designers, chercheurs, éditeurs, etc. Cela aurait pu être plus vrai que jamais en 2020, une année où la musique est devenue une source essentielle de réconfort et de distraction lorsque nous en avions le plus besoin. Les choix de ce Top 10 personnel vont des plus grands albums de l’année – Taylor Swift Folklore jouait dans de nombreux salons, tout comme What’s Your Pleasure ? de Jessie Ware, Future Nostalgia de Dua Lipa, Eternal Atake de Lil Uzi Vert et d’autres choix populaires – pour des sélections plus idiosyncratiques dans un large éventail de genres



  1. Village de déversement, Spilligion
  2. Trace Mountains, Perdu dans le pays
  3. Bonny Light Cavalier, Bonny Light Cavalier
  4. Marais Dogg, Désolé, vous n’avez pas pu y arriver
  5. Stéphanie Lambring, Autonomie
  6. Christian Lee Hutson, Débutants
  7. Chicano Batman, Personnes invisibles
  8. Samantha Crain, Une petite mort
  9. Lydia Loveless, Fille
  10. Cuisine, Halloween en août

« Je n’ai pas peur de ce qui va suivre », disait le refrain de la toute dernière chanson que j’ai entendue en concert dans une salle de concert (Drive-By Truckers « Angels and Fuselage »). La musique qui compte le plus pour moi en cette année de tristesse sans peur sont des disques qui ont soit embrassé une telle catastrophe de front, soit ont aidé à imaginer un lendemain plus sûr. Presque tous ces albums partagent un profond sentiment de perte, qu’il s’agisse d’innocence infantile (Christian Lee Hutson), d’un compagnon de toujours (Swamp Dogg), de mariage gâté (Lydia Loveless) ou de vies noires détruites par la violence policière (Spillage Village). Certains sons ne pouvaient s’empêcher de prophétiser un avenir où la musique reviendrait dans des espaces bruyants et exigus: le solo de guitare euphorique qui conclut le « Rock and Roll » de Trace Mountains, les coups de main qui arrivent pendant le couplet de Benji sur « Hapi » de Spillage Village, le tourbillon ligne de synthé sur « Blank Slate » de Chicano Batman. D’autres, de Samantha Crain, Stephanie Lambring et Bonny Light Horseman, se sont sentis nécessaires, des retraites contemplatives dans l’isolement de la chambre. « Ce monde est grand et se termine bientôt », comme le dit James Keegan, qui enregistre sous le nom de Kitchen, dans son magnifique soliloque de la fin des temps, Halloween en août. « Je veux passer mon temps avec toi. »

Meilleure musique de 2020 : Rolling Stone Staff Picks

Emily Blake, directrice des graphiques

  1. Kelly Lee Owens, Chanson intérieure
  2. Moodymann, Enlevé
  3. Romare, Accueil
  4. Génie du parfum, Mettez immédiatement le feu à mon cœur
  5. Roisin Murphy, Machine à Roisin
  6. Quatre Tet, Seize océans
  7. Jessie Ware, Quel est votre plaisir ?
  8. Moïse Sumney, grae
  9. Taylor Swift, Folklore
  10. Kareem Ali, CROISSANCE

S’il y a quelque chose qui m’a le plus manqué en 2020, c’est la piste de danse – l’énergie qui vous traverse et tous les étrangers autour de vous, la rencontre des corps et d’autres personnes qui se heurtent au vôtre. Lorsque vous écoutez de la bonne musique de danse lorsque vous êtes coincé à la maison avec vos chats, cela peut vous faire tellement manquer que cela fait mal, comme sur Roisin Murphy Machine à Roisin et Romare Accueil. (Les chats n’aiment pas exactement quand vous les rencontrez.) Ensuite, il y a eu les albums qui ont enregistré l’introspection existentielle qui a tendance à se produire quand il n’y a que vous et vos chats et votre esprit pendant neuf mois, comme Perfume Genius ‘ Mettez immédiatement le feu à mon cœur et Mosey Sumney’s grae. Et puis il y avait Kelly Lee Owens ‘ Chanson intérieure, qui a réussi à rassembler tout cela – angoisse et réflexion et rythmes de la piste de danse – en un seul.



  1. Chubby et le gang, La vitesse tue
  2. Haim, Femmes en musique, Pt. III
  3. Anjimile, Preneur de don
  4. Bartees Strange, Vivre pour toujours
  5. Dua Lipa, Nostalgie du futur
  6. Waxahatchee, Saint Cloud
  7. Bad Boy Chiller Crew, Full Wack sans freins
  8. Phoebe Bridgers, Punisher
  9. Burna Boy, Deux fois plus grand
  10. Jessie Ware Quel est votre plaisir ?

Le premier album que j’ai adoré cette année était Chubby and the Gang’s La vitesse tue, et le dernier concert que j’ai pu voir avant le verrouillage était Chubby and the Gang en train de jouer La vitesse tue. Même à moins de 30 minutes, écouter cet album était comme être aspiré et craché dans une rue de Londres au hasard (le milieu inspiré de R. Crumb sur la couverture a certainement ajouté à l’expérience). Mais quand il est devenu clair qu’aucun de nous ne pouvait aller nulle part cette année, ce genre de transmission immersive est ce dont j’avais le plus besoin dans la musique. C’était souvent des lieux spécifiques: Haim’s Femmes en musique, Pt. III m’a laissé tomber dans le langoureux Los Angeles; Burna Boy’s Deux fois plus grand m’a enraciné à Lagos, puis m’a fait visiter la diaspora africaine; Bad Boy Chiller Crew’s Full Wack sans freins m’avait, de tous les endroits, dans les terres des domaines du conseil à Bradford, en Angleterre. D’autres fois, le voyage était plus nébuleux: une vaste étendue de prairie, à l’écoute de Waxahatchee Saint Cloudou un bloc anonyme bordé de bungalows tard dans la nuit avec Phoebe Bridgers  » Punisher. Avec Dua Lipa et Jessie Ware, il s’agissait simplement de se souvenir de ce que ça faisait de danser dans une pièce sombre et bondée. Mais les disques les plus profonds que j’ai adorés cette année m’ont emmené dans un endroit inattendu. Bartees Strange’s Vivre pour toujours a ouvert un nouveau front stupéfiant pour ce que peut être la musique rock, et celle d’Anjimile Preneur de don m’a conduit à travers une alliance avec des forces bien plus spirituelles que celles auxquelles je m’étais ouvert depuis longtemps. Dans une année qui traînait comme si chaque jour était collé à l’autre et celui qui se cachait derrière, la transcendance de toute nature était un régal à chérir.

  1. Dua Lipa, Nostalgie du futur
  2. Sufjan Stevens, L’Ascension
  3. Bruce Springsteen, Lettre à vous
  4. Halsey, Maniaque
  5. Les avalanches, Nous t’aimerons toujours
  6. Phoebe Bridgers, Punisher
  7. Bob Dylan, Façons brutes et bruyantes
  8. La vive jeunesse, Scène blastique (Live in Lisbon ’93)
  9. Chloé x Halle, Heure impie
  10. Joan Shelley, Vivre au Bomhard

2020 ressemblait à une année où la musique n’avait pas besoin d’être inlassablement innovante ou avant-gardiste; il fallait simplement que ce soit rassurant, car le réconfort, dans notre système et notre santé mentale, était ce dont nous avions désespérément besoin. Et de cette façon, les nouveaux et les anciens gardes sont passés. C’était réconfortant d’entendre Dua Lipa relancer la glorieuse électro-pop d’autrefois, sans craindre de se délecter de crochets, tout comme d’entendre Chloe x Halle réanimer le R&B ou un nouveau troubadour comme Phoebe Bridgers redémarrer le genre de l’auteur-compositeur-interprète. Parmi les vétérans, c’était rassurant d’entendre Bruce Springsteen faire son album le plus rétro mais le plus vivant depuis des années, ou d’entendre approcher-80 Bob Dylan trouver de nouvelles façons de s’exprimer (plus pensif que jamais), ou même d’entendre un maintenant vieux -L’EDM scolaire agit comme les Avalanches dépassent les échantillons et les effronteries et vont plus loin. Et s’il fallait puiser dans l’air du temps, il n’y avait pas de meilleur moyen que la pop bouillonnante de Halsey ou l’électro triste de L’Ascension, qui a trouvé Sufjan Stevens châtiant Dieu, mendiant des médicaments et dissuadant les médias sociaux. En ce qui concerne la première véritable sortie de l’incroyable émission portugaise de Sonic Youth en 1993, dans le cadre de leur déploiement massif d’archives à Bandcamp ?: Eh bien, parfois, cela faisait du bien d’entendre à nouveau des commentaires.

Entorse, Comme perdu par collision

Bouche, Bouche

Combat de guitare de Fooly Cooly, Tremper

Nuvolascura, Comme nous souffrons de mémoire et d’imagination

Île infantile, Sous

Oolong, À propos de votre ami imaginaire

Botaniste

Abandon, Hollow // Vivant

Ravin, Forteresse cérébrale impénétrable

Respirer, Ligne noire

2020 a bien commencé: je suis allé à des spectacles de groupes sur ma liste à partir de 2019 (Short Fictions et Pinocchio) et des actes que j’aime depuis un moment mais que je n’avais jamais vu en direct auparavant (Soul Glo et Control Top). Il n’y a probablement rien de profond à dire sur ce qui s’est passé ensuite qui n’ait déjà été dit d’innombrables fois. La plupart des disques publiés cette année ont été en grande partie écrits avant Covid-19; Peut-être que vers 2022, nous aurons du matériel incroyable que les musiciens ont entièrement assemblé pendant qu’ils sont restés à la maison. Ou pas – beaucoup de gens étaient déprimés et démotivés, ce qui est également tout à fait naturel et bien. Cette liste n’a pas de véritable ordre de favoris, il n’y a donc pas de chiffres, mais tous sont amusants. J’espère que les gens ont bien résisté et continuent de rester en bonne santé – j’ai hâte de crier à nouveau gang vox avec vous lors de concerts !

Tim Chan, directeur des produits et du commerce

  1. Taylor Swift, Folklore
  2. Dua Lipa, Nostalgie du futur
  3. BTS, Carte de l’âme: 7
  4. Jessie Ware, Quel est votre plaisir ?
  5. JoJo, Bon à savoir
  6. Génie du parfum, Mettez immédiatement le feu à mon cœur
  7. Lady Gaga, Chromatica
  8. Sam Smith, L’amour va
  9. Kylie Minogue, Disco
  10. Shawn Mendes, Merveille

Dans une année où il semblait que tout était soudainement mis en pause, la musique était ce qui nous a secoués de notre sommeil, nous donnant quelque chose à célébrer et à espérer au milieu d’une quarantaine toujours plus étendue. Qu’il s’agisse d’une sortie tant attendue ou d’une surprise, ces albums ont résonné au-delà de leurs mélodies et paroles, servant de cris de ralliement aux fans, anciens et nouveaux. Ils nous ont réunis – dans des débats torrides sur les réseaux sociaux et des sessions d’écoute FaceTime improvisées à la maison – alors que nous étions obsédés par chaque parole émotionnelle et chaque œuf de Pâques pour trouver des significations cachées et une inspiration derrière chaque chanson. Ce faisant, ces albums nous ont également aidés à puiser dans un peu d’inspiration, en enregistrant nos sessions d’écriture de fin de soirée ou en préparant le terrain pour le karaoké avec notre pod de quarantaine. De l’honnêteté dépouillée de Folklore à la pop disco pompée de Chromatica, ces albums nous ont fait danser et pleurer, chanter et danser encore. Les jours se sont peut-être tous brouillés en 2020, mais en ce qui concerne la musique, ce sont les artistes et les albums que nous ne craignons pas de répéter.

  1. Taylor Swift, Folklore
  2. Bob Dylan, Façons brutes et bruyantes
  3. Fièvre côtière de Blackouts, Sur le côté de la Nouvelle Italie
  4. Pomme Fiona, Récupérez les coupe-boulons
  5. Lapin de plage, Voyage de noces
  6. Jessie Ware, Quel est votre plaisir ?
  7. Lil Uzi Vert, Atake éternel
  8. Stephen Malkmus, Techniques traditionnelles
  9. Waxahatchee, Saint Cloud
  10. Exécutez les joyaux, RTJ4

« Y a-t-il encore de belles choses ? » Swift a demandé, et Folklore prouvé qu’il pouvait y en avoir, associant des paroles sublimes à des mélodies sublimes et éclairant subtilement l’été le plus sombre de nos vies avec un disque sur l’amour et le chagrin, le traumatisme et la mémoire, « le temps, l’heure curieuse » et la façon dont la musique peut le déverrouiller et le façonner guérissez-le aussi. Lorsque le dernier chef-d’œuvre de Dylan est sorti, il s’est tout de suite senti comme son meilleur depuis Amour et vol, mais maintenant je me demande si c’est son meilleur depuis peut-être même Blonde sur blonde. Rolling Blackouts Coastal Fever correspond à la propulsion des premiers R.E.M. avec la poésie des Go-Betweens, deux goûts college-rock des années 80 qui vont si bien ensemble. Fiona Apple Récupérez les coupe-boulons était conflictuel, stimulant, très drôle et, surtout, empathique. La vingtaine de garage-pop de Chicago Beach Bunny a redonné une sensation nouvelle à l’emo. Jessie Ware a fait de la dance-pop pleine d’exaltation mais teintée d’ambiguïté et de désir. L’épopée de Lil Uzi Vert Atake éternel était éblouissant espacé et explosif, un album qui vous emmène aux confins de la galaxie et vous frappe le crâne. Stephen Malkmus débranché et zoné pour un album folk au coin du feu. Katie Crutchfield a fait du roots rock qui était chaleureux, réel et magnifiquement détaillé. Et Run the Jewels est venu avec une vision du rap radical de gauche qui correspondait si parfaitement à l’époque que c’était comme s’ils avaient une boule de cristal dans le studio pendant qu’ils le faisaient.

  1. Bob Dylan, Façons brutes et turbulentes
  2. Bruce Springsteen, Lettre à vous
  3. Taylor Swift, folklore
  4. Paul Mccartney, McCartney III
  5. Les coups, le Nouveau anormal
  6. Phish, Sigma Oasis
  7. Jason Isbell, Réunions
  8. Elizabeth Cook, Conséquences
  9. Tyler Childers, Longue histoire violente
  10. Sturgill Simpson, Cuttin ’Grass Vol. 1

Bruce Springsteen a récemment parlé à Jimmy Fallon du son qu’il visait lorsqu’il a enregistré son nouvel album, Lettre à vous. « J’ai toujours aimé la musique où le chanteur avait l’air heureux et triste à la fois. J’ai toujours adoré les Drifters  » Saturday Night at the Movies  »,  » Up On the Roof  »,  » Under the Boardwalk.  » Pour une raison quelconque, le chanteur semble toujours résigné – comme s’il avait son esprit, mais triste en même temps .  » Cette émotion reflète une grande partie de la musique qui est sortie cette année, de la « douce tristesse » du folklore de Taylor à Phish’s Sigma Oasis, où Trey Anastasio a fourni de bons conseils pour veiller sur les autres pendant les périodes difficiles: « Pendant que vous faites ce voyage solitaire, gardez un œil sur les autres navires », a-t-il chanté. 2020 a été une période où les artistes pouvaient abandonner leurs plans et prendre de nouvelles chances. Tyler Childers a appris le violon pour Long Violent History, créant des images cinématographiques avec presque pas de mots du tout; Sturgill Simpson a réenregistré ses meilleures chansons sous forme de pistes bluegrass; le meilleur de tous, Bob Dylan a écrit une épopée de 17 minutes sur JFK qui a capturé l’insensé de cette année (« Murder Most Foul »).

  1. Taylor Swift, Folklore
  2. Homme Homme, Chasse de rêve dans la vallée de l’entre-deux
  3. Neil Young, Maison
  4. Jason Isbell, Réunions
  5. Laura Jane Grace, Reste en vie
  6. Bill Callahan, Record d’or
  7. Yusuf / Cat Stevens, Thé pour le Tillerman 2
  8. Les Jayhawks, bisous bisous
  9. Destructeur, Est-ce qu’on s’est rencontré
  10. Triste13, Peinture hantée

Cette année a été consacrée à l’écriture de chansons et à la nostalgie pour moi – de l’album de 1975 tant attendu de Neil Young Maison au remake de Yusuf / Cat Stevens des années 1970 Thé pour le Tillerman. Taylor Swift, Jason Isbell et Bill Callahan ont tous livré des paroles étranges et merveilleuses, tandis que Destroyer, Sad13 et Man Man m’ont rassasié avec des tournures de phrases étranges et merveilleuses. Ensuite, il y avait les Jayhawks et Laura Jane Grace, qui non seulement l’ont cloué avec les mots, mais ont également fourni des airs pour danser, se battre et crier. Catharsis était le nom du jeu.

Andrew Firriolo, analyste de la qualité des données

  1. Taylor Swift, Folklore
  2. SVRCINA, champs-Elysées
  3. Kari Jobe, La bénédiction
  4. Dua Lipa, Nostalgie du futur
  5. Jennette Elizabeth, De moi
  6. Conan Gray, Kid Krow
  7. Halsey, Maniaque
  8. Lady Gaga, Chromatica
  9. LeAnn Rimes, Chant: l’humain et le saint
  10. Ellie Goulding, Bleu le plus brillant

Ce fut une année de surprises. Apparemment sortie de nulle part, Taylor Swift a sorti l’un des meilleurs albums de sa carrière, une superbe collection acoustique avec certaines de ses compositions les plus profondes à ce jour. J’ai également été agréablement surpris par le nombre d’excellents albums d’artistes plus récents, comme le premier album de Conan Gray, Kid Krow, et l’excellente sortie de deuxième année de Dua Lipa, Nostalgie du futur, qui a remporté plusieurs nominations aux Grammy Awards. Certaines des chansons les plus remarquables de cette liste sont « Rest », de l’album live de Kari Jobe, La bénédiction; « Dancing in the Dark », de la maîtrise de SVRCINA champs-Elysées; et « Written In The Sky », une ballade pop ambiante de Jennette Elizabeth De moi. Même avec tout ce qui se passe, 2020 s’est avéré être une année exceptionnelle pour la musique pop.

Jon Freeman Rolling Stone Country

  1. Jessie Ware, Quel est votre plaisir ?
  2. Ashley McBryde, Ne le sera jamais
  3. Waxahatchee, Saint Cloud
  4. Haim, Les femmes en musique Pt. III
  5. Dua Lipa, Nostalgie du futur
  6. Exécutez les joyaux, RTJ4
  7. Maman de football, Théorie des couleurs
  8. Katie Pruitt, Attentes
  9. Waylon Payne, Blue Eyes, the Harlot, the Queer, the Pusher & Me
  10. Lady Gaga, Chromatica

En temps de crise, j’ai tendance à me tourner vers une musique qui ressemble à une évasion, d’où ma jouissance répétée des nombreux moments extatiques sur les albums de Jessie Ware, Dua Lipa et Lady Gaga. Mais pour la narration country et folk, Ashley McBryde, Waxahatchee, Waylon Payne et Katie Pruitt ont toutes écrit des collections narratives exceptionnelles. Ensuite, bien sûr, j’ai joué à nouveau à Run the Jewels 4 à un moment donné de l’automne, quand j’avais l’impression que le monde était sur le point d’exploser, et c’était comme l’opposé polaire de mes rêveries dance-pop: de la musique pour l’apocalypse.

  1. Brent Faiyaz, F * ck le monde
  2. Fêtenextdoor, Partymobile
  3. Lil Durk, Juste parce que vous avez tous attendu 2
  4. Avenir, High Off Life
  5. Bryson Tiller, Anniversaire
  6. Lil Uzi Vert, Atake éternel
  7. 21 Savage et Metro Boomin, Mode sauvage II
  8. Wizkid, Fabriqué à Lagos
  9. Gunna, Wunna
  10. G Herbo, ESPT

C’est presque comme si Brent Faiyaz avait prématurément choisi le titre de l’année où il a sorti son album F * ck le monde début février. Alors que la planète telle que nous la connaissions brûlait lentement cette année, la musique était la seule flamme qui m’excitait. Des batailles de Verzuz à presque un album qui sort chaque semaine, je pense que nous pouvons tous convenir que la musique nous a aidés à passer la quarantaine. Que ce soit Partynextdoor et Bryson quand j’étais « dans mes sentiments », ou Lil Uzi et Gunna pour commencer ma visite du vendredi soir à la maison, je remercie Apple Music d’avoir rendu ce processus de sélection si facile.

  1. Jehnny Beth, Aimer c’est vivre
  2. Ozzy Osbourne, Homme ordinaire
  3. Bob Moule, Coeurs bleus
  4. Idles, Ultra Mono
  5. Christine et les reines, La Vita Nuova
  6. Exécutez les joyaux, RTJ4
  7. Nine Inch Nails, Fantômes VI: sauterelles
  8. Les prétendants, Déteste à vendre
  9. Mark Lanegan, Chants droits de la douleur
  10. Fontaines D.C., La mort d’un héros

J’ai toujours été attiré par la musique anxieuse et pensive, donc un aspect positif de 2020 est que tout le monde se sentant anxieux et pensif, il y avait beaucoup de choix. Jehnny Beth Aimer c’est vivre est devenu mon disque préféré de l’année après l’avoir écouté deux ou trois fois. Ce n’est pas un LP à prendre en morceaux; c’est le genre d’album sur lequel vous devez vous concentrer. Commencez par le début, ne vous laissez pas distraire par quoi que ce soit et soumettez-le simplement. Même si les singles qu’elle a sortis étaient excellents, ils sont encore meilleurs dans le contexte d’un album. Sur les neuf finalistes, Ozzy Obourne Homme ordinaire était un meilleur en fin de carrière pour le prince des ténèbres (« Today Is the End » était une chanson appropriée de 2020 qui est restée avec moi); Bob Mould’s Coeurs bleus peut être l’album punk de l’année; Idles a prouvé que vous pouviez jouer lourd mais aussi être drôle et positif; et Christine and the Queens a décroché une place simplement à cause de « Les gens, j’ai été triste ». Bien que tous les albums ici soient excellents, je tiens à souligner que NIN Fantômes V est presque aussi bon que Fantômes VI; « Criquets » semblait être un thème plus approprié pour l’année. J’ai hâte de voir ce que l’année prochaine nous réserve.

Christian Hoard, éditeur de musique

  1. Waxahatchee, Saint Cloud
  2. Exécutez les joyaux, RTJ4
  3. Flo Milli, Ho, pourquoi es-tu ici ?
  4. Bad Bunny, YHLQMDLG
  5. Westside Gunn, Priez pour Paris
  6. Pomme Fiona, Récupérez les coupe-boulons
  7. Low Cut Connie, Vie privée
  8. Lil Uzi Vert, Atake éternel
  9. Dua Lipa, Nostalgie du futur
  10. Ennemi public, Qu’est-ce que tu vas faire quand la grille descend ?

J’admire la musique de Katie Crutchfield depuis des années et c’était gratifiant de la voir faire son meilleur album cinq albums dans l’existence de Waxahatchee. Saint Cloud est le genre de disque simple et rock qui fait que tout semble si simple, même si c’est tout sauf. C’était également gratifiant d’entendre un excellent album inspiré par l’arrêt de la consommation d’alcool, un autre coup de poignard au cœur du vieux canard qui fait du mal à votre art. Les vétérans au sommet de leur forme étaient un thème pour moi: RTJ4 est mon album préféré Run the Jewels d’un mile; Fiona Apple Récupérez les coupe-boulons a continué à révéler des surprises à chaque écoute; Je ne sais pas ce que cela signifie que Low Cut Connie, de loin l’un des meilleurs groupes de rock live, a fait un disque tueur en une année où la tournée était impossible, mais ils l’ont fait. (Public Enemy’s Qu’est-ce que tu vas faire quand la grille descend ? ce n’est pas leur meilleur, mais ne dormez pas dessus.) Bad Bunny et Lil Uzi Vert ont offert différentes visions qui ressemblent à l’avenir; Westside Gunn de Buffalo a continué à apparaître avec d’excellents singles et albums toute l’année tout en se remettant du coronavirus; Dua Lipa et Flo Milli ont proposé différentes versions de la façon de rendre la musique ridiculement amusante.

Joseph Hudak, éditeur, Rolling Stone Country

  1. Butch Walker, Histoire d’amour américaine
  2. Elizabeth Cook, Conséquences
  3. Joshua Ray Walker, Heureux que vous l’ayez fait
  4. Sadler Vaden, Quelqu’un là-bas ?
  5. Bruce Springsteen, Lettre à vous
  6. Low Cut Connie, Vie privée
  7. Brian Fallon, Miel local
  8. Lilly Hiatt, Preuve de marche
  9. La Cadillac Three, Tabasco et thé sucré
  10. L’odeur, EP

Quand je ne me disais pas à quel point nous étions divisés en tant que pays cette année, j’écoutais un album… sur la façon dont nous sommes devenus divisés en tant que pays. Entre des mains moins compétentes, le dossier conceptuel de Butch Walker sur une fracture des États-Unis d’A. Aurait pu être un désastre MAGA-magnifique. Mais Histoire d’amour américaine est un opus agile, intelligemment conçu avec des crochets pop si irrésistibles qu’il m’a presque fait écrire au nom de Butch sur mon bulletin de vote. C’est aussi cathartique, étayé par des histoires de rédemption, de pardon et de compréhension. Butch a également produit mon album Number Two cette année: le déchirement d’Elizabeth Cook Conséquences. C’est un monstre. Il en va de même pour Sadler Vaden Quelqu’un là-bas ?, dans lequel il distille le meilleur de Roger & Pete et Liam & Noel en un seul album serré. Le duo de Nashville-by-way-of-Australia The Scent puise dans des sons rock classiques similaires sur son premier EP, ma découverte préférée de l’année. Leur hymne glamour « Dry Sherry » est toujours la première chose que je cite pour commencer ma journée.

  1. Popcaan, FIXTAPE
  2. Oneohtrix Point Jamais, Magic Oneohtrix Point Jamais
  3. Phoebe Bridgers, Punisher
  4. Megan Thee Stallion, Bonnes nouvelles
  5. Duval Timothy, Aidez-moi
  6. Burna Boy, Deux fois plus grand
  7. Lil Uzi Vert, Atake éternel
  8. Filles de la ville, Ville sur Lock
  9. SahBabii, Les balanes
  10. Rico Nasty, Vacances de cauchemar

Écouter de la musique cette année a servi à la fois de baume et de déclencheur, offrant à la fois une évasion de la morosité de la réalité et un rappel des fêtes annulées, des nuits reportées. Il est épuisant d’imaginer ce que l’année 2020 aurait pu être, mais certains records ont transformé le malaise en quelque chose d’espoir. Popcaan est excellent FIXTAPE aurait sûrement déclenché l’été 2020 dans une direction différente s’il n’y avait pas eu de pandémie, et pourtant cela a tout de même transformé mon salon les jours où j’avais besoin de faire semblant ce plaisir était toujours une option.

  1. Christine et les reines, La Vita Nuova
  2. Westerman, Votre héros n’est pas mort
  3. Fredonner, Entrée
  4. Loma, N’ayez pas peur
  5. Haim, Les femmes en musique Pt. III
  6. Exécutez les joyaux, RTJ4
  7. Apprivoiser Impala, La lente ruée
  8. Les avalanches, Nous t’aimerons toujours
  9. Mur de Colter, Western Swing & Waltzes et autres chansons percutantes
  10. Margo Price, C’est ainsi que les rumeurs commencent

En 2020, un EP est un album. Entre les verrouillages, les appels Zoom, l’apprentissage à distance et les écoles maternelles fermées, les disquaires fermés et pas de concerts, les appels FaceTime en famille et le cycle de nouvelles 24/7 d’une année électorale, il était presque impossible de prendre du temps pour s’asseoir et écouter de la musique. Les promenades en voiture, une source de longue date pour la découverte de la musique, ont été réduites à de courts trajets à l’épicerie et à emporter (même si un trajet m’a, heureusement, fait découvrir Westerman). Lors de fenêtres de solitude trop brèves, je me tournais le plus souvent vers Christine and the Queens ’ La Vita Nuova EP, 23 minutes de bonheur couvrant six chansons (cinq si vous ne comptez pas la version anglaise de « Je disparais dans tes bras ») ainsi que la meilleure chanson de 2020, « People, Ive been sad. » Tout comme le coronavirus sape certaines personnes atteintes de leur sens du goût, la pandémie en cours a engourdi ma capacité à simplement profiter des choses, mais ce sont les 10 albums qui ont rendu mon 2020 un peu moins horrible, comme le suivi tant attendu et incroyable de Hum. à Vers le bas est le ciel et l’excellent deuxième album de Loma.

  1. Colombes, Le désir universel
  2. Fontaines DC, La mort d’un héros
  3. Club des hommes qui travaillent, Club des hommes qui travaillent
  4. La soirée nue, Manoir de minuit
  5. Habibi, Partout sauf ici
  6. Bambara, Égarer
  7. Idles, Ultra Mono
  8. Pratique publique, Adhérence douce
  9. Porcins Porcins Porcins Porcins Porcins Porcs Porcs, Les viscères
  10. Nominations Billy, Billy nominations

J’ai été vraiment impressionné par tant d’albums cette année, comme Récupérez les coupe-boulons par Fiona Apple, Punisher par Phoebe Bridgers et Bob Dylan’s Façons brutes et bruyantes, mais les 10 de cette liste sont ceux dont je ne me lasse pas. Sans musique live une grande partie de cette année, je me suis penché encore plus sur les remèdes maison du vinyle (et du streaming). Ces albums se sont démarqués pour moi, traversant des mois de mélancolie, de fatigue et d’incertitude. Chacun offre des solutions différentes à une vie sous clé – des harmonies de rêve d’Habibi au tonnerre sombre de Bambara en passant par l’ambiance de danse électronique post-punk des années 80 du Working Men’s Club – toutes les formes de nostalgie d’avant 2020. Supprimez cette pandémie mondiale de l’équation et mes choix auraient pu être toujours les mêmes, cependant.

  1. Phoebe Bridgers, Punisher
  2. Waxahatchee, Saint Cloud
  3. Taylor Swift, Folklore
  4. Pomme Fiona, Récupérez les coupe-boulons
  5. Bob Dylan, Façons brutes et bruyantes
  6. Jessie Ware, Quel est votre plaisir ?
  7. Angel Olsen, Tout nouveau désordre
  8. Fleur d’écureuil, Je suis né en train de nager
  9. Dua Lipa, Nostalgie du futur
  10. Triste13, Peinture hantée

Je suis connu pour m’orienter vers la musique indie triste, ce qui explique pourquoi Spotify me dit que j’ai écouté 1 208 minutes de Phoebe Bridgers cette année. Mais il y a eu des moments ensoleillés dans ma rotation, comme celui de Waxahatchee Saint Cloud et Taylor Swift Folklore: deux disques qui m’ont donné envie de ramper dans le nord de l’État et de m’asseoir sur un porche confortable tout en mangeant de la confiture dans un pot Mason. Jessie Ware et Dua Lipa ont amené la discothèque dans mon appartement – ce qui se serait passé même sans pandémie, car je suis casanière. Le seul artiste masculin à figurer sur ma liste est Bob Dylan, qui a livré un disque incroyablement formidable qui comprend l’étonnante « Key West ». Mes racines du sud de la Floride me rendent-elles partial ? Tu paries.

  1. Waxahatchee, Saint Cloud
  2. Exécutez les bijoux, RTJ4
  3. Phoebe Bridgers, Punisher
  4. Neil Young, Maison
  5. Amine, Limbo
  6. Mac Miller, Cercles
  7. Charli XCX, Comment je me sens maintenant
  8. Le weekend, Après des heures
  9. Bob Dylan, Façons brutes et bruyantes
  10. X, Alphabetland

Au cours de cette année lourde et horrible, je me suis retrouvé à chercher mes disques de couverture de sécurité de longue date sur les nouvelles versions beaucoup plus souvent que d’habitude. J’ai toujours considéré la musique comme mon évasion, et je suppose qu’il n’y a pas de moyen plus facile de courir à partir de 2020 que d’écouter de la musique sortie bien avant maintenant. Cela dit, j’ai trouvé tout autant de réconfort grâce à l’exceptionnel de Waxahatchee Saint Cloud, dont la voix teintée de folk et les sons de guitare chaleureux et lumineux ont été dans ma lourde rotation depuis la sortie de l’album en mars. Cela ne changera probablement pas de sitôt. Et oubliez le week-end – RJT4 a pris le plus gros camouflet des Grammy cette année, et méritait bien plus de l’indignation collective de la communauté musicale. C’était le meilleur album hip-hop de 2020, et en une année définie autant par le racisme et la brutalité policière que par une pandémie, aucun album n’a plus succinctement démonté notre système brisé. Je ne peux pas dire grand-chose de la majeure partie de la musique de cette année (ou de mes albums listés) qui n’ait déjà été dit un million de fois, mais j’appellerai avec ferveur Aminé Limbo l’album de rap le plus sous-estimé de l’année, et un incontournable digne de beaucoup plus d’amour et de presse qu’il n’en a été donné.

  1. Christine + the Queens, « Je Disparais Dans tes Bras »
  2. Fear No Empire, « Super Spreader »
  3. Low Cut Connie, « Aidez-moi »
  4. Badly Drawn Boy, « Note à soi-même »
  5. Fleet Foxes, « Je ne suis pas ma saison »
  6. Dua Lipa feat. DaBaby, « Lévitation »
  7. Caribou, « Ravi »
  8. Bob Dylan, « Au revoir Jimmy Reed »
  9. Jessie Ware, « Ooh La La »
  10. Divulgation et Etran Finatawa, « Etran »

2020 a été définitivement une année au cours de laquelle je me suis penché sur les classiques – ce qui, pour moi, signifiait écouter « What a Fucking Lovely Day » de Stephen Merritt presque tous les matins après le début des verrouillages ce printemps, saluant Little Richard avec « Freedom Blues » tout au long du long, été chaud et controversé, et faire la fête après avoir voté pour « FDT » de YG (feat. Nipsey Hussle) cet automne. C’était aussi une autre année que j’ai continué à écouter des singles plus que des albums. Ce n’est pas toujours bon Mais pour la plupart, ces chansons proviennent de disques sacrément solides. Ce sont mes sorties préférées à gauche du centre cette année.

Jerry Portwood, directeur numérique

  1. Fiona Apple, va chercher les coupe-boulons
  2. Miley Cyrus, coeurs en plastique
  3. The Weeknd, After Hours
  4. Dua Lipa, Future Nostalgie
  5. Rina Sawayama, Sawayama
  6. Shamir, Shamir
  7. Perfume Genius, mettez immédiatement le feu à mon cœur
  8. Jhené Aiko, Chilombo
  9. Rufus Wainwright, ne plus suivre les règles
  10. Lumière vive, lumière vive, ville amusante

Que signifie sortir de la musique en temps de crise ? De nombreux artistes qui avaient prévu des albums pour 2020 ne savaient pas que nous serions confrontés à une pandémie qui imposerait une distance sociale et des quarantaines pour aider à sauver des vies. Et sans musique live, beaucoup d’entre nous ont été laissés danser à la maison – soit seuls, soit avec quelques amis et membres de la famille de confiance dans notre pod. Les albums qui m’ont marqué sont ceux qui ont inspiré le plaisir, la rébellion et le défi. « Under the Table » de Fiona Apple, avec son refrain « Kick me under the table all you want / I don’t shut up / I don’t shut up », a été un mantra qui m’a soutenu à travers de nombreux moments sombres et déroutants. De plus, je suis revenu sur quelque chose que Rod Thomas, qui joue sous l’alias Bright Light Bright Light, a dit lorsque je l’ai interviewé en avril à propos d’un morceau disco-pop qu’il sortait avant son album, Ville amusante, et pourquoi tant d’artistes semblaient revenir à ce genre autrefois décrié. « C’est une sorte de danse à travers la douleur et la lutte; le sujet du disco est l’agitation et le défi « , dit-il. « Vous avez cet appel aux armes: n’abandonnez pas, continuez, trouvez la joie là où vous le pouvez. »

Kyle Rice, designer

  1. Chloé x Halle, Heure impie
  2. Le weekend, Après des heures
  3. Jhené Aiko, Chilombo
  4. Bruno Major, Laisser mourir une bonne chose
  5. Les coups Le nouveau anormal
  6. Rina Sawayama, Sawayama
  7. Bad Bunny, YHLQMDLG
  8. Toni Braxton, Épeler mon nom
  9. Megan Thee Stallion, Suga
  10. Les poussins, Gaslighter

Ce fut une année tumultueuse, à la fois politiquement et musicalement. En conséquence, ma liste est un peu tumultueuse, couvrant des artistes chauds comme la sensation reggaeton Bad Bunny, dont Pierre roulante La pochette a été une étape majeure, jusqu’à Rina Sawayama, dont l’électro-pop m’est venue à titre de recommandation et vit maintenant sans loyer dans ma tête. Nous ne pouvons pas non plus oublier les Chicks, qui m’ont fait jouer leur nouvel album en boucle et devenir des classiques comme « Goodbye Earl », ou Toni Braxton avec ses sons alto profonds et ses paroles déchirantes. Épeler mon nom. Mais sans aucun doute, l’album qui m’a permis de traverser l’année était celui de Chloe x Halle Heure impie. Les voix de ces deux femmes ne ressemblent à aucune autre, et la façon dont elles entrelacent des accords d’un demi-pas dans leur musique est incroyable. Bien que l’album soit arrivé à un moment si difficile en Amérique, c’était la distraction parfaite de la réalité dont les auditeurs avaient besoin. Il est très difficile pour les jeunes artistes de devenir les leurs, mais ces femmes sont une force avec laquelle il faut compter. Il n’est pas étonnant qu’ils fassent partie de la dynastie Yoncé.

  1. Pomme Fiona, Récupérez les coupe-boulons
  2. Taylor Swift, Folklore
  3. Christine et les reines, La Vita Nuova
  4. Waxahatchee, Saint Cloud
  5. Bartees Strange, Vivre pour toujours
  6. Haim, Les femmes en musique Pt. III
  7. Jessie Ware, Quel est votre plaisir ?
  8. Trop libre, L’amour en forte demande
  9. 070 Secouer, Modus vivendi
  10. Miley Cyrus, Coeurs en plastique

Réflexions et prières à tous les artistes qui commercialisent leur musique en tant que « pop de chambre », car cette année, chaque l’artiste était… eh bien, vous voyez le point. La musique est le seul réconfort constant dans les pires moments, et la pandémie n’a pas été différente, mais ce qui me surprend le plus au cours des 10 derniers mois, c’est que nous avons quand même réussi à vivre la musique collectivement. Je n’oublierai jamais de me connecter à Twitter le jour où Récupérez les coupe-boulons a été libéré, ou en tenant une séance Slack avec quelques Pierre roulante collègues quand Folklore dropped, or watching every damn TikTok fancam set to “Beef FloMix.” I still miss live venues so much, but Zoom raving to Caribou and Taking Back Sunday will have to do for now.

Rob Sheffield, Contributing Editor

  1. Taylor Swift, Folklore
  2. Bob Dylan, Rough and Rowdy Ways
  3. Fiona Apple, Fetch the Bolt Cutters
  4. Chloe x Halle, Ungodly Hour
  5. Taylor Swift, Toujours
  6. Rina Sawayama, Sawayama
  7. Jessie Ware, What’s Your Pleasure ?
  8. City Girls, City on Lock
  9. Lomelda, Hannah
  10. BTS, Map of the Soul: 7

Music kept us moving this year. We depended on our favorite music like never before, to give us that jolt of human connection, to shake up our emotions, to keep us dancing on our own. These were the albums I loved best, the music that lifted me up, and pointed me forward. My favorites run all over the map stylistically, from pop gloss to indie rock, from rap to R&B to folk to disco. Some come from longtime heroes; some are by new kids; one is by Paul McCartney More than ever, “Have you heard this ?” is the best way to begin any conversation. (For even more great music, see Rob Sheffield’s full lists of the top albums et songs of 2020.)

Hank Shteamer, Senior Editor

  1. Dezron Douglas and Brandee Younger, Force Majeure
  2. AC/DC, Power Up
  3. Kirk Windstein, Dream in Motion
  4. Undeath, Lesions of a Different Kind
  5. Alan Braufman, The Fire Still Burns
  6. Bob Dylan, Rough and Rowdy Ways
  7. Josh Johnson, Freedom Exercise
  8. Gulch, Impenetrable Cerebral Fortress
  9. Erica Freas, Young
  10. Mr. Bungle, The Raging Wrath of the Easter Bunny Demo
  11. Brittany Spanos, Senior Writer

    1. Taylor Swift, Folklore
    2. Jessie Ware, What’s Your Pleasure ?
    3. City Girls, City on Lock
    4. Rina Sawayama, Sawayama
    5. Fiona Apple, Fetch the Bolt Cutters
    6. Lady Gaga, Chromatica
    7. Halsey, Manic
    8. Dua Lipa, Future Nostalgia
    9. Bad Bunny, YHLQMDLG
    10. Miley Cyrus, Plastic Hearts

    A year I’d rather erase has, oddly enough, been rich in rather unforgettable albums. My year in listening to music has been marked primarily by what I can’t wait to enjoy “when this is all over.” Albums I want to dance to, karaoke, and see performed live. They have been a balm and a sign of hope, though sometimes that means they have been a painful reminder of what we’ve lost. I’ve relied heavily on upbeat music, something I have always done when I feel particularly dejected. Thankfully there’s been a disco revival, as well as lots of raunchy anthems that make me yearn for nights screaming out the windows of packed cabs with my best friends. The ones that have left me in my feelings, like my Number One pick, have offered the type of extreme, emotional catharsis I didn’t realize I wanted but am thankful for in the end.

    Simon Vozick-Levinson, Deputy Music Editor

    1. Bob Dylan, Rough and Rowdy Ways
    2. Dua Lipa, Future Nostalgia
    3. Taylor Swift, Folklore
    4. Bad Bunny, YHLQMDLG
    5. Caribou, Suddenly
    6. Jeff Tweedy, Love is the King
    7. Fleet Foxes, Shore
    8. Waxahatchee, Saint Cloud
    9. Sad13, Haunted Painting
    10. Flo Milli, Ho, Why Is You Here ?

    I would have loved to spend this month in the afterglow of one of Bob Dylan’s annual late-November shows at New York’s Beacon Theatre, which have become a ritual for me in recent years as the old master has hit a new hot streak with his band. Instead here I am at home, counting my blessings and wondering for the 115th time whether “Mirrorball” deserves a spot on the cosmic playlist from “Murder Most Foul.” Rough and Rowdy Ways is the finest album in many years from that salty with some real pathos underneath those wild punchlines. As for the others: Bad Bunny, Dua Lipa, and Caribou gave us immaculate grooves for a night out that never came; Katie Crutchfield, Robin Pecknold, and Sadie Dupuis looked within and found new clarity. Some of my favorite songwriters ever showed they can still surprise me, and rookie of the year Flo Milli made me smile every time I pressed play. Will any of these records sound the same in a crowded room ? I can’t say, but I’m thankful for each of them and the solace they provided this year.

    Amy X. Wang, Senior Music Business Editor

    1. Inbal Segeve, Marin Alsop, Anna Clyne Cello Concerto
    2. Claire Deak, Tony Dupe, The Old Capital
    3. Vikingur Ôlafsson, Reflections Pt. 1 / Debussy: Bruyères
    4. Clarice Jensen, The experience of repetition as death
    5. Daishin Kashimoto, Emmanuel Pahud, Paul Meyer, Zvi Plesser, Eric Le Sage, Vienne 1900
    6. Leo Takami, Felis Catus and Silence
    7. Luke Carbon, Brightest Threads
    8. Mary Lattimore, Silver Ladders
    9. Clariloops, Mindful Movement
    10. North Americans, Roped In

    In the basement of my New York City apartment building sits a lone treadmill, wedged between three mirror-paneled walls. The visual effect of exercising in this “gym” is one of total comic dissonance out of breath which I looped on repeat as I ran for hours to nowhere, are naturally just as unhinged. To soundtrack this very eerie year with their commercial entrails and their overly scripted pathos. That’s how I ended up in the land of clashing cellos, trilling clarinets, and really, really lovely grace notes, which I present to you now. Go ahead, tell me you find classical music boring; now queue up “DANCE: II. If you’ve torn the bandage off” for your next quarantine jog around the block and come back and try to say it again, I dare you.