• Keir Starmer a été élu nouveau chef du Parti travailliste
  • Le secrétaire du Shadow Brexit a remporté une victoire convaincante contre ses rivales Rebecca Long-Bailey et Lisa Nandy
  • La secrétaire à l’éducation fantôme, Angela Rayner, a été élue adjointe
  • L’annonce a été faite à distance en raison du verrouillage en cours du coronavirus
  • Starmer devrait annoncer dimanche son nouveau Cabinet fantôme

Keir Starmer a remporté le concours à la direction du Parti travailliste et remplacera Jeremy Corbyn à la tête du Parti travailliste.



Le secrétaire du Shadow Brexit a remporté la course de manière convaincante lors du dernier tour contre la secrétaire du Shadow Business Rebecca Long-Bailey et la députée travailliste Lisa Nandy, a annoncé le parti samedi matin.

La secrétaire de Shadow Education, Angela Rayner, a également remporté sa course pour être élue adjointe de Starmer.



L’annonce a été faite sur les médias sociaux avec une conférence spéciale précédemment prévue pour annoncer les résultats annulés en raison du verrouillage en cours du coronavirus au Royaume-Uni.

Keir Starmer remporte le concours à la direction du parti travailliste et promet d'unir le parti

Les trois candidats à la direction ont été invités à pré-enregistrer un discours d’acceptation comme alternative à l’annonce du résultat en direct.

On s’attend à ce que Starmer révèle ses nouvelles sélections du Cabinet fantôme dimanche avec des rapports suggérant que les députés travaillistes Rachel Reeves et Anneliese Dodds sont de solides prétendants au rôle de Shadow Chancellor.

La victoire de Starmer intervient après un long combat qui a été éclipsé à la fois par la sortie de la Grande-Bretagne de l’UE et la pandémie de coronavirus.

Long-Bailey, qui était un proche fidèle de Jeremy Corbyn, était initialement le favori pour gagner la course, mais a rapidement pris du retard sur le secrétaire du Shadow Brexit dans les sondages des membres du parti à la suite des élections générales de l’année dernière.

Qui est Keir Starmer ?

Antisémitisme

Un problème qui a tourmenté le Parti travailliste ces dernières années est l’antisémitisme, avec des membres, des personnalités du parti et même certains députés accusés de répandre des préjugés contre le peuple juif.

La crise a conduit la Commission pour l’égalité et les droits de l’homme à ouvrir une enquête sur le parti et a nui considérablement aux liens du parti avec la communauté juive.

Starmer a promis d’aborder le problème antisémite actuel du parti rapidement et de manière approfondie, citant son expérience de la gestion de grandes organisations dans sa carrière d’avocat avant d’entrer en politique.

Faire clairement une rupture avec son prédécesseur sur la question sera probablement l’une de ses premières priorités en tant que leader.