Israël valide 5 300 nouveaux logements en Cisjordanie

Un groupe de surveillance a annoncé jeudi la dernière d’une série de mesures visant à accélérer l’expansion des colonies israéliennes, consolidant ainsi le contrôle israélien sur le territoire et empêchant la création d’un futur État palestinien. Cette décision intervient alors que les efforts diplomatiques pour mettre fin à la guerre de neuf mois à Gaza semblent reprendre après une pause de plusieurs semaines. Le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu a annoncé qu’il avait décidé d’envoyer des négociateurs pour reprendre les pourparlers. La veille, le groupe militant Hamas avait remis aux médiateurs sa dernière réponse à une proposition d’accord soutenue par les États-Unis.

Les combats se sont intensifiés entre Israël et le Hezbollah libanais, le groupe militant affirmant jeudi avoir tiré plus de 200 roquettes et fait exploser des drones sur le nord d’Israël pour venger la mort d’un haut commandant lors d’une frappe aérienne israélienne la veille. Des mois d’échanges ont littéralement enflammé la frontière israélo-libanaise et fait craindre une guerre encore plus dévastatrice au Moyen-Orient. Le Hezbollah a déclaré qu’il cesserait ses attaques si un cessez-le-feu était conclu entre le Hamas, un autre allié soutenu par l’Iran, et Israël.

La campagne de colonisation accélérée

La campagne de colonisation accélérée d’Israël menace d’attiser davantage les tensions en Cisjordanie, qui connaît une montée de la violence depuis le début de la guerre à Gaza le 7 octobre. L’organisation israélienne anti-colonisation Peace Now a indiqué que le Conseil supérieur de planification du gouvernement avait approuvé ou avancé des plans pour 5 295 logements dans des dizaines de colonies à travers la Cisjordanie. Elle a également « légalisé » trois avant-postes informels en tant que nouveaux quartiers de colonies existantes dans la vallée du Jourdain et près de la ville d’Hébron.

Mercredi, l’organisation Peace Now a annoncé qu’Israël avait approuvé la plus grande saisie de terres en Cisjordanie depuis plus de trois décennies. Le COGAT, l’organisme de défense israélien qui supervise le conseil de planification, a renvoyé les questions au bureau de Netanyahu, qui n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaires. Le gouvernement de Netanyahou est dominé par les colons et leurs partisans. Le ministre des Finances, un nationaliste radical, Bazalel Smotrich, lui-même colon, a été chargé de la politique de colonisation et a déclaré que son expansion rapide visait en partie à empêcher la création d’un État palestinien.

Les attaques des colons

Au cours des derniers mois, les colons ont mené plus de 1 000 attaques contre des Palestiniens, causant des morts, endommageant des biens et, dans certains cas, poussant les Palestiniens à fuir leurs villages. Les Palestiniens revendiquent la Cisjordanie, Jérusalem-Est et Gaza – zones conquises par Israël lors de la guerre du Moyen-Orient de 1967 – pour y créer un État indépendant. L’approbation de nouveaux projets de logements pourrait également irriter l’allié d’Israël, les États-Unis, qui se prononcent contre les colonies, même s’ils n’ont pas fait grand-chose pour faire pression sur Israël sur cette question.

Le ministère de la Santé de Gaza a annoncé jeudi que le nombre de Palestiniens tués par la campagne israélienne dans la bande de Gaza avait dépassé les 38 000. Le ministère ne fait pas de distinction entre les combattants et les civils dans son décompte. La guerre a commencé lorsque des militants dirigés par le Hamas ont lancé une attaque surprise le 7 octobre dans le sud d’Israël, tuant environ 1 200 personnes et en enlevant 250 autres.

La reprise des négociations

La reprise des négociations sur un cessez-le-feu semble marquer une nouvelle tentative des médiateurs américains, qataris et égyptiens de surmonter le fossé qui a entravé à plusieurs reprises la conclusion d’un accord au cours des derniers mois. Le Hamas veut un accord qui garantisse le retrait total des troupes israéliennes de Gaza et la fin de la guerre. Netanyahou affirme que la guerre ne peut pas prendre fin avant l’élimination du Hamas.

Les négociateurs israéliens devraient arriver à Doha, la capitale du Qatar, pour les négociations dès vendredi, en présence de responsables américains, égyptiens et qataris. Un haut responsable de l’administration Biden a déclaré que la Maison Blanche considérait la reprise des négociations comme une « avancée » qui « fait avancer le processus », tout en avertissant qu’il restait encore beaucoup de travail à faire.

M. Netanyahou s’est entretenu jeudi avec le président Joe Biden. Le bureau de M. Netanyahou a déclaré qu’il avait dit à Biden qu’Israël s’était engagé à « terminer la guerre seulement après avoir atteint tous ses objectifs » – une référence au double objectif de guerre consistant à sauver les otages et à détruire le Hamas. Biden a clairement fait savoir à Netanyahu qu’il était « temps de conclure l’accord », a déclaré le responsable de l’administration, qui s’est exprimé sous couvert d’anonymat pour discuter de l’appel de 30 minutes.

Le plan américain

Les États-Unis ont rallié le soutien du monde entier à un plan de cessez-le-feu progressif à Gaza qui prévoit la libération de tous les otages encore détenus par le Hamas en échange d’une trêve durable et du retrait des forces israéliennes de Gaza. Jusqu’à présent, aucune des deux parties ne semble l’avoir pleinement adopté. Le mois dernier, le Hamas avait proposé des « amendements » à la proposition, dont certains, selon les États-Unis, étaient irréalisables. Les négociations ont été interrompues.

Après que les États-Unis ont proposé une nouvelle version, le Hamas a déclaré mercredi avoir envoyé une nouvelle réponse à l’Égypte et au Qatar. Bassem Naim, responsable politique du Hamas, a déclaré que le groupe avait « répondu avec quelques idées pour combler le fossé » entre les deux parties, sans donner plus de détails.

De son côté, Netanyahou a affiché des positions contradictoires : il a affirmé qu’Israël était attaché à la proposition présentée par Biden dans un discours du 31 mai. Mais dans une interview télévisée le mois dernier, il a déclaré qu’il n’était prêt qu’à conclure un « accord partiel » et qu’il poursuivrait la guerre « après une pause ».

Fondamentalement, la proposition américaine prévoit un processus en trois phases. La première phase prévoit un cessez-le-feu, le retrait des forces israéliennes de toutes les zones densément peuplées de Gaza et la libération d’un certain nombre d’otages, dont des femmes, des personnes âgées et des blessés, en échange de la libération de centaines de prisonniers palestiniens.

Après la libération de certains otages lors du cessez-le-feu de novembre, les militants détiennent toujours environ 80 otages et les restes de 40 autres. Durant les 42 jours de la première phase, les parties négocieront les termes de la deuxième phase. Les négociations doivent aboutir à un « calme durable » et au retrait de toutes les troupes israéliennes de Gaza, avec la libération par le Hamas de tous les otages masculins restants en échange de la libération par Israël des prisonniers palestiniens. La troisième phase verrait la restitution des dépouilles des otages.

Le passage de la première à la deuxième phase semble être le principal point d’achoppement. Le Hamas craint qu’Israël ne relance la guerre après la première phase, peut-être après avoir formulé des exigences irréalistes lors des négociations. Les responsables israéliens ont déclaré qu’ils souhaitaient que les négociations aboutissent à l’éviction du Hamas du pouvoir à Gaza, une disposition qui n’est pas précisée dans la proposition. Ils ont également demandé que la durée des négociations soit limitée afin de maintenir la pression sur le Hamas et d’empêcher celui-ci de prolonger les pourparlers et le cessez-le-feu initial.

Le responsable de l’administration américaine a indiqué que le Hamas avait abandonné sa position exigeant des garanties d’un cessez-le-feu permanent pour entamer l’accord en trois phases. La réponse du Hamas indique qu’il existe une « compréhension décente de ce qui devrait se passer » pour passer de la première à la deuxième phase, a déclaré le responsable.