L'hôpital de Gaza devrait abriter le QG du Hamas et n'est pas "assiégé", selon Tsahal

  • Un porte-parole de l'armée israélienne nie les informations selon lesquelles l'hôpital Al-Shifa à Gaza est assiégé par des troupes israéliennes.
  • Les autorités israéliennes affirment que l'hôpital abrite le quartier général principal du Hamas et fournissent une couverture pour leurs activités terroristes.
  • Tsahal a accepté d'aider à évacuer les nouveau-nés du service de pédiatrie vers un hôpital plus sûr.

dans le sud de la bande de Gaza dans le sud de la bande de Gaza

Un porte-parole de l’armée israélienne a démenti samedi les informations largement répandues selon lesquelles les troupes assiégeaient l’hôpital Al-Shifa à Gaza, qui, selon les renseignements israéliens, fournit une couverture au quartier général principal du Hamas.

Les troupes israéliennes ont combattu samedi des hommes armés du Hamas dans la ville de Gaza et semblaient se rapprocher du plus grand complexe hospitalier de Gaza, où les opérations ont été suspendues en raison du manque d’électricité et de carburant, a déclaré son directeur, Muhammad Abu Salmiya, à Al-Jazeera.

“Nous sommes à quelques minutes d’une mort imminente”, a-t-il déclaré, ajoutant que les personnes se trouvant à l’intérieur des bâtiments de l’hôpital étaient ciblées par des tireurs isolés israéliens.

L'hôpital de Gaza devrait abriter le QG du Hamas et n'est pas

Ce qui a été décrit comme un siège du complexe a mis en danger des dizaines de nouveau-nés pris en charge dans des incubateurs, a déclaré un autre responsable d’Al-Shifa à la BBC. Le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas, a déclaré qu’un nouveau-né était déjà mort dans une couveuse à cause de l’assaut.

Le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, a toutefois démenti les informations selon lesquelles les forces israéliennes auraient attaqué l’hôpital.

“Il y a eu beaucoup de désinformation en provenance de Gaza aujourd’hui, c’est pourquoi je souhaite clarifier les faits”, a-t-il déclaré aux journalistes. “Il n’y a pas de siège, je le répète, pas de siège à l’hôpital Shifa.”

Le côté est de l’hôpital, a-t-il déclaré, est « ouvert au passage en toute sécurité des Gazaouis qui souhaitent quitter l’hôpital. Nous discutons directement et régulièrement avec le personnel de l’hôpital ».

Il a également déclaré qu’à la demande des administrateurs de l’hôpital, Tsahal a accepté d’aider les bébés du service de pédiatrie à être évacués vers un hôpital plus sûr.

“Nous fournirons l’assistance nécessaire”, a-t-il déclaré, ajoutant : “Nous avons parlé aujourd’hui avec le personnel de l’hôpital et nous avons clairement dit que Tsahal n’attaquait pas l’hôpital. Nous continuerons à permettre aux patients et au personnel médical de se déplacer vers le sud manière sûre.”

Le ministère de la Santé de Gaza a déclaré vendredi qu’Israël avait bombardé quatre hôpitaux de Gaza, dont Al-Shifa, blessant plusieurs personnes.

Israël affirme que le Hamas a délibérément placé son quartier général principal dans des tunnels sous l’hôpital, l’utilisant comme base pour ses « activités terroristes » tout en employant des travailleurs de la santé et des patients comme boucliers humains contre les attaques.

“Le terrorisme n’a pas sa place dans un hôpital et Tsahal opérera pour découvrir toute infrastructure terroriste”, a promis l’armée israélienne le mois dernier.

La direction de l’hôpital, ainsi que le groupe militant palestinien, ont rejeté ces affirmations, les qualifiant de « mensonges absolus ».

Des dizaines de milliers de civils cherchant à échapper aux combats avaient auparavant cherché refuge autour de l’enceinte de l’hôpital, selon le ministère de Gaza.

L’organisation non gouvernementale Médecins sans frontières a déclaré samedi qu’elle n’était en mesure de contacter aucun membre de son personnel à Shifa, ajoutant : « Nous sommes extrêmement préoccupés par la sécurité des patients et du personnel médical. Les patients sont toujours à l’hôpital, certains dans un état critique. et incapable de bouger.

“Nous réitérons de toute urgence nos appels à mettre fin aux attaques contre les hôpitaux et à protéger les installations médicales, le personnel médical et les patients.”

Le Croissant-Rouge palestinien a déclaré que des chars israéliens étaient également stationnés devant un autre hôpital du nord de Gaza, Al-Quds.

“Les chars israéliens sont à 20 mètres de l’hôpital Al-Quds”, ont déclaré les travailleurs humanitaires dans un message sur X. “Des tirs directs sur l’hôpital ont créé un état de panique et de peur extrême parmi 14 000 personnes déplacées”.

L’activité autour des hôpitaux s’est produite au milieu d’intenses combats dans le nord de Gaza. L’armée israélienne a déclaré que sa 401e brigade avait « éliminé » environ 150 « terroristes » et pris le contrôle des bastions du Hamas dans la région.

L’armée a affirmé vendredi avoir frappé 15 000 cibles appartenant à des “groupes terroristes” à Gaza depuis le début de la guerre le 7 octobre, saisissant des milliers d’armes, dont des roquettes et des missiles anti-aériens.