in

Une météorite de 17 livres découverte en Antarctique

L’Antarctique est un endroit où il est difficile de travailler, pour des raisons évidentes : il y fait extrêmement froid, isolé et sauvage. Cependant, c’est l’un des meilleurs endroits au monde pour chasser les météorites. C’est en partie parce que l’Antarctique est un désert et que son climat sec limite le degré d’altération subi par les météorites. En furthermore des situations sèches, le paysage est idéal pour la chasse aux météorites : les roches noires de l’espace se détachent clairement sur les champs enneigés. Même lorsque les météorites s’enfoncent dans la glace, le mouvement de barattage des glaciers contre la roche en dessous aide à réexposer les météorites près de la surface area des champs de glace bleue du continent.

Une équipe internationale de chercheurs qui vient de rentrer de l’Antarctique peut attester de la convivialité du continent pour les chasseurs de météorites : ils sont revenus avec cinq nouvelles météorites, dont une qui pèse 16,7 livres (7,6 kg).

Maria Valdes, chercheuse au Area Museum et à l’Université de Chicago, estime que sur les quelque 45 000 météorites récupérées de l’Antarctique au cours du siècle dernier, seules une centaine environ ont cette taille ou in addition. “La taille n’a pas nécessairement d’importance lorsqu’il s’agit de météorites, et même de minuscules micrométéorites peuvent être incroyablement précieuses sur le system scientifique”, déclare Valdes, “mais bien sûr, trouver une grosse météorite comme celle-ci est rare et vraiment excitant.”

Valdes était l’un des quatre scientifiques de la mission, dirigée par Vinciane Debaille de l’Université Libre de Bruxelles (FNRS-ULB) l’équipe de recherche a été complétée par Maria Schönbächler (ETH-Zurich) et Ryoga Maeda (VUB-ULB). étudiante en thèse en glaciologie à l’ULB.

” Bien qu’ils aient programmé leur voyage pour l’été de l’Antarctique fin décembre, les températures ont oscillé autour de 14 ° F (-10 ° C). Valdes be aware que certains jours pendant leur voyage, il faisait en fait in addition froid à Chicago qu’en Antarctique, mais passer des journées à faire de la motoneige et à faire de la randonnée à travers les champs de glace, puis à dormir dans une tente rendait le climat antarctique moreover extrême.

Les cinq météorites récupérées par l’équipe seront analysées à l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique pendant ce temps, les sédiments contenant potentiellement de minuscules micrométéorites ont été répartis entre les chercheurs pour être étudiés dans leurs establishments.

Valdes dit qu’elle est impatiente de voir ce que les analyses des météorites révèlent, motor vehicle “l’étude des météorites nous aide à mieux comprendre notre spot dans l’univers. Furthermore nous avons d’échantillon de météorites, mieux nous pouvons comprendre notre système solaire, et mieux nous pouvons nous comprendre.”

L’équipe était guidée par Manu Poudelet de l’International Polar Guideline Affiliation et assisté d’Alain Hubert. Ils ont été soutenus en partie par la Politique scientifique fédérale. Le travail de Valdes est soutenu par le Robert A. Pritzker Center for Meteoritics and Polar Studies du Field Museum, la Fondation TAWANI et la famille Meeker.