Harley Quinn pensait probablement que sa deuxième saison serait finie alors que son film live Birds of Prey était toujours en salles. WB a augmenté la version VOD du film afin que les gens puissent le regarder à la maison, mais vous pouvez toujours obtenir plus d’un correctif de Harley Quinn avec la saison 2 de sa série animée sur DCUniverse, qui présente irrévérencieusement la Ligue Injustice.



La saison 1 de Harley Quinn a été lancée le 29 novembre 2019 et a diffusé 13 épisodes sur le service de streaming DC. La saison 2 est diffusée le vendredi 3 avril et offre plus de hijinks coquins non censurés que vous attendez d’elle.

La fête de Harley Quinn ne peut pas durer éternellement

Avec Batman et le Joker vaincus, Gotham City est dans le chaos et c’est exactement ce que Harley Quinn (voix de Kaley Cuoco) aime. Le président a carrément expulsé Gotham City des États-Unis. Harley savoure le carnage sanglant que les animateurs animent dans les rues.



Cela ne la met pas vraiment en phase lorsque The Penguin (Wayne Knight) et Two Face (Andrew Daly) envoient des hommes de main pour prendre le contrôle du centre commercial mort où Harley et ses amis se cachent. Harley les envoie pour continuer à faire la fête mais Poison Ivy (Lake Bell) l’avertit qu’elle doit prendre les choses en main et elle a raison. Le chaos ne durera pas éternellement et si Harley n’apparaît pas au sommet, quelqu’un d’autre le fera.

Harley Quinn Revue de la première saison 2 : The Injustice League Rises

Penguin, Two Face, Riddler (Jim Rash), Mr. Freeze (Alfred Molina) et Bane (James Adomian) forment la Injustice League (compris ? Ils la traitent certainement). C’est toujours quelque chose, donc Harley a un nouvel ennemi qui menace de couper court à sa fête. L’idée de méchants essayant de travailler ensemble à travers leurs bœufs personnels est tout aussi drôle que The Avengers.

Amusez-vous avec la Ligue de l’injustice

L’intrigue pourrait être la prémisse d’un Suicide Squad, Birds of Prey ou même d’un film Batman, mais la série Harley Quinn le joue pour le rire. Sans boss, les hommes de main manquent de direction. On se bloque sur la sémantique. Même les principaux méchants ont du mal à faire des choses ménagères de base et se plaignent des minuties de leurs repaires maléfiques.

Ils continuent de faire des réserves irrévérencieuses aux héros qui ne sont pas présents pour se défendre. Le commissaire Gordon (Christopher Meloni) aspire à Batman. Il est déçu de qui il obtient à la place.

« Harley Quinn » est toujours méchant

Il n’y a que sept mots F dans la première de la saison de Harley Quinn, mais il y a aussi beaucoup de mots A et de mots S. Pas seulement de Harley, tous les méchants jurent et le commissaire Gordon brise une fois de plus le décorum.

L’épisode serre-livres avec des scènes extrêmement violentes. Les animateurs s’amusent à dessiner des taches rouges sanglantes excessives, qu’ils soient des Gothamites innocents ou des hommes de main méritants. Tous les amis de Harley participent également à la violence. King Shark (Ron Funches), Sy Borgman (Jason Alexander), Clayface (Alan Tudyk) et Ivy profitent de moments incroyables.

La Ligue Injustice fait un pas à la fin de l’épisode qui met en place une saison passionnante. Il y aura beaucoup de nouvelles dynamiques amusantes avec lesquelles Harley Quinn pourra jouer. Tant que Harley reste Harley, sa joie chaotique sera amusante à regarder dans n’importe quel scénario.