Matty Healy sait exactement comment et pourquoi il vient d’ĂȘtre annulĂ©. C’est mardi aprĂšs-midi, environ une heure aprĂšs Notes sur un formulaire conditionnel, le quatriĂšme album tentaculaire et indĂ©finissable de son groupe, le 1975, a Ă©tĂ© entiĂšrement divulguĂ© en ligne. Certains des fans les furthermore hardcore du groupe – des gens qui ne pouvaient pas attendre ces derniers jours pour la sortie officielle de l’album le 22 mai – bourdonnent dĂ©jĂ  Ă  propos de « Roadkill », une chanson folks Americana-ish sur laquelle Healy rappelle une rumeur homophobe qui Ă©tait une fois exercĂ© contre lui.

« Beaucoup viennent vers moi, comme » Il y a une ligne dans la chanson qui est putain pas neat. Vous ne pouvez pas dire cette merde « », dit Healy aprĂšs quelques minutes dans notre appel Zoom. « Tout d’abord, vous venez de voler mon album, puis vous ĂȘtes venu moi et s’en est plaint? Vous avez des putains de balles lĂ  pour commencer !  »

Matty Healy de 1975 sur «Notes sur un formulaire conditionnel»

Healy est dans le studio rĂ©sidentiel de l’Angleterre rurale oĂč il a Ă©tĂ© mis en quarantaine avec son frĂšre Louis, un ami producteur nommĂ© Joe, son partenaire crĂ©atif et compagnon de bande George Daniel, et un chiot de cane corso nommĂ© Mayhem. Son mohawk des derniers mois a Ă©tĂ© partiellement rasĂ©, laissant derriĂšre lui un hybride queue de rat / mulet. Alors que nous parlons, il roule un coup franc et sirote une bouteille de Coca. «Certains jours, je suis interesting de me faire annuler chaque semaine», dit-il. « Certains jours, je ne suis pas amazing avec ça. »

Alors qu’il proceed d’expliquer cette derniĂšre controverse, il double son intention lyrique. « Le contexte de cette ligne est que mon expĂ©rience personnelle a Ă©tĂ© celle d’un militant effĂ©minĂ© des droits des homosexuels avec des cheveux longs, une jupe et un t-shirt arc-en-ciel, dans un aĂ©roport d’AmĂ©rique centrale tard dans la nuit », dit-il. «Un gars ivre conservateur m’a traitĂ© de pĂ©dĂ©. Vous ne pouvez pas me retirer cette expĂ©rience.  »

Peu de temps aprĂšs avoir raccrochĂ©, Healy fait quelques blagues sur Twitter et partage quelques mĂšmes sur les admirers qui vont en «prison de 1975» pour avoir Ă©coutĂ© la fuite, mais il ne dit rien sur le retour de «Roadkill». AprĂšs avoir rĂ©ussi pendant des annĂ©es Ă  attirer l’attention sur sa musique en faisant des dĂ©clarations scandaleuses sur toutes les plateformes qui l’ont, il a appris que les tweets ne sont pas son mode d’expression prĂ©fĂ©rĂ©. Il me dit que ce ne sont pas non furthermore des interviews. Il prĂ©fĂšre se concentrer sur les «dĂ©clarations longues» comme les albums de 1975, et rĂ©duire tout le reste: «J’Ă©crirai mes paroles, et vous dĂ©ciderez si vous voulez les Ă©couter ou non.»

Remarques s’avĂšre dĂ©jĂ  ĂȘtre l’entreprise la moreover conflictuelle de 1975. Intentionnellement longue et sinueuse, elle est destinĂ©e Ă  complĂ©ter, mais pas Ă  rĂ©soudre, leur model 2018 in addition directe et cohĂ©rente Une brĂšve enquĂȘte sur les relations en ligne. MĂȘme le nom du nouvel album est destinĂ© en partie Ă  «renverser» toute attente de finalitĂ© propre et ordonnĂ©e Ă©tablie par le titre du disque prĂ©cĂ©dent. « [A Brief Inquiry] Ă©tait de contrĂŽler la notion du file par les gens », explique Healy. «C’Ă©tait comme un essai. Je leur ai donnĂ© un cadre de comprĂ©hension sur lequel ils pouvaient suspendre leurs thoughts. Remarques sur un formulaire conditionnel est le contraire de cela. C’est appelĂ© Remarques sur un formulaire conditionnel. Cela ne signifie littĂ©ralement rien. »

Faire le contraire de ce qui Ă©tait attendu a longtemps Ă©tĂ© M.O de Healy, remontant aux dĂ©buts Ă©ponymes de 1975 – une manufacturing pop-rock pĂ©tillante et maximaliste qui a enfermĂ© le groupe dans une vague de nostalgie des annĂ©es 80 New Wave. Ce son Ă©tait une «anomalie», selon la description de Healy, dans leur propre vision musicale, bien que des nuances de celui-ci soient apparues Ă  chaque sortie suivante, notamment sur le solitary fastueux de Duran Duran-esque «If You are Far too Shy» (Faites le moi savoir). »

« Le premier album a Ă©tĂ© trĂšs bien exĂ©cutĂ© d’une maniĂšre diffĂ©rente de n’importe lequel de nos autres disques », dit-il, notant qu’une ligne traversante de « glitchiness, weirdness » se fait entendre dans leurs premiers EP et les trois derniers disques. « Faire un premier album ne ressemblait pas Ă  un premier album. Cela ressemblait Ă  une conservation de 10 ans de travail, et nous avons dĂ©cidĂ© de ne pas gaspiller la grosse session d’album et de faire un putain de disque. Ensuite, tout le monde l’a entendu et s’est dit « Qui diable est ce groupe pop des annĂ©es 80? » Nous ne sommes pas vraiment ça. Mais je suppose que nous le sommes.  »

Si Le 1975 Ă©tait une ode impressionniste inspirĂ©e de John Hughes Ă  la romance et Ă  la rĂ©bellion juvĂ©nile, Remarques est son contraire hyperrĂ©aliste, inspirĂ© par la musique et les fĂȘtes des premiĂšres annĂ©es du groupe entre Wilmslow Significant Faculty, oĂč ils se sont rencontrĂ©s, et Manchester, la ville oĂč ils sont devenus majeurs. DĂ©crit comme un «U.K. disque de nuit ”quand il a Ă©tĂ© annoncĂ© il y a deux ans, une grande partie du projet s’inspire toujours des scĂšnes animĂ©es de la maison et du garage de leur pays, mais il est placĂ© en grande partie contre les sons“ emocore ”d’Elliott Smith et Dazzling Eyes qui ont inspirĂ© les premiĂšres incarnations du groupe. . En dessous, tout est un goĂ»t pour la musique ambiante, empruntĂ© aux hĂ©ros personnels de Healy et Daniel, Brian Eno et Steve Reich. Healy a parlĂ© avec les deux pour une rĂ©cente sĂ©rie de podcasts de conversation qu’il a enregistrĂ©s, et ajoute que Musique pour les voitures – une phrase que le 1975 a utilisĂ©e pour la premiĂšre fois pour un EP de 2013, et qui a ramenĂ© un titre gĂ©nĂ©rique Ă  l’Ă©poque de leurs deux moreover longs longs mĂ©trages – est une rĂ©fĂ©rence directe Ă  Eno Musique pour les aĂ©roports et Musique pour films.

« La musique d’ambiance est ma forme d’art prĂ©fĂ©rĂ©e automobile il n’y a pas d’interface », dit-il, avec la mĂȘme nerd approach system qu’il affiche dans les podcasts. «Il vous commande simplement remark vous sentir. Il n’y a aucune suggestion de paroles ou de visuels, il vous dit simplement, Ă  sa maniĂšre abstraite. Vous le ressentez et cela vous Ă©meut. »

Une autre nouvelle affect sur Notes Ă©tait la musique state moderne, qui a informĂ© leurs formes d’accords et mĂȘme le chant de Healy parfois. Des chansons comme «Roadkill», «Jesus Christ 2005 God Bless America» et «The Birthday Party» empruntent toutes au style, tout en suggĂ©rant une critique de la tradition amĂ©ricaine dans laquelle il est enracinĂ©. Pour Healy, la musique country n’est pas loin de la sienne. propres racines emo.

« Il y a un rĂ©el sĂ©rieux pour la musique state que j’apprĂ©cie », dit-il, citant un tweet viral de l’automne dernier sur la façon dont le region et le pop-punk sont Ă  la fois vivre et mourir dans votre ville natale. LĂ  oĂč il a grandi, ajoute-t-il, entendre de la musique state Ă©tait unusual. « Pour moi, la putain de place a toujours semblĂ© exotique et pionniĂšre. »

Dans «Tonight (I Would like I Was Your Boy)», il revient sur certaines des mĂȘmes influences pop R&B et Aughts qui ont Ă©maillĂ© les albums de 1975, comme J’aime quand tu dors «Somebody Else» et Une brĂšve enquĂȘte«La sincĂ©ritĂ© est effrayante». La nouvelle chanson Ă©chantillonne « Just My Creativeness (Functioning Absent With Me) » des Temptations et est un point culminant de l’album, avec Healy qui aspire doucement pour une ancienne flamme sur un lent defeat jam.

« Cette chanson est DĂ©crochage universitaire Kanye rencontre Backstreet Boys », dit-il. «Quand j’Ă©tais jeune, la riche musique mĂ©lodique Ă©tait Brandy, Whitney, SWV, TLC. CrazySexyCool est un file qui vient d’ĂȘtre battu Ă  partir du montant qui a Ă©tĂ© jouĂ© lorsque nous Ă©tions furthermore jeunes.  » Healy a toujours aimĂ© le label «guitar-and-b» qui a parfois Ă©tĂ© appliquĂ© au 1975, d’autant plus qu’une grande partie de l’influence de la guitare du groupe est tirĂ©e directement du R&B contemporain.

Si cela ressemble Ă  beaucoup d’influences pour un album, tout a du sens pour le 1975. « Il y a certainement quatre ou cinq phases dans le disque », ajoute Daniel, qui coproduit la musique du groupe avec Healy. « C’est encore in addition frĂ©nĂ©tique que jamais, mais d’une maniĂšre ambitieuse, j’espĂšre. Mais il n’y a pas de rĂšgles. Il n’y a jamais de rĂšgles.  »

«AĂŻe ! Putain de merde, «  Healy jappe. Mayhem se mord le dos, et il devient clair aprĂšs un selected temps que le chiot nouvellement adoptĂ© veut que son collier soit enlevĂ©. « Ne mords pas, mec, c’est putain de inconvenant !  »

Healy a adoptĂ© Mayhem peu de temps aprĂšs avoir atterri Ă  Angelic Household Studio, une propriĂ©tĂ© de campagne qu’il compare Ă  Downton Abbey pour le bien de son intervieweur amĂ©ricain. Healy et Daniel savaient que ce serait un endroit sĂ»r, isolĂ© et productif pour eux, d’autant moreover qu’ils avaient Ă©crit et enregistrĂ© la plupart de leurs Musique pour les voitures Ăšre au mĂȘme endroit.

« Pour ĂȘtre honnĂȘte, nous avons dĂ©jĂ  Ă©tĂ© dans cet Ă©tat, c’est juste une edition exagĂ©rĂ©e de cela », dit Healy Ă  propos de leur expĂ©rience dans l’isolement. « George et moi ne nous quittons jamais vraiment. »

Daniel n’est pas trop loin de Healy lors de notre interview, pesant sporadiquement. Bien que Healy ait souvent pris la posture de porte-parole principal du groupe, leur proximitĂ© est une caractĂ©ristique de la dynamique du groupe. Ils se sont rencontrĂ©s Ă  l’adolescence et Remarques des «gars» additionally proches gravent leur amour fraternel dans la pierre. Sur la chanson, Healy se souvient avec tendresse de l’appartement qu’ils partageaient pendant les premiĂšres annĂ©es du lycĂ©e et d’un voyage au Japon qu’ils ont fait ensemble, cĂ©lĂ©brant in addition de la moitiĂ© de sa vie passĂ©e avec ses camarades de groupe.

« Ce n’est pas nouveau pour nous, c’est juste la premiĂšre fois que nous clouons cela dans une chanson », dit Healy Ă  propos du ton sincĂšre de la chanson. «Les seules affiches que vous pouvez obtenir de nous sont des pics de nous baiser Ă©treignant d’une maniĂšre vraiment tendre. Chaque fois que nous faisons une campagne, nous nous tenons fermement, physiquement, puis vendons cette image. J’essayais de mettre ça dans une chanson depuis des lustres.  »

Daniel attribue un manque gĂ©nĂ©ral d’ego, remontant Ă  ces premiers jours, pour avoir aidĂ© Ă  les garder liĂ©s. « Nous Ă©tions si jeunes quand nous nous sommes rencontrĂ©s que nous n’Ă©tions pas en compĂ©tition les uns avec les autres », dit-il. « Nous n’Ă©tions pas dans la vingtaine avec nos propres programmes crĂ©atifs. »

Matty Healy sur scĂšne lors d’un spectacle de 1975 Ă  Cincinnati.

Amy Harris / Invision / AP / Shutterstock

Leurs deux autres camarades de groupe, Adam Hann et Ross MacDonald, sont actuellement en quarantaine dans leurs maisons respectives dans des events moins reculĂ©es du Royaume-Uni. « Je suis sĂ»r que nous allons nous regrouper lentement », poursuit Daniel. « Nous ne voulons simplement pas nous mettre moreover de pression pour faire as well as de musique tout de suite parce que nous n’en avons pas besoin. Lorsque vous relĂąchez cette pression, c’est Ă  ce second-lĂ  que les choses se produisent naturellement.  »

AprĂšs leur premiĂšre development, les 1975 ont commencĂ© Ă  jouer dans des golf equipment locaux et Ă  faire du vĂ©lo Ă  travers des noms d’emo appropriĂ©s comme Moi et toi contre eux et Generate Like I Do. Leur manager de longue day Jamie Oborne a entendu parler du groupe par le biais de recommandations de bouche Ă  oreille et a finalement contactĂ© un adolescent Healy by using MySpace. MĂȘme si Oborne Ă©tait occupĂ© avec Filthy Hit, le label indĂ©pendant qu’il avait rĂ©cemment lancĂ© Ă  l’Ă©poque, il savait que le 1975 avait le potentiel pour devenir un acte massif.

« Nous avons toujours pensĂ© qu’ils avaient besoin d’une furthermore grande maison de disques, car or truck je savais quel genre d’album Matthew voulait faire », dit Oborne, appelant de son domicile Ă  Londres, oĂč il est isolĂ© avec sa famille. « Nous n’avions pas vraiment l’argent pour le faire. »

Obtenir ce contrat d’enregistrement n’a pas Ă©tĂ© facile au dĂ©but. «LittĂ©ralement, toutes les maisons de disques du monde les ont transmises deux fois», explique Oborne. «Je pouvais vraiment ressentir la dĂ©sillusion de Matthew avec le cĂŽtĂ© business de l’industrie du disque. Ça lui faisait du mal, de rencontrer ces gens qui n’ont pas vraiment tenu parole. Cela avait un influence sur sa santĂ© mentale. »

Oborne a fini par signer le 1975 Ă  Filthy Strike, et le groupe a commencĂ© Ă  sortir de la musique by means of le label en 2012. Leurs premiers EP leur ont obtenu un accord de distribution en AmĂ©rique by way of Interscope, mais le groupe a pu maintenir leur sentiment de libertĂ© artistique en restant sur L’Ă©tiquette d’Oborne.

« Je n’ai jamais Ă©tĂ© supporter des offres de disques conventionnelles. J’ai l’impression qu’ils ne sont pas trĂšs justes envers les artistes », poursuit Oborne. «Quand j’ai commencĂ©, je pensais que je ne les comprenais pas parce qu’ils Ă©taient tellement merdiques ! Je pensais que je devais manquer quelque selected. Mais j’ai bien compris. Ce ne sont tout simplement pas de trĂšs bonnes affaires.  »

Au cours de la derniÚre décennie, les 1975 sont devenus partie intégrante de la croissance de Filthy Strike. Healy agit en tant que «directeur créatif» du label, aidant à attirer de nouveaux signataires. Pendant sa mise en quarantaine chez Angelic, Daniel a travaillé sur plusieurs projets pour ses camarades de label No Rome (qui a co-écrit «Tonight (I Desire I Was Your Boy)») et Japanese Dwelling. Furthermore récemment, ils ont vu les actes de Soiled Hit Beabadoobee et Rina Sawayama devenir des succÚs fugitifs, suite à une development similaire à celle de 1975.

« Ils sont comme les adultes maintenant », dit Oborne, choquĂ© par ses propres mots. « C’est assez weird, non? » Je suis sĂ»r que Matthew dĂ©testerait que je dis cela.  »

Healy a une philosophie very simple dans son travail pour le label: « Je ne signe que des trucs que je pense ĂȘtre de la drogue et dont je suis un peu jaloux. » Son tweet Ă©pinglĂ© sur son profil Twitter depuis furthermore d’un an est maintenant un appel ouvert aux jeunes musiciens, avec son adresse e-mail Soiled Strike facilement available. « Je ne suis jamais dans une piĂšce avec quelqu’un que je pense que je vais devoir prĂ©lever du sang sur une pierre », dit-il. « Je vais dans les piĂšces, je suis enthousiasmĂ© par leur musique avec eux et je leur dis qu’ils peuvent faire ce qu’ils veulent. »

Il est facile d’imaginer Ă  quoi ressemble Healy dans une piĂšce oĂč l’on fait de l’art. Il parle Ă  toute vitesse de presque tous les sujets qui reviennent, Ă©numĂ©rant joyeusement tout le contenu qu’il a consommĂ© pendant l’isolement: Alex Garland’s Devs, Documentaires d’Adam Curtis, reportage de guerre, Throbbing Gristle et Psychic Tv set. Il est devenu de additionally en as well as passionnĂ© par la technologie, recherchant des partenariats de rĂ©alitĂ© virtuelle et se sentant curieux de se lancer dans l’industrie du jeu vidĂ©o. Cette semaine seulement, le 1975 a lancĂ© le monde virtuel de Mindshower, comme prĂ©cĂ©demment vu dans leur vidĂ©o pour « The Birthday Get together », oĂč les admirers peuvent crĂ©er de nouveaux contenus en utilisant l’art et les tiges de dĂ©monstration du groupe.

Comme ils le sont depuis prĂšs de deux dĂ©cennies, Healy et Daniel sont sur la mĂȘme longueur d’onde musicale. «Nous nous intĂ©ressons beaucoup Ă  la musique qui est un sous-produit de quelque selected que vous regardez», dit Daniel, citant une fois de plus Eno et Reich. « Il y a cette idĂ©e que j’ai Ă  l’esprit que je vais construire un instrument, mais aussi que je suis trop occupĂ© pour le faire en ce instant. Nous achetons juste des choses Ă©tranges et essayons de construire des trucs et de penser Ă  plus – cela semble prĂ©tentieux – d’une maniĂšre que la musique pourrait peut-ĂȘtre ĂȘtre sur et pas nĂ©cessairement Ă©coutĂ© comme une chanson.  »

Healy et Daniel rĂ©flĂ©chissent Ă©galement moreover intensĂ©ment Ă  la crise climatique. Greta Thunberg apparaĂźt sur le nouvel album, fournissant un monologue sur la nĂ©cessitĂ© d’une motion immĂ©diate sur « The 1975 » (chaque album start par une ouverture Ă©ponyme). Healy a beaucoup rĂ©flĂ©chi Ă  ce Ă  quoi ressemblera un concert de 1975 une fois que les grands rassemblements pourront reprendre. Le groupe a abandonnĂ© sa creation lourde en Ă©clairage et envisage des façons de faire des spectacles qui dĂ©pendent de resources d’Ă©nergie in addition naturelles. Les toiles de fond en tissu et les spectacles de jour ne sont que quelques-unes des idĂ©es qu’il lance.

«Les gens ne sont pas lĂ  pour le spectacle de lumiĂšre. C’est gĂ©nial, et pour ĂȘtre honnĂȘte, c’est vraiment ma dĂ©claration artistique que je maintiendrai, mais il est temps pour une nouvelle », dit-il. « Vous ne pouvez pas faire une dĂ©claration artistique dĂ©passĂ©e. »

Pour ce qui est de la dĂ©claration artistique qu’il fulfilled dans le monde en ce second, Healy ne pouvait pas ĂȘtre additionally fier de l’indulgence et de la longueur du quatriĂšme album de 1975. «Certaines personnes n’aiment pas vraiment ça», dit-il. « Je ne pense pas que vous puissiez faire un disque aussi Ă©trange et qu’il soit universellement satisfactory. Je pense que c’est notre meilleur record. «