L’Égypte émet pour la première fois des obligations panda libellées en yuans

L’Égypte a émis pour la première fois des obligations chinoises libellées en yuans, dans un contexte de ruée du pays criblé de dettes pour rembourser ses emprunts étrangers.

Des obligations à trois ans d’une valeur de 3,5 milliards de yuans, soit environ 479 thousands and thousands de dollars, ont été émises avec un taux d’intérêt de 3,5%, ce qui, selon les responsables égyptiens, est inférieur à celui des obligations libellées en pounds.

il a prévu des ideas d’emprunt jusqu’à la fin de l’année.

Les obligations Panda sont des billets libellés en yuans émis sur les marchés chinois par des entités non chinoises. Ils constituent un moyen pour les entreprises mondiales, les gouvernements et les institutions internationales d’exploiter le marché chinois pour obtenir des capitaux – ce dont le gouvernement égyptien a cruellement besoin.

L’Égypte est désormais le leading pays de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord à émettre des obligations panda, marquant une nouvelle évolution vers la dédollarisation alors que de as well as en moreover de pays tentent de réduire leur dépendance au billet vert pour le commerce, les réserves de transform et la dette extérieure.

Certes, le pays à courtroom de liquidités est également confronté à des remboursements croissants de ses prêts étrangers après une longue frénésie d’emprunts qui l’a laissé largement boudé par les marchés de capitaux mondiaux et qui l’a laissé chercher l’aide du FMI, avec bon nombre de ses obligations en bucks américains en territoire en difficulté.

la dette à moyen et long terme s’élève à 11,76 milliards de bucks au 2nd semestre 2023. Cela comprend une euro-obligation de 500 tens of millions de dollars arrivant à échéance en novembre, et 14,60 milliards de pounds au leading semestre 2024..

La multiplication par quatre de la dette extérieure au cours des huit dernières années, qui atteint désormais 43% du PIB, a poussé les investisseurs à fuir les marchés égyptiens, alimentant ainsi la détresse financière du pays. C’est la raison pour laquelle l’Égypte tente de trouver des financements par des moyens non conventionnels.