in

Microsoft a licencié des employés suite à des accusations de corruption : WSJ

Un ancien employé de Microsoft a accusé le géant de la technologie de fermer les yeux sur les employés, les sous-traitants et les opérateurs gouvernementaux qui se livrent à la corruption.

Dans un essai publié vendredi sur Lioness, un média qui documente des histoires de dénonciateurs, Yasser Elabd a mis en lumière les accusations d’employés de Microsoft utilisant des entreprises partenaires locales pour aider à vendre les produits de l’entreprise aux consumers.

Microsoft a déclaré au WSJ qu’ils avaient déjà enquêté sur ces allégations, “qui datent de plusieurs années”, et a ajouté qu’ils avaient licencié des employés et des partenariats qui faisaient partie des enquêtes.

Microsoft a licencié des employés suite à des accusations de corruption : WSJ

En 2016, Elabd a déclaré avoir réalisé qu’un paiement de 40 000 pounds à un consumer africain ne semblait pas right. il a découvert qu’il s’agissait d’un ancien employé de Microsoft qui avait été licencié pour mauvaise performance. Il a écrit.”

Cherchant moreover de détails auprès de la route, il a affirmé qu’il avait rencontré de la résistance et réalisé qu’il y avait plus que cela, et a décidé d’examiner moreover en profondeur les employés de Microsoft qui orchestraient de fausses transactions.

Au cours des deux années qui ont suivi, il a déclaré qu’il avait fait tout ce qui était en son pouvoir pour contrer les pots-de-vin, mais pensait que Microsoft n’était pas intéressé à arrêter les paiements. Il a déclaré qu’il avait finalement été licencié en juin 2018.

Dans une job interview et selon des documents examinés par le WSJ, Elabd a eu une réunion de sept heures avec des employés de la SEC dans les bureaux de l’agence à Washington DC. il a soumis as well as de preuves, mais les responsables de l’agence ont déclaré que l’enquête ne pouvait pas aller additionally loin en raison de la pandémie.

Elabd a estimé qu'”un least de 200 millions de bucks chaque année va aux employés, partenaires et employés du gouvernement de Microsoft”, en pots-de-vin. Il a poursuivi : “Parmi les clients qui, je crois, ont reçu cet argent figurent des représentants du gouvernement du Ghana, du Nigeria, du Zimbabwe, du Qatar et de l’Arabie saoudite.”

3 millions de pounds, y compris une amende pénale.