in

Un juge du Wisconsin rejette la plainte contre le faux électeur du GOP

Un juge du Wisconsin a rejeté mardi une plainte ouverte contre un membre républicain de la Commission électorale du Wisconsin qui a servi de faux électeur à l’ancien président Donald Trump.

Les allégations selon lesquelles la commission électorale aurait violé la loi sur les archives ouvertes de l’État en retenant à tort des documents se poursuivront, mais les allégations portées contre le commissaire Robert Spindell ont été rejetées par le juge du circuit du comté de Dane, Jacob Frost.

La commission elle-même, et non Spindell, est l’autorité légale qui doit conserver les dossiers en question et être la cible de tout procès les recherchant.

Un juge du Wisconsin rejette la plainte contre le faux électeur du GOP

Le cabinet d’avocats Law Forward, basé à Madison, connu pour les affaires à tendance libérale qu’il prend, a intenté une action en justice contre la commission et Spindell. L’avocat de Law Forward, Scott Thompson. même si Spindell n’était plus partie au procès.

Mark Maciolek, sollicitant des commentaires.

Le procès découle d’une plainte déposée par Law Forward auprès de la commission électorale en 2021. Il alléguait que des républicains se faisaient passer illégalement pour des électeurs du Wisconsin dans le but de convaincre le Congrès américain de déclarer que Trump avait remporté l’État en 2020, même s’il avait en fait perdu. au président Joe Biden par environ 21 000 voix.

L’année dernière, la commission électorale du Wisconsin a rejeté une plainte concernant les événements, affirmant que les républicains qui avaient tenté de voter pour Trump dans les 10 collèges électoraux de l’État n’avaient enfreint aucune loi électorale. Spindell ne s’est pas récusé d’examiner la plainte, même s’il a voté comme l’un des faux électeurs du GOP.

Lors d’une réunion à huis clos, la commission a voté à l’unanimité le rejet de la plainte.

L’histoire continue

Le ministère de la Justice du Wisconsin a conclu que les républicains essayaient légitimement de préserver le statut juridique de Trump alors que les tribunaux décidaient si lui ou Biden gagnaient les élections. C’est le même argument que les alliés de Trump et les faux électeurs du Wisconsin ont avancé, notamment dans leur témoignage devant le comité du 6 janvier.

Dans une action en instance, le groupe allègue que Spindell aurait dû être exclu de l’examen de la plainte devant la commission parce que ses actions étaient au cœur de l’affaire.

L’autre affaire, entendue mardi, alléguait que Spindell et la commission électorale n’avaient pas remis les dossiers que Law Forward avait demandés à plusieurs reprises en vertu de la loi sur les dossiers ouverts du Wisconsin. Le cabinet d’avocats a demandé des documents liés à un commentaire que Spindell a fait lors de la partie publique d’une réunion de la commission de novembre 2021 où il a ouvertement discuté de sa décision de ne pas se récuser de l’examen de la plainte relative aux faux électeurs. La commission avait examiné la demande à huis clos uniquement, ce qui rendait les commentaires de Spindell inhabituels.

Plus précisément, Law Forward a demandé des communications concernant le matériel que Spindell semblait lire pendant la réunion. Selon le procès, la commission électorale a fourni un seul document qui ressemblait à ce que Spindell avait lu et a déclaré que Spindell n’avait aucun autre document connexe.

Frost a rejeté les réclamations contre Spindell, d’accord avec son argument selon lequel la commission est l’autorité légale en charge des dossiers.

Law Forward a porté l’affaire au nom de Paul Sickel, directeur exécutif du Conseil d’État du Wisconsin du Service Employees International Union.

Le cabinet a également déposé une autre plainte, actuellement pendante devant un tribunal fédéral, contre les 10 électeurs et les avocats de Trump. réclamant 2,4 millions de dollars de dommages et intérêts. Cette affaire allègue que Trump et ses alliés ont conspiré pour annuler sa perte dans l’état du champ de bataille.

___

Cette histoire a été corrigée pour refléter le nom du juge du circuit du comté de Dane, Jacob Frost. Une version précédente mentionnait son prénom comme Robert Frost.