attitude rebelle, a marqué toute une génération et continue d’influencer la mode queer aujourd’hui.

Travailler avec les Wachowski

Gershon se souvient avec émotion de son expérience de travail avec les Wachowski. Les réalisateurs, connus pour leur vision unique et leur approche novatrice du cinéma, ont offert à Gershon l’opportunité de jouer des rôles complexes et nuancés. Leur collaboration sur « Les Liens sacrés » a non seulement renforcé sa carrière, mais a également contribué à la représentation des personnages LGBTQ+ dans le cinéma mainstream.

Devenir une icône queer

Sans le vouloir, Gina Gershon est devenue une icône queer. Son interprétation de Corky dans « Les Liens sacrés » a résonné profondément avec la communauté LGBTQ+. Elle est souvent reconnue pour ce rôle et pour d’autres personnages forts et indépendants qu’elle a incarnés au fil des ans. Cette reconnaissance a été une source de fierté pour Gershon, qui voit cela comme une validation de son choix de rôles audacieux et significatifs.

Être cataloguée comme une femme dure

Gershon admet qu’elle a souvent été cataloguée comme une femme dure à cause de ses rôles au cinéma. Cependant, elle voit cela comme un compliment. Pour elle, jouer des personnages forts et indépendants est une manière de défier les stéréotypes de genre et de montrer que les femmes peuvent être tout aussi puissantes et résilientes que les hommes. Cette image de femme forte à moto, prête à tout pour défendre ses convictions, est devenue une partie intégrante de son identité cinématographique.

En fin de compte, Gina Gershon est fière de son parcours et des choix qu’elle a faits tout au long de sa carrière. Elle continue d’inspirer et de défier les attentes, prouvant que l’audace et l’authenticité sont les clés du succès durable dans l’industrie du cinéma.

  • Gina Gershon dévoile ses rôles cultes : « Bound », « Showgirls », « Killer Joe ».
  • Défier ses agents pour jouer dans « Les Liens sacrés » et retrouver le look de Corky dans les bars lesbiens de San Francisco.
  • Travailler avec les Wachowski a renforcé sa carrière et contribué à la représentation des personnages LGBTQ+.
  • Devenue une icône queer, elle défie les stéréotypes de genre en incarnant des femmes fortes et indépendantes.