Dans un épisode spécial du podcast AppleInsider., des exclusivités de la plate-forme et de l’avenir de l’audio.



James a travaillé à la radio pendant 28 ans et, en 2005.

Au cours de notre interview, nous discutons de la montée en puissance des émissions exclusives, telles que Joe Rogan et Dax Shepard, qui passent uniquement à Spotify, et de ce que cela signifie pour l’industrie. Alors que des entreprises comme Spotify sont plus susceptibles de promouvoir des émissions disponibles uniquement sur leur plate-forme.



iPad et Mac. Les auditeurs peuvent être plus susceptibles de s’inscrire via le système de paiement d’Apple, et les outils d’abonnement pour les créateurs offrent une plus grande flexibilité. En revanche.

La monétisation des podcasts Apple et l'avenir de l'audio

L’audio en direct, popularisé par l’application Clubhouse. notamment Twitter Spaces, Spotify Green Room et Facebook Live Audio Rooms.

Si vous avez des questions ou des commentaires sur l’émission.

monétisation et audio en direct – transcription de l’interview

Stephen Robles. Aujourd’hui. J’ai un invité spécial avec moi, James Cridland. en faisant du copywriting et tout ça. Et donc, James Cridland merci de m’avoir rejoint aujourd’hui.

James Cridland : Oh, c’est un grand plaisir. Merci beaucoup d’avoir demandé.

Stephen Robles. Laissez-moi juste dire, je pense que vous êtes le premier. Eh bien, vous êtes originaire du Royaume-Uni, vous vivez maintenant en Australie. Alors, quel est votre accent britannique ou australien  ?

James Cridland : C’est très certainement un accent britannique. J’ai eu 50 ans d’accent britannique, je ne peux pas changer maintenant.

Stephen Robles: C’est exact. Et parce que vous êtes actuellement en Australie. Vous vivez dans le futur. Il est 7h00 pour moi. Et quelle heure est-il pour vous ?

James Cridland : Oui. Et il est 21h00 pour moi. Donc oui. Ça a été un – ça a été une longue journée, mais vous devez encore en faire l’expérience.

Stephen Robles: Est-ce que quelque chose de bouleversant s’est produit aujourd’hui que je dois attendre avec impatience ?

James Cridland : Pas vraiment ? Non, pas vraiment. Nous sommes actuellement en confinement à nouveau. Donc, franchement, il s’est passé très peu de choses, ce qui est probablement une bonne chose.

Stephen Robles: Je pensais que l’Australie se débrouillait très bien avec toute la pandémie il y a quelques mois. Et montraient en quelque sorte comment tout s’ouvrait à nouveau.

James Cridland : Eh bien, nous nous débrouillons plutôt bien en n’autorisant personne d’autre à entrer, c’est presque comme si c’était une sorte de colonie pénitentiaire, je ne sais pas. Mais de toute façon, euh, donc nous nous en sortons plutôt bien à ce sujet juste au cours de la semaine dernière environ, il y a eu une série de cas. Il y a donc deux cas dans tout l’État du Queensland.

Je pense qu’il y en a peut-être trois. Maintenant, ces trois, euh, cas signifient que, euh, une grande partie de l’État est en lock-out complet et nous ne sommes pas autorisés à aller n’importe où, faire quoi que ce soit seulement pendant, vous savez, peut-être trois jours, peut-être cinq jours. Donc ça va s’arranger. Mais c’est le premier confinement que nous avons depuis avril je pense.

Stephen Robles: Donc seulement trois cas et le pays est comme, « Tout le monde reste à la maison. »

James Cridland : Oui. Et donc trois cas dans l’État restent à la maison. Donc, vous savez, c’est un gros problème. Nous avons essentiellement eu très peu de cas, très peu de décès, heureusement, mais c’est courant avec l’inconvénient que les frontières ne sont tout simplement pas ouvertes.

Donc, si vous êtes australien et que vous voulez rentrer à la maison, c’est vraiment difficile. Et si vous êtes, vous savez, en Grande-Bretagne, vous voulez rentrer chez vous de temps en temps, c’est impossible. Oui. Nous y sommes donc toujours.

Stephen Robles: Bon, on espère que ça passera aussi vite c’est sûr.

Et nous allons tout entrer dans cela. Mais pour vous-même, vous êtes dans la radio depuis longtemps. ? Et pourquoi êtes-vous si passionné par ce sujet que vous en écririez, vous le savez tout le temps ?

James Cridland : Chaque jour. Oui. Eh bien, je veux dire, je suis impliqué dans la radio depuis la fin des années 1980, très, très longtemps, mais j’ai commencé à être impliqué dans ce qu’était l’avenir de l’audio au début des deux mille.

Je cherchais donc un site Web pour une radio Virgin à Londres, qui était la station de radio de Richard Branson, et l’une des choses que nous faisions était d’être la première station de radio à diffuser en ligne en Europe. Nous avons été la première station de radio à faire un tas de choses vraiment intéressantes. Et l’une d’entre elles était d’avoir la première application radio au monde où vous pourriez nous écouter à neuf kilobits par seconde.

Oh, la qualité audio. Sentez la qualité. Euh, mais aussi, euh, cette même année, qui était en 2005. Donc juste pour mettre ça en contexte, c’était, euh, janvier 2005. C’était donc très, très tôt.

J’ai donc été, vous savez. Vraiment.

Stephen Robles: Donc, parce que vous avez cette expérience formidable et que je pense que vous avez vraiment une grande clairvoyance sur ce qui va arriver, que pensez-vous d’abord de Spotify ? Et donc Spotify a fait le jeu, je dirais les deux dernières années pour vraiment aller avec ces émissions exclusives.

Vous avez Joe Rogan, expert en fauteuils chez Dax Shepard, et ils annoncent de plus en plus d’exclusivités apparemment chaque mois. Ces exclusivités sont un peu différentes de ce que Apple propose désormais. Et nous y viendrons dans un instant. Pour être clair, ces exclusivités ne sont pas des choses que vous devez payer, ce sont juste des émissions que vous devez écouter en utilisant l’application Spotify. Et c’est donc un jeu de verrouillage de plate-forme, pas nécessairement un jeu d’abonnement, du moins pour l’instant. Que pensez-vous globalement de ce genre d’exclusivités sur Spotify  ?

James Cridland : Ouais, je veux dire, vous savez, Spotify a un certain nombre de plans différents ici. Certains d’entre eux sont exclusifs.

Donc, si vous écoutez Joe Rogan, la seule façon d’obtenir Joe Rogan est sur l’application Spotify et c’est très bien. Et puis vous avez des choses comme Barack Obama et Bruce Springsteen, où cette émission est disponible partout, y compris Apple, mais il y a une fenêtre, euh, où vous ne pouvez l’obtenir en exclusivité que dans l’application Spotify.

Et puis vous avez aussi Spotify. Euh. Anchor et Megaphone. Et donc, ils mettent également un tas de leurs émissions à disposition, vous savez, bien sûr, sur Internet. Mais payé par Spotify, avec la publicité Spotify dedans. Il y a donc un tas de choses différentes qu’ils font.

Cela semble très bien fonctionner pour eux. Donc, si vous regardez les êtres humains. alors vous pouvez voir qu’il y en a maintenant beaucoup qui utilisent Spotify. Et c’est une grosse affaire. Ce n’est pas le cas en termes de téléchargements, euh.

Mais en ce qui concerne, vous savez, les êtres humains utilisant Spotify. Et c’est bien sûr là où Spotify veut appâter, veut aller, car de cette façon, Spotify peut vendre de la publicité à ces personnes. Peut verrouiller les gens sur la plate-forme où, bien sûr, ils peuvent également obtenir de la musique s’ils paient également pour cela.

Et il est donc avantageux pour eux de garder les gens au sein de l’écosystème Spotify et leur plan est d’être la destination audio.

Stephen Robles., en particulier pour beaucoup d’entre nous qui y sommes depuis longtemps, nous l’avons adoré parce que c’était un lieu ouvert.

Comme si c’était un média ouvert, vous pouvez utiliser n’importe quelle application que vous voulez, même.

C’est quelque chose de différent. Avez-vous l’impression qu’il y a une distinction là-dedans ? Sommes-nous en train de perdre quelque chose parce que nous avons perdu une certaine ouverture d’esprit avec ces émissions ?

James Cridland : Eh bien, je veux dire, je pense que les deux côtés de cette conversation.

Maintenant. Il n’utilise pas de flux RSS. Il n’utilise pas de boîtiers au format MP3 ou C. Euh, il n’utilise pas, vous savez, non DRMS, vous savez, téléchargeable, euh, trucs. C’est une expérience très différente, mais pour l’audio d’abord.

Maintenant, beaucoup de gens vont se retourner et dire : « Eh bien, James. » Eh bien, c’est bien. Mais si les gens appellent quelque chose un canard, c’est probablement un canard. Donc, en fin de compte, je suis en quelque sorte guidé par ce que les êtres humains normaux disent à ce sujet.

Mais pour revenir à votre propos, vous savez. n’importe qui peut s’impliquer. Cela n’a vraiment pas changé. Si vous avez un flux RSS et que vous avez des fichiers MP3 ou AAC, vous pouvez l’intégrer à Spotify. Vous pouvez l’intégrer à Apple Music. Vous pouvez l’intégrer à Amazon Music, dans un tas de ces applications individuelles, et vous pouvez toujours le faire maintenant.

Et en fait, j’écris toujours mon propre flux RSS et télécharge l’audio sur mon propre serveur. Et il est disponible sur Spotify et sur Apple aussi bien que tout le reste. Vous pouvez donc toujours le faire. Je pense que l’une des difficultés.

Apple a donc franchi la barre des 2 millions récemment. Et en fait, si vous regardez globalement, euh., qui sont également disponibles sur d’autres plateformes. C’est énormément de contenu.

Et il est donc beaucoup plus difficile de trouver un bon spectacle que si vous alliez trouver « This Week in Tech », en 2006, c’était beaucoup plus facile qu’aujourd’hui. Donc, vous savez, il est clair qu’il est beaucoup plus difficile d’être un petit créateur. Si vous avez, vous savez, la radio iHeart qui fait la promotion de vous et de tout ce genre de choses, alors cela aide certainement.

Mais cela ne veut pas dire que vous ne pouvez pas vous impliquer si vous êtes juste, vous savez, une personne à part entière. Et je pense, vous savez. que Spotify possède comme Red Circle, euh, Launchpad. Et c’est une bonne chose.

Stephen Robles: Oui. vous avez tout à fait raison. Vous savez, les outils dont nous disposons aujourd’hui les rendent beaucoup plus faciles. Encore une fois, il y a 10 ans, il y a 15 ans, c’était difficile. Oui. Vous devez apprendre à XML et RSS. Donc je pense qu’en tant que créateur, c’est que vous avez plus d’outils et d’accès pour atteindre les auditeurs.

Mais en ce qui concerne la découvrabilité, comme vous le disiez avec l’exclusivité, vous savez. et il y a certaines émissions, soit payantes pour du contenu exclusif ou autre. Ensuite, Spotify a ses exclusivités. Amazon Prime joue maintenant pour ses exclusivités pour l’auditeur ou l’utilisateur typique. mais juste pour quelqu’un qui veut écouter des émissions qu’il apprécierait. ce qui signifie que vous avez accéder à cette application pour celle-ci et à cette application pour celle-ci, est-ce que cela va rendre l’expérience pire pour l’auditeur moyen  ? Je ne sais pas pour vous, mais je veux dire, j’ai, vous savez. mais la plupart des gens n’en ont pas.

La plupart des gens vont utiliser une seule application., votre abonnement exclusif n’est pas dans celui-là. Vous n’allez probablement pas atteindre cet auditeur. Donc, ?

James Cridland : Eh bien, je pense que la réponse est probablement à la fois oui et non. Euh. Bien que nous soyons assez habitués à cela dans le monde de la vidéo. Nous sommes assez habitués à ce que les émissions ne soient disponibles que sur Netflix ou uniquement sur Hulu ou sur l’une des autres, euh, plateformes là-bas.

Nous sommes donc un peu habitués à cela dans le monde de la vidéo, mais peut-être pas tellement dans le monde de l’audio. Donc c’est mauvais de ce point de vue. Cependant, en le regardant dans l’autre sens. Cela signifie que Spotify, par exemple, est beaucoup plus susceptible de consacrer beaucoup d’argent à la promotion de certaines de leurs émissions. Et je me souviens, vous savez, quand j’étais à Chicago cette fois il y a un an et demi, je voyais des banderoles publicitaires dans toute la ville. Euh, ça ne s’appelle pas des bannières publicitaires, n’est-ce pas  ? Ces grandes choses à côté des arrêts de bus

Stephen Robles: Panneaux publicitaires ?

James Cridland : Oui. Panneaux d’affichage. Merci. Ça a été une longue journée, vous savez, je dirais que j’en ai eu un tas pour des émissions individuelles de Spotify, vous savez, que, euh, dans lesquelles Spotify accumulait vraiment de l’argent.

L’auraient-ils fait autant ? Si elles étaient. Vous savez, juste pousser un spectacle, que vous pourriez obtenir n’importe où. Je ne pense pas. Je pense que c’est une bonne chose de ce point de vue.

Je pense qu’Adam Curry, par exemple, est très. Encore une fois, je n’en suis pas si sûr, mais je peux voir d’où il vient.

vous savez, de diffusions inégales, euh, Amazon, vous savez, de diffusions et ainsi de suite. Je pense qu’il faut juste faire attention.

Stephen Robles: Oui. Je pense que Leila Port a vraiment essayé de faire en sorte que le truc du netcast se propage aussi. Et je ne pense pas que ce soit le cas. Je pense que nous sommes.

James Cridland : Il a fait non, il a fait. Il faisait ça depuis très, très longtemps. Et, euh, mais je pense qu’il avait un très bon point. parce qu’il contient un peu, un peu de l’iPod dedans. Je veux dire, tout d’abord, très dépassé, euh. mais aussi, deuxièmement, il craignait qu’Apple ne disparaisse et ne marque ce nom particulier.

Et je sais qu’Apple a été assez prudent avec les personnes qui ont utilisé le porte-manteau pod. Hum, façon de, en fait, tu sais, nommer les choses. Euh. mais, euh, ils, ils, je sais qu’ils ont parlé à un tas de gens donc je peux bien voir que son, son plan là-bas était de s’assurer ce netcast serait une marque qui pourrait être utilisée pour tous.

Je peux en quelque sorte voir son point de vue là-dessus. Assez étrangement, LG a fini par emballer cette marque particulière pour quelque chose à voir avec les réfrigérateurs, je pense. Que se passe-t-il de toute façon ? Quoi qu’il en soit, il est à nouveau disponible, si vous le souhaitez.

Stephen Robles: Très bon. Apple a donc longtemps été une sorte de conservateur silencieux.

Je ne sais pas si curateur l’appelleriez-vous, mais vous savez. C’était l’annuaire gratuit. Vous pouvez soumettre votre émission. Il n’y avait pas d’argent qui changeait de mains.

Et maintenant. Curieux. Il y a donc une grande partie des auditeurs qui ne pourraient pas atteindre ces abonnements ou ce contenu exclusif. Mais vous pouvez le faire maintenant sur Apple et ils prennent la réduction de 30% de vos abonnés, au moins la première année, 15%, la seconde.

James Cridland : Oui, au moins en ce moment ils le font, ouais.

Stephen Robles: Maintenant, qu’en pensez-vous ? D’accord. Propose maintenant ce genre d’abonnements payants.

James Cridland : Eh bien, écoutez, je veux dire, je pense qu’Apple a fait plusieurs choses cette année.

ce qui était, euh, un échec épouvantable et lamentable, et tout s’est cassé et les gens étaient, vous savez. c’est qu’il était complètement cassé. Apple savait qu’il était complètement cassé et Apple n’a jamais rien dit. Par conséquent,:  » Je suis désolé, je ne peux pas vous faire entrer chez Apple pour le moment parce qu’Apple est en panne.  »

Ils se retournaient et disaient: « Eh bien, où est la, où est la presse ? Vous inventez juste ça. Vous n’êtes qu’un consultant inutile. » Et donc vous avez fini, vous savez, cela a fini par vraiment nuire à l’industrie., cela prendrait, euh, parfois trois jours pour mettre à jour votre émission individuelle. C’était donc complètement, complètement inutile.

Donc, de ce point de vue, c’était une assez mauvaise expérience et une expérience très Apple de ne rien dire du tout, de ne pas sortir et d’avouer et de dire que nous avons foiré. Nous sommes vraiment désolés. Euh, et ça, et c’était, et c’était, vous savez, un peu triste. Mais d’un autre côté, je pense que les abonnements Apple qu’ils ont fait, leur modèle d’abonnement payant a été vraiment bien pensé.

Ils l’ont fait d’une très bonne manière où vous pouvez vous abonner à des chaînes. Ainsi, vous pouvez obtenir un tas de spectacles différents. Vous pouvez vous abonner à des émissions individuelles si vous le souhaitez. Vous pouvez payer de certaines manières, vous pouvez obtenir de l’argent pour acheter un an à l’avance. Vous pouvez faire tout ce genre de trucs intelligents. Et ils l’ont fait d’une manière vraiment intelligente.

Donc je pense, oui, je pense que ce qu’ils ont fait là-bas est vraiment bien et vraiment intelligemment fait. Et je pense que ce qui m’excite.

Droite. Vous savez, je peux juste payer de l’argent et me débarrasser de la publicité. C’est une bonne chose. Il y a des gens qui produisent de l’audio pour méditer. Euh, il y a des gens qui produisent, vous savez, un son différent, qui est juste sans publicité, sans, vous savez, devant plaire à chaque, chaque annonceur qui est réellement là-dedans.

Donc, je pense que de ce point de vue.

Je pense donc qu’Apple a fait un travail fantastique là-bas.

Stephen Robles: Ainsi. Maintenant. je sais au moins pour moi, j’ai maintenant l’impression que le travail pour produire un épisode augmente de façon exponentielle.

Par exemple, pour offrir une version sans publicité de l’émission auparavant, avant qu’Apple ne la lance, je le ferais à Patreon parce que c’était une plate-forme que, vous savez, tout le monde connaît Patreon. Et maintenant, il y a une sorte de troisième étape. Vous savez, j’ai mon épisode public gratuit. Je l’ai publié à notre hôte.

Et puis j’ai l’épisode Patreon, qui est un MP3. Et je le fais sans publicité, modifiez cela, mais maintenant je dois aussi le faire dans Apple, qu’Apple n’accepte que les fichiers wave ou plats. Ils y exportent un troisième fichier. Et parce qu’il y a des notes qui sont cassées en ce qui concerne nos liens HTML et qu’ils n’ont rien dit à ce sujet publiquement, mais nous savons tous que c’est cassé. Alors maintenant, je dois faire tout ça.

James Cridland : Eh bien, le savons-nous ? Savons-nous que c’est cassé ou est-ce juste la façon dont cela fonctionnera toujours à l’avenir ? Nous ne le savons même pas.

Stephen Robles:.

Et je leur ai demandé directement  :  » Est-ce quelque chose qui va être corrigé  ?  » Et ils ont dit :  » Oui, ce sera bientôt corrigé.  » Je ne pense donc pas que cela durera ainsi éternellement. J’espère vraiment que non. Parce que encore une fois, vous devez avoir deux versions de vos notes de spectacle pour le faire. Et donc si je veux proposer un abonnement Spotify, ce serait une quatrième chose.

? De devoir proposer des abonnements partout pour toucher les auditeurs qui paieraient pour votre émission ?, s’y tenir et dire simplement, si vous le voulez, vous devez l’écouter ici.

James Cridland : Il y a probablement deux choses là. Je pense qu’une chose est qu’Apple a été très intelligent en termes de prix. Cela signifie donc que vous pouvez proposer votre émission ailleurs, tant qu’ils sont à parité de prix, euh, alors vous pouvez proposer une émission sur, vous savez, Spotify ainsi que sur Apple, ainsi que sur un Patreon. Et encore une fois, je pense que c’est un endroit lumineux.

Jamais été un pour, vous savez, aucun accès à l’un des écosystèmes Apple. Et ce que cela signifie essentiellement. Et donc il y a beaucoup d’étapes manuelles ici et c’est un peu frustrant. Il y a aussi des étapes manuelles, bien sûr. euh, sur qui écoute. Et vous savez, combien de personnes vous avez et tout ce genre de choses.

Parce qu’il n’y a pas non plus d’API là-dedans. Et c’est, je pense, un peu de frustration. Je suis sûr que, euh, eh bien, j’aimerais penser que ça finira par être réparé, vous savez, un jour. Je pense que c’est quelque chose sur lequel Apple travaille toujours. Est-ce que cela devient plus difficile ? Oui, absolument, ça l’est. Et je pense que cela devient certainement plus difficile si vous finissez par proposer, vous savez, des versions spéciales et supplémentaires de séries, euh, vous savez, des versions sans publicité.

Ce que vous pourriez faire en termes de publicité gratuite, c’est que vous pouvez utiliser l’insertion publicitaire dynamique, euh, et puis vous faites essentiellement une émission sans publicité. euh, et. Hey Presto, vous n’avez théoriquement fait aucun travail supplémentaire, mais c’est quand même, c’est encore un peu plus de bidouillage.

Alors oui, je veux dire, je pense, je pense que certains des outils, vous savez, prendront clairement un peu de temps pour y arriver. Je veux dire, si vous éditez votre audio avec le script D en est un exemple. vous pouvez donc appuyer sur un bouton et il télécharge simplement la même chose pour Hidenburg Journalist Pro, qui est l’audio éditeur que j’utilise. Donc, vous savez, ceux-ci existent. euh, hôte. Et c’est quelque chose qui, vous savez, doit clairement être fait.

Je veux dire, je prendrais probablement un peu de recul et je dirais simplement, je me demande si je n’ai pas lu tous les termes et conditions. qui est en fait exactement la même. Et donc si vous aimez, un peu comme Shareware, vous pouvez payer cinq dollars par mois, et ce sera une belle chose.

Les règles d’utilisation de Patreon sont les suivantes  : vous n’avez pas besoin de donner aux gens des choses supplémentaires si vous ne le souhaitez pas. Et il se peut donc que vous puissiez vous en sortir sans faire cela si vous pensez que c’est bon pour votre public, si votre public est suffisamment à l’aise. C’est peut-être une façon intéressante.

Et c’est bien sûr le plan. Si vous regardez une émission YouTube soutenue par Patreon, alors vous savez, la plupart du temps, vous finissez par voir des gens avec leurs noms dans les lumières à la fin d’une émission et vous pensez, eh bien, c’est plus vieux, plus vieux, les gens sont intéressés dans.

Stephen Robles:, c’est-à-dire soutenir l’émission, mais il n’y a pas de contenu bonus ou de contenu exclusif. Comme vous l’avez dit, avec Patreon, vous pourriez le faire., j’ai essayé de mettre deux avantages, l’un étant des épisodes sans publicité, pour lesquels j’avais quelques vagues chargées et un accès anticipé, mais parce que. Au milieu de la publication des épisodes, je n’avais pas de set pour un accès anticipé. Et donc Apple a refusé l’abonnement. Je n’ai pas pu passer l’abonnement, il va falloir le changer. vous pouvez choisir les avantages dans une liste déroulante.

Cela correspond à l’avantage que vous offrez. Et encore une fois, contrairement à Patreon, vous n’avez pas accès à vos auditeurs dans la mesure où vous souhaitez leur envoyer un message. Si vous souhaitez leur envoyer des produits ou offrir d’autres avantages qui ne sont pas liés à l’audio.

Et c’est quelque chose que je ne sais pas s’ils vont offrir ça à l’avenir, parce qu’ils sont très attachés à la confidentialité et ne veulent pas, ils ne veulent pas vous donner toutes ces adresses e-mail, vous savez, toutes ces comptes iCloud de la chose. Donc, encore une fois, c’est quelque chose que je ne sais pas, nous allons juste penser que nous devrons voir s’ils auront réellement une sorte de mécanisme pour le faire.

Mais avant d’aller trop loin, je veux que vous ayez votre avis à ce sujet maintenant, une nouvelle vague d’audio en direct, à savoir Clubhouse, Twitter Spaces, et maintenant même Facebook s’est lancé dans le jeu avec des salles d’audio en direct. Et voici, vous savez, nous avons des vidéos en direct depuis longtemps et nous avons des flux audio en direct. Ce n’est tout simplement pas très répandu. Et maintenant, nous avons de l’audio en direct et c’est un peu la nouvelle chose à la mode.

En ce qui concerne, vous le savez, le médium passionnant. Que penses-tu de cela ? Est-ce quelque chose qui, selon vous, va durer longtemps ? Est-ce un peu comme ici pour rester ?

James Cridland : Je pense qu’à certains égards, c’est là pour rester à bien des égards. Je pense que c’est né de la pandémie et Clubhouse a fait un travail très intelligent en, euh, en, vous savez, en inscrivant un certain nombre d’influenceurs.

Maintenant que ces accords sont tous terminés, les Clubhouses commencent à être assez calmes. Si vous y êtes déjà allé récemment.

Stephen Robles: Je n’ai pas, c’est pourquoi je pose cette question.

James Cridland : Oh, eh bien, voilà. Je déclare officiellement que Clubhouse est principalement rempli des pires personnes de LinkedIn, juste avec un microphone.

Stephen Robles: Je vais recevoir des tweets. Je vais recevoir des tweets pour celui-là. Je vais recevoir des Tweets, c’est bon.

James Cridland : C’est peut-être un peu exagéré. Mais oui, je pense, vous savez, quoi, ce que j’ai trouvé intéressant, c’est que Clubhouse a une certaine ambiance, de, vous savez, des gens qui pensent qu’ils sont des experts. Et pour être juste des gens qui pensent qu’ils sont des experts plus que des gens qui sont des experts sur cette plate-forme.

Twitter Spaces semble être beaucoup plus une plate-forme d’amis où vous avez des gens qui se connaissent dans Je vais utiliser le mot meatspace. Pardon. Euh, mais les gens qui se connaissent dans la vraie vie, la vraie vie est une meilleure expression.

Stephen Robles: C’est M-E-E-T pas M-E-A-T.

James Cridland : Eh bien, je voulais dire en quelque sorte, M-E-A-T mais de toute façon, oui, oui.

En fait, vous savez, des êtres humains, mais de toute façon Twitter a une ambiance très différente. Les salles en direct de Facebook ne sont disponibles que pour vous aux États-Unis, donc, comme nous, ne jouez pas avec celles-ci aussi, d’ailleurs. ce qui est un idée folle, folle.

Mais de toute façon, n’y allons pas. Celui qui m’a particulièrement impressionné, c’est en fait une version de Spotify, qui est Spotify Greenroom, et ce que Spotify a fait. Et l’une de ces fonctionnalités supplémentaires est que vous pouvez envoyer des messages à des personnes.

Donc, vous pouvez, euh, il y a une sorte de, il y a un chat en cours, ce qui est en fait très pratique pour savoir quelles questions vous voulez réellement poser au public, mais il enregistrera aussi automatiquement tout et vous enverra un fichier AAC après l’événement. C’est donc très pratique pour faire un show.

J’ai donc été assez impressionné par la version Spotify et aussi d’ailleurs, elle est disponible sur les téléphones Android ainsi que sur les téléphones iOS, ce que Clubhouse n’était pas depuis très, très longtemps, donc les 80% du monde qui ne ‘t use iOS could still actually play along, you know, so I’m, I’m really interested in those, I think, um, quite a lot of them haven’t yet had the correct tools to allow you to produce something that’s good.

I think that Spotify is beginning to get there. And my suspicion is because Spotify has so much access to big stars, particularly in the music world, my suspicion is that we will see a bunch more integration between Spotify as music product and their social audio service.

which is going to be produced on Spotify Greenroom. So after every particular sports ball game, um, you’ll have a sports commentator coming on and, you know, taking questions and, you know, uh, after match reactions and all that kind of stuff. so that it clearly using the tool to make shows, which is really interesting.

So it’ll be interesting seeing how that works in terms of, um, what it replaces.

What I do think is that it has the capacity of replacing is conferences. and there are a bunch of them. A bunch of conferences where there are some which are multi-day conferences, which you want to go to because you’ll bump into people in the corridors and everything else, but there are some shorter conferences that frankly, you don’t want to jump into an airplane and travel across, you know, half of the country for.

So if you can do that, In a, in an experience like a Twitter space or a Clubhouse room, um, and maybe even charge for them, then that seems to be quite an interesting plan for conferences.

Stephen Robles: Well, let’s look towards the future and what we think that might hold.

again in the past, has been largely small creator, medium individuals, or, you know, I think TWIT was probably the largest network for a long time, but now we have huge companies, you know, you have Gimlet, you have of Wondery, you have, you know, all these big names and Amazon, Spotify are producing their own first party content.

Do you think that there will be room in the future for the small individual creators or small networks as these large companies are kind of taking, not taking over, but really taking a lot of the AirWave space or like the mind space of the casual, ?

James Cridland : I mean, I think that, um, what we’re certainly seeing is a lot of vertical consolidation. What do I mean by that ? I mean, companies who are buying a hosting company. So Amazon, for example, last week bought Art19, um, Amazon, uh, also owns a Wondery, uh. And what they get for that is they get a whole week’s exclusive.

Wow, brilliant. But anyway, so there’s clearly an awful lot of money going on in, in terms of that. That essentially is how all of the big media companies are working. So Sirius XM owns some ad tech. owns a bunch of people. Making shows the same goes for iHeart radio. The same goes for Odyssey used to be called Entercom, another broadcaster.

So we’re seeing a bunch of that going on. My suspicion there is that the void that that’s left of not having large independent producers is probably a good. Because that essentially means that we will have far more smaller, independent production houses who are making niche content.

It’s very different to broadcast. Broadcast is let’s reach as many people as we possibly can. Stephen Colbert we’ll sign him, we’ll sign, you know. it’s a much more niche experience. And so therefore niche content works really, really well.

You couldn’t necessarily have an awful lot of broadcast TV about the new M1chip. around that sort of thing. One of the things I’m particularly excited about is seeing the rise of audio fiction and the good old days, maybe of the sixties and the fifties, when you had drama on the radio and people used to sit around the radio and listen to Lone Ranger or whatever it was.

It’s that sort of thing, which is happening now. I think Cadence 13 is calling it, um, movies for the ears. And I just love that phrase. So we’re seeing a bunch of that sort of content happening from smaller, independent folks who are making independent shows. And I think that’s quite an exciting time.

I’m an advisor for one called Captivate, which is very good. Based in the UK, but there’s also, you know, everywhere from Anchor.

To Libsyn, transistor simple cast through all of these individual hosts. What I think is interesting is we’re seeing more of those being owned by large media companies, but that means that they can spot you. That is beginning to trend and beginning to really take off, they can jump in and say, would you like us to help with your ad sales ?

Would you like us to help with a bit of your promotion and so on and so forth. Yeah, that’s great.

Stephen Robles: Well, ?

James Cridland : The other big thing that we will see is historically, as you were saying earlier. I think quite a lot of people have been calling them a benign dictator, right. They’ve basically been making the rules because nobody else was. Um, but they’ve also not had their foot on the gas.

I think what we’re seeing now. I think that we’ll see a big change in terms of that and a big change in terms of how seriously they are taking it, but they also need to, because they have lost the market share that they used to have, which was easily 70% of all downloads that I calculate is down to about 40% now.

James Cridland : I know it’s an amazing thing, I was talking to the folks at BuzzSprout. And they shared some data with me about how many of their new shows are on Spotify and how many are on Apple. And there are way more on Spotify. And the reason for that is, you know, the hassles of signing up for an Apple ID. If you don’t have one of those of, you know, doing the terms and conditions, which you have to have an Apple device for somehow and all of this kind of stuff, people just, uh, you know, can’t be bothered.

So my suspicion is that we will see that we will see one of two things happening. Either Apple will get overtaken by, uh, Spotify, and that will be, um, such a loss, I think. Or we will see Apple suddenly realizing, wow, we need to kick everything up a gear here. And, you know. which Spotify have been doing for a while, which HeyCast had been doing for a while.

Apple jumping into that particular space and, you know, doing what they can to regain some of the lost market share. And if they do that well, wow. Won’t that be exciting ? Because all of a sudden we know that great competition means that there is great innovation and there’s great movement in this space.

And that’s perhaps something that we haven’t had over the last 5 or 10 years.

Stephen Robles: Yeah. Très bien. My last question. ?

James Cridland : Well, I have a, I mean. I use a Google Pixel, other phones are available, it turns out. And so therefore, um, for, while I was using, uh. which is okay. But I really use PocketCasts, which is a great app. It came out originally Android. And, uh, it’s very good, comes from Australia. Yeah. And is a very good thing, um, on my iPod touch, which I have, earlier.

I do because I have an iPod touch so that I can, um, you know, stick my little toe into the world of iOS every now and again. And so that mostly is running Overcast, which is a great.

The one that I would recommend. it’s a bit more than that, it’s a thing called Hark. I interviewed the CEO of it about a week or so ago. And one of the things it’s got in there is, yes. but what it’s also got in there is a playlist or as they call them heartlists and a heartlist is essentially a radio presenter guiding you through a bunch of different. I don’t know, they might be about the anniversary of the end of slavery, or they might be about the Coronavirus, or they might be about whatever they are. And you have this trusted guide who is taking you through individual clips of these individual shows.

And I think, you know, that’s, that’s the sort of innovation that I’m quite excited by. And by the way, the innovation, that things like paid subscriptions and indeed Apple’s affiliate scheme, which they also have as well, should actually unlock for more folks. So, um, I would, I would certainly recommend giving apps like Hark or GoodPods or try because that’s a great way of finding great new shows that you might want to have a listen to.

Stephen Robles: I had never heard of Hark and I’m on their website right now and this looks beautiful, first of all. And so I’m going to be signing up to be a creator on here, for sure. That’s awesome. And I will say my 12 year old son, we have not gotten him an iPhone yet.

And so you’re not the only one left in the world. There are other iPod users as well.

James Cridland : Yeah, It’s a very cheap way of being able to try the very latest and greatest on iOS. I do a bunch of testing.’

it tells you what time it is. But the point of all of that is to do a bunch of testing around individual apps and everything else. And obviously being able to test on the very latest version of iOS, and even the upcoming beaters has been really, really helpful.

So, um, long may the iPod touch continue to exist as far as I’m concerned.

Stephen Robles: I hope so. Well. of course.net. Is there anywhere else you would like to point people to, to discover your content ?

James Cridland : Yeah. And if you’ve got a Siri speaker, then firstly, I am sorry, but secondly. of course, on, uh, Google Speakers and on Amazon as well.

Stephen Robles: Very cool. Well, James, thanks so much for coming on the show.

James Cridland : Merci beaucoup.

products, apps and everything HomeKit related. Overcast.

Dites simplement  » Hé.

There are bargains before, during.