in

Om Malik parle de la future technologie, des réseaux sociaux et des plateformes de créateurs sur le podcast AppleInsider


Dans un épisode spécial du podcast AppleInsider, nous interviewons Om Malik, fondateur du site d'informations technologiques Gigaom, pour discuter des réseaux de médias sociaux, de l'avenir des plateformes de créateurs, de l'accès haut débit aux États-Unis, ainsi que des annonces d'Apple de la WWDC.

Il a ensuite créé Gigaom, un site Web influent avec 6,5 millions de visiteurs uniques par mois qui a duré plus de neuf ans.

Depuis lors, Om a continué à écrire pour des médias et à faire des apparitions à la télévision et à la radio pour commenter l'industrie technologique, les plateformes médiatiques et l'infrastructure à large bande.

nous discutons de l'avenir des expériences synchrones sur Internet, y compris la nouvelle fonctionnalité SharePlay d'Apple annoncée à la WWDC. Ce que l'avenir peut réserver aux plateformes médiatiques comme Facebook, et comment les créateurs devraient construire leurs plateformes pour conserver un accès complet à leur public.

Om Malik parle de la future technologie, des réseaux sociaux et des plateformes de créateurs sur le podcast AppleInsider

Om continue de faire l'éloge du nouvel iPad Pro M1 qu'il utilise comme appareil principal, bien qu'il ait également quelques critiques pour la nouvelle version de Safari dans iPadOS 15. Nous discutons ensuite de l'accès haut débit aux États-Unis, de la législation sur la neutralité du net et quelle technologie future Om est enthousiasmé.

Si vous avez des questions ou des commentaires sur l'émission.

Liens de l'émission

Plateformes et technologies futures avec Om Malik - transcription de l'interview

Stephen Robles. Voici votre hôte, Steven Robles. Et se joindre à moi aujourd'hui, un invité très spécial. J'allais dire son nom complet, mais il m'a informé qu'il ressemble beaucoup à Bono et Cher. Un seul nom, Om a fondé le site Web en 2001 gigaom.com, et il est apparu dans de nombreuses publications dans New Yorker, Fast Company, Wired et dans de nombreux journaux télévisés et émissions de radio.

Om, merci d'être avec moi aujourd'hui.

Om Malik : Ravi d'être ici. Merci de me recevoir. Cela a été un voyage intéressant jusqu'à présent dans cette vie et partout où cela m'a amené.

Stephen Robles: Lorsque vous avez lancé Gigaom sur votre site Web, je pense qu'il le traite comme un blog technologique. Vous écriviez en quelque sorte sur la technologie grand public et ce qui sortait à l'époque. Droite?

Om Malik : Je repense au début, aux premiers jours d'Internet, comme dans les années 90. IPO. comme un page Web latérale dessus, écrivant essentiellement sur, vous savez, toutes les technologies d'infrastructure intéressantes impliquées dans Internet, il y avait des puces, des routeurs et des commutateurs.

Le genre de choses dont personne ne se souciait. En fait, ils ne s'en soucient toujours pas maintenant, mais je l'ai fait, j'aurais un peu de potins de mon travail de jour et j'ai décidé qu'il était plus facile de faire un e-mail. Le site Web était tout simplement normal, vous savez, c'était comme faire partie d'une grande entreprise.

Et c'était comme si environ 500 personnes l'avaient lu en 2000 environ. J'avais découvert l'outil blogger. C'est juste plus facile à publier sur le web. mais ce n'était pas vraiment un blog en soi.

C'était plus comme, il y avait tous les liens vers mes articles et parfois j'écrivais comme quelque chose de spécial, mais ce n'était pas comme le blog car nous avons appris ce qu'était un blog. Mais c'est en 2001 que c'est devenu un blog à part entière dans lequel j'écrivais sur tout ce qui m'intéressait, ce qui était les télécoms et, vous savez, les réseaux et tous les scandales dans les réseaux et tous les scandales the.com.

Une grande partie était basée sur des rapports. J'étais donc en train de publier des rapports originaux directement sur mon blog. Comme si je parlais aux gens. Ce qui s'était passé, c'est que j'avais travaillé la majeure partie de ma vie dans une publication quotidienne.

Et je suis allé travailler pour Red Herring, qui était comme un magazine mensuel. Et je ne l'ai pas fait, je ne savais pas comment réagir. J'avais tellement d'informations.

Et c'est comme, non, je vais juste le poster. Et, vous savez, je ne pensais à rien de spécial. C'était juste mon propre problème que je voulais résoudre, qui était, tu sais, j'avais tous ces scoops et les informations sont comme, ouais, c'est aussi, je ne sais pas si, je veux dire, tu es trop jeune pour t'en souvenir parce qu'en 2001, période 2002, il y avait une certaine aversion et un certain scepticisme envers Internet et la technologie parce que la bulle avait éclaté et vous savez, que tout le monde pensait que la fête était finie.

La façon dont j'ai écrit à ce sujet était, pour moi, je suis un vrai croyant en cette chose depuis le début des années 90, je pensais que cela allait être une très grande opportunité et ça allait être comme un, je l'ai appelé l'histoire de ma vie, internet, l'histoire de ma vie.

Stephen Robles: Oui. Ouais, absolument.

Om Malik : Je ne pouvais pas croire que les gens étaient si sceptiques à ce sujet.

Et quand il était assez clair que, vous savez, les manigances financières étaient terminées. Vous savez, Internet lui-même ne ralentissait pas. Plus de gens s'inscrivaient, plus de gens achetaient des services, donc je ne pouvais comprendre aucune de ces choses. C'était comme 20 ans plus tard, vous voyez le modèle se répéter, comme ça, c'est beaucoup de scepticisme envers la technologie et le succès de la technologie et des trucs comme ça.

Et, vous savez, vous voyez donc ces cycles se produire, mais vous savez, j'ai la conviction qu'Internet en soi est une force de, vous savez, un changement massif dans notre société. Et nous le sous-estimons toujours. Du bon comme du mauvais côté, n'est-ce pas ? C'est loin d'être le cas, les réseaux pour tous les problèmes dont nous parlons liés à la technologie.

C'est, ils sont tous à propos de nos limites et non des limites de la technologie parce que nous manquons d'imagination pour contrôler ce que cela peut être ou imaginer ce que cela peut être

Stephen Robles: C'est ce que j'aime vous suivre sur Twitter car c'est un peu ces pontifications de ce que la technologie signifiera pour l'avenir. Et c'était une petite fonctionnalité qu'Apple a annoncé une WWDC, mais je serai curieux de savoir comment vous pensez que cela aura un impact sur l'avenir.

Ils ont annoncé SharePlay. C'était la possibilité de partager votre expérience de visionnage ou d'écoute, que vous regardiez une émission de télévision ou écoutiez de la musique avec quelqu'un que vous appelez vidéo FaceTime, et vous pouvez avoir cette expérience synchronisée. C'est quelque chose que d'autres services de streaming ont fait comme Netflix et Hulu, mais Apple le fait, ce qui va l'amener à un public beaucoup plus large.

Et vous avez tweeté à ce sujet en disant qu'il s'agissait d'un petit mais important pas vers cette expérience Internet synchrone en temps réel. Pensez-vous qu'à mesure que nous avançons dans le futur, ce genre de divertissement synchrone ou d'expérience synchrone va jouer un grand rôle dans la vie des gens ?

Om Malik : La raison pour laquelle je reviens sans cesse à l'internet en temps réel et synchrone est principalement parce que toutes les grandes conversations se déroulent en temps réel.

Même les appels téléphoniques sont synchrones, non ? Quand j'étais plus jeune et que vous vouliez parler à une fille, vous l'appeliez et il y avait une émotion impliquée dans tout ça. Vous étiez nerveux de l'appeler. Et genre, je ne savais pas ce qu'elle allait dire, est-ce qu'elle sortira avec moi ou pas ?

Et comme avance rapide jusqu'à aujourd'hui. La vidéo devrait faire exactement la même chose. Je veux dire, nous, en tant qu'amis, aimions regarder la télévision ensemble. Je me souviens être allé chez mon ami pour regarder un match de cricket ou regarder MTV et en parler. Et c'est comme si c'était une expérience commune. La communication a plus d'impact lorsqu'ils sont communs et qu'ils créent un sentiment de collaboration, c'est pourquoi tout ce qui se traduit par plus de convivialité m'excite.

Et je pense que nous avons eu, vous savez, presque 30 ans d'un réseau, qui est asynchrone, n'est-ce pas ? Il n'a pas eu la capacité de créer des expériences synchronisées. Mais lorsque vous avez une expérience Internet synchrone et en temps réel, vous n'avez pas besoin de beaucoup de personnes pour qu'Internet fonctionne. Il en faut quelques-uns, une poignée. Toute l'idée d'Internet est désormais basée sur l'échelle.

C'est toujours un réseau de diffusion, mais quand vous avez une chose comme SharePlay, cela devient plus intime. Cela devient plus personnel. Il s'agit de vous et moi et les amitiés et la famille. Donc je pense que c'est pourquoi je regarde SharePlay, et je dis juste, wow, c'est plutôt cool. Et je suis déjà comparé à tous les autres, non ?

Comme qui sont en fait des natifs grandis en face-à-face. Il y a toute une génération, on oublie qu'il y a toute une génération qui a eu FaceTime pendant la majeure partie de sa vie. Comme une décennie. J'ai, j'ai deux filleules qui viennent nativement de me FaceTime tout le temps. Ils sont comme quatre et trois, non? C'est en quelque sorte leur mode de communication par défaut.

Donc, ce que fait Apple, c'est simplement suivre l'air du temps à bien des égards pour le futur public.

Stephen Robles: Oui. J'ai donc trois enfants. Mon aîné a 12 ans. Mon plus jeune vient d'avoir cinq ans. Ils ne savent pas ce qu'est une ligne fixe. Ils ne savent pas ce qu'est un téléphone filaire ou un téléphone sans fil. Nous n'avons jamais eu de téléphone fixe, vous savez, de toute notre vie.

Alors, et ils FaceTime. C'est leur accord naturel. Ils font face à des amis et jouent à un jeu vidéo en même temps et cette expérience synchrone. Et donc ma prochaine question pour vous est, vous avez tweeté sur les réseaux sociaux et des choses comme ça. Et les réseaux sociaux, je pense, ont été plus de l'expérience asynchrone.

Vous tweetez. Vous publiez sur Facebook, sur Instagram. Les commentaires arrivent plus tard. Ce n'est pas une expérience partagée. Dans l'ensemble, pensez-vous que les réseaux sociaux dans ces domaines, comme Facebook, Instagram, Twitter, ont-ils eu un effet négatif ? Et pensez-vous que ces types de réseaux sociaux se poursuivront dans le futur dans 40 ans ?

Allons-nous avoir un Facebook ou Twitter?

Om Malik : Il peut être difficile de prédire ce que nous aurons dans 10 ou 15 ans, mais, vous savez, nous l'avons toujours, Yahoo. Et Yahoo était vraiment mort depuis environ 10 ans, je pense.

Stephen Robles: Ou Yahoo pourrait prétendre qu'ils sont morts, mais je peux prendre votre point.

Om Malik : Oui. Ou savez-vous où est mon point, n'est-ce pas ?

Personne ne se réveille en pensant du genre "Je vais aller sur yahoo.com". Je veux dire, j'y vais parce que mon équipe de baseball fantastique est là-dedans, sinon je n'utiliserais jamais ce service. Et c'est la même chose avec tous ces réseaux sociaux. Je pense que la réalité de Facebook est que, vous savez, j'ai écrit un article à ce sujet, comme je l'ai dit, nous finirons tous par avoir Yahoo-ed dans la vie.

Que vous soyez une entreprise de technologie ou un individu, un artiste ou un créateur, tout le monde a un moment et un lieu, puis ils sont simplement partis. Je pense que la prochaine génération de médias va être très différente. La prochaine génération de plateformes sociales va être très différente.

La raison pour laquelle je pense que ce sont deux choses distinctes, Facebook et Twitter et Instagram et YouTube, ce sont des plateformes de médias sociaux. Il y a très peu de sociabilité là-bas, non? Ils ont commencé par être très sociaux, mais ils sont finalement devenus des plateformes médiatiques. Ils sont devenus des plateformes de médias sociaux dont la compétence principale est d'intensifier et d'amplifier les sentiments et les messages. C'est ce qu'ils font. Ils ne sont jamais sur la communication. Tous les grands réseaux sociaux se déroulaient encore au sein de petits groupes intimes.

J'ai un groupe sur WhatsApp avec mes amis de l'université. J'en ai un avec mes amis d'enfance sur Telegram. J'ai un autre groupe avec quelques-uns de mes amis technologiques sur un télégramme. Il y a donc beaucoup d'intimité là-dedans, mais c'est très basé sur la communication. Alors oui. mais il s'agit de communiquer les uns avec les autres. Mais ils ne sont pas, ils ne sont pas 500 ou 5 000 personnes. C'est juste comme cinq ou sept personnes.

Stephen Robles: Oui. J'ai donc récemment entendu le PDG de Patreon., et il parlait des créateurs et de ce que la prochaine saison pour les créateurs et les revenus et interagissant avec leur base de fans, à quoi cela ressemblera à l'avenir. Et il a soutenu que les créateurs maintenant, lorsqu'ils vivent sur YouTube, Facebook et Twitter, construisent vraiment la plate-forme du réseau social. Ils construisent vraiment la plate-forme YouTube ou la plate-forme Twitter.

Parce qu'à tout moment, ces réseaux comme YouTube, Facebook, Instagram, ils pourraient changer l'algorithme. Ils pourraient changer la quantité de messages d'un créateur qui sont présentés à leur public. Ils ont en quelque sorte toutes les clés. Et donc le PDG de Patreon dit, nous avons besoin de plus d'endroits où les créateurs peuvent avoir un accès complet aux fans qui veulent voir leur travail et pas tellement ces gardiens algorithmiques comme ces autres réseaux. Comment, qu'en pensez-vous et les créateurs ?

Om Malik : Eh bien, je pense qu'il est un peu égoïste, n'est-ce pas ? Comme s'il voulait que plus de gens publient leur contenu sur Patreon et cela aidera Patreon à devenir plus grand. Cela dit, je pense qu'il y a une part de vérité dans le fait que nous ayons contribué à faire de ces plateformes une taille importante, n'est-ce pas ?

Mais est-ce une rue à sens unique ? Je ne pense pas. Je veux dire, s'ils veulent qu'un milliard de personnes sur YouTube puissent exécuter Rene Ritchie ou MKPD, pensez-vous qu'ils auront des millions d'adeptes comme ils l'ont fait ? Essayer de créer un public de millions de personnes n'est pas si facile.

Om Malik : Alors oui, vous savez, ces plateformes ont bénéficié de tous les efforts des créateurs et, vous savez, elles ont un contrôle démesuré sur ce qu'est les créateurs, vous savez, la réalité et comment ils sont exposés. Comment leur contenu est exposé aux autres. Comme, vous savez, la censure est un sujet de conversation en ce qui concerne les plateformes sociales, mais beaucoup d'entre nous n'auront pas non plus le public.

Je me connais, sans Facebook, je ne nierais pas que ces entreprises sont maintenant très autocratiques. Et je suppose, vous savez, quand vous êtes une entreprise, c'est juste un homme d'affaires. Il ne s'agit pas de toi, tu sais. Il s'agit d'eux. S'ils ont besoin de gagner beaucoup d'argent pour justifier leur capitalisation boursière et tout ce genre de choses, je pense que nous sommes souvent pris dans la partie émotionnelle, mais peut-être aussi parce que je suis plus âgé maintenant, je peux regarder au-delà de cela et dites simplement, eh bien, nous sommes nombreux, nous pouvons détester Google, ou nous pouvons détester Facebook, ou nous pouvons détester Apple, mais toutes ces actions sont dans nos plans 401k et autres plans de retraite. Ensuite, nous en bénéficions tous tout en les détestant publiquement.

Stephen Robles: Oui, je suppose que l'argument vient davantage du petit créateur qui a peut-être construit 10 000 fans sur sa page Facebook et il voit que lorsqu'il publie sur sa page Facebook, Facebook dira  : « Vous avez atteint 1,5 % de votre le public paie pour booster votre publication et atteindre plus. " Et c'est à ce moment-là que l'on a l'impression, vous savez, ai-je construit une audience qui me suit réellement ou, ou ai-je créé un moyen pour Facebook de monétiser mon accès à eux ?

Om Malik : Eh bien, certainement comme vous avez aidé à créer le monstre.

Nous avons créé le monstre, n'est-ce pas ? Mais le fait est que ce n'est pas comme si nous n'en avions rien retiré. Pour essayer de créer un public de millions de personnes, vous devez commencer avec des milliards de personnes. Droite. C'est un argument circulaire. C'est comme la poule et l'œuf.

Nous ne savons pas ce qui est arrivé en premier, mais le fait est que oui, maintenant ils ont un contrôle démesuré sur ce que nous voyons, comment nous voyons, quand nous voyons et où nous le voyons. Comme ça, c'est définitivement un problème. Mais comme, nous ne pouvons pas non plus nier le fait qu'ils ont apporté quelque chose à la table.

Stephen Robles: Avec certitude. Alors que nous parlons peut-être de la législation, vous avez dit que beaucoup d'entre eux fonctionnent de manière autocratique.

Quand nous regardons Apple, ils ont beaucoup fait les manchettes avec leur App Store et les politiques, la réduction de 30%. Et vous tweetiez récemment à ce sujet. Si Apple est assez grand maintenant pour les développeurs qui gagnent moins d'un million de dollars, peut-être qu'Apple ne devrait plus faire de coupe. Ils donnent juste à ces petits développeurs cent pour cent de leurs revenus.

Om Malik : Ouais, je pense que mon point de vue est que l'argent qu'ils gagnent sur l'App Store est probablement autant que l'argent qu'ils gagnent à partir de quelques semaines de profit sur les ventes d'iPhone, non ? Ce que je veux dire, c'est que si vous prenez, en gros, si quelqu'un gagne jusqu'à un million de dollars, vous rendez le service gratuit pour lui, n'importe qui au-dessus, vous avez une structure à plusieurs niveaux, 15 %.

Et voilà, fin de l'histoire. Comme si vous étiez prudent avec les gens. Par exemple, si vous gagnez un million de dollars ou moins, vous pouvez facturer 5 %, car c'est votre coût réel pour faire des affaires. Mais le fait est, avez-vous vraiment besoin d'argent ? Parce que votre entreprise vend des iPhones et des iPads avec une marge nette ou une marge brute d'environ 60 % et plus.

Alors pourquoi voudriez-vous laisser plus de gens acheter plus d'applications, plus de gens vivent sur vous, dans votre ce n'est pas comme, vous savez, il y a des États qui ne vous facturent pas d'impôt sur le revenu et utilisent la taxe de vente comme moyen d'augmenter leurs revenus. Donc, s'ils adoptent cette approche et disent ensuite, si vous êtes plus gros que cela, vous obtenez 15 pour cent.

C'est donc une solution assez simple pour eux.

Stephen Robles: Pensez-vous à l'ensemble de l'affaire Epic Games et Apple, et maintenant même le gouvernement américain s'implique davantage dans le sideloading et Apple a récemment publié un livre blanc sur le sideloading et expliquant pourquoi ce serait une mauvaise idée. Qu'est-ce que tu penses?

Pensez-vous que c'est quelque chose qu'Apple devrait envisager d'autoriser ?

Om Malik : Non non. Je suis dans le camp où si les législateurs veulent les forcer à prendre moins d'argent et moins de charrette. Et je pense juste que dans l'ensemble, les législateurs ne comprennent pas les implications de tout cela. Le manque flagrant d'options de confidentialité dont nous disposons actuellement rend cela impossible.

La confidentialité est une fonctionnalité pour Apple et toute modification de celle-ci serait un problème. Je ne veux pas avoir l'air d'un apologiste d'Apple, juste pour être clair. Je pense qu'il y a beaucoup de problèmes avec l'entreprise, mais le point central ici est que si des changements fondamentaux sont apportés au fonctionnement de l'environnement, cela aura un impact sur la confidentialité.

C'est pourquoi j'ai un problème avec les politiciens qui essaient de s'impliquer dans la technologie avec une compréhension très limitée de l'impact à long terme. Ils essaient juste de se faire élire dans les quatre prochaines années. Droite? C'est ce que c'est vraiment. Le problème avec la politique, pas seulement aux États-Unis, mais dans le monde entier, c'est que tout le monde essaie de se faire élire à nouveau.

C'est tout, c'est tout, ils pensent tout comme le marché boursier consiste à obtenir les trois prochains mois. Alors que tout ce qui vaut la peine d'être fait et fait doit être enseigné à long terme, c'est ainsi que, vous savez, l'approche d'Apple en matière de politique et de confidentialité et de politique a été, vous savez, les gens se plaignent d'Apple en Chine, notre dernière juridiction chinoise, vous ne vivez pas en Chine.

Vous voulez aller en Chine, alors vous allez devoir vivre comme les Chinois vivent. Et donc au moins aux États-Unis, nous avons certains droits qui viennent avec les produits Apple. Alors j'ai bien peur qu'on jette le bébé avec l'eau du bain. C'est comme si trop de pensée populiste autour de la technologie, les médias ont volontiers parlé d'être beaucoup plus du genre : "Faisons ça ! La grosse technologie est diabolique."

Oui, c'est vrai, pourquoi en parlons-nous maintenant, longtemps après que le cheval a boulonné le lien ? Que peuvent-ils faire à l'avenir ? Des choses comme cette chose App Store, c'est comme, yo, réduire les frais. Super, tu sais, ils devraient faire ça.

Stephen Robles: D'accord. Bon, passons à quelque chose peut-être un peu plus amusant.

Vous avez tweeté sur l'iPad M1 et l'iPad OS15. Que pensez-vous du nouvel appareil ? Le nouveau système d'exploitation ?

Om Malik : J'aime l'iPad. Vous savez, je travaille sur iPad, iPad Pro. La seule fois où j'utilise l'Apple Mac, c'est en ce moment, principalement pour passer cet appel avec vous. Je veux dire. c'est tout.

Je vis sur mon iPad. Je l'utilise probablement 14 heures sur 15 devant un ordinateur.

Stephen Robles:, et je l'utilise aussi beaucoup. C'est un appareil génial et génial. Souhaitez-vous qu'Apple ajoute d'autres fonctionnalités ou utilitaires d'alimentation à l'iPad Pro. Vous auriez donc plus de flexibilité. Vous pourriez donc faire quelque chose comme l'appel zoom et l'enregistrer sur votre iPad plutôt que sur votre Mac ?

Om Malik : Je veux dire, je fais tout dessus. Comme toutes les applications que j'ai besoin d'utiliser sont sur iPad. Comme la famille Otter, j'utilise Lightroom CC.

Stephen Robles: Que pensez-vous du nouveau Safari sur iPad OS15 ?

Om Malik : Oh mon Dieu, je déteste le design de ce produit. C'est juste comme, vous savez. Ils ont trop, trop de designers chez Apple. Ils viennent d'appliquer ce changement. C'est comme un changement pour le plaisir de changer.

Stephen Robles: Parce que cela masque simplement les contrôles qui étaient simplement disponibles.

Om Malik : Oh mon Dieu. C'est si pauvre. C'est juste le produit dégressif. En termes de produit, c'est bien mieux, mais l'interface utilisateur n'est tout simplement pas prête pour cela.

Stephen Robles: Quand tu caches des fonctions que tu utilises souvent comme rafraîchir une page web, tu sais, quand tu dois ajouter deux à trois étapes pour faire ça, ce n'est pas génial. Vous savez, ce n'est pas une grande expérience.

Donc. Tu fais ça un peu sur le côté. Que filmez-vous avec votre 12 Pro Max ???

Om Malik :, que j'utilise pour mes paysages. quotidienne. j'utilise l'iPhone Pro au format protocole. Oui. J'ai trouvé qu'entre cela et quand vous faites de la super résolution à partir d'Adobe, vous avez des négatifs vraiment nets avec lesquels jouer.

Stephen Robles: L'une des autres choses sur lesquelles vous écrivez concerne les technologies et l'infrastructure émergentes pour l'accès à Internet.

Que pensez-vous de Starlink et de ce qu'Elon Musk y fait ?

Om Malik : J'aimerais pouvoir en avoir un, mec. Je ne l'ai pas essayé. Je ne peux pas vraiment parler d'expérience personnelle, mais cela semble être un très bon moyen d'avoir accès à des personnes qui ont été fondamentalement, vous savez, bafouées par des compagnies de téléphone qui promettent un bon Internet et ne le respectent pas..

Vous savez, clairement comme Tesla, vous savez, ça va commencer avec les gens riches et ensuite ça va juste avoir un effet de ruissellement. Et oui, pourquoi pas ? Comme, je veux dire, d'autres personnes en ont parlé. Cela fait beaucoup de connotations négatives autour de la constellation Starlink et de la façon dont elle ruine l'astronomie artistique et tout ça.

Donc je, vous savez, je ne peux pas aborder ces choses, mais uniquement sur la connexion de personnes, qui n'ont pas été connectées jusqu'à présent, je dirais que c'est un plus, vous savez ? Oui bien sûr. Je veux dire que les compagnies de téléphone ont pris tellement de l'argent des contribuables et n'en ont rien fait. C'est pourquoi nous avons besoin de gens comme Elon ou à l'époque, comme, vous savez, Steve ou, vous savez, Larry dans Survey pour faire des choses folles, qui finissent par devenir comme une méga entreprise. Et puis on les déteste.

Stephen Robles: Eh bien, vous parliez d'entendre des politiciens, de parler de technologie et ils n'en ont pas connaissance. Les entendre parler de neutralité du net et essayer de s'adresser aux entreprises du haut débit. Cela peut aussi être une expérience frustrante parce que c'est comme s'ils ne le faisaient pas, je ne pense pas qu'ils en comprennent les implications.

Et que vous soyez pour plus de réglementation gouvernementale ou non, si moi, en tant que consommateur, j'ai une option pour l'Internet haut débit, ce n'est une bonne expérience pour personne. Et si cette entreprise n'est pas réglementée, elle peut ralentir, elle peut faire n'importe quoi. Et moi en tant que consommateur, je n'ai aucun recours.

Om Malik : En plus, tu sais, comme l'autre option, comme, regarde ce qui se passe maintenant, non ?

Avec le haut débit, c'est que si vous vivez dans la région où Frontier est un opérateur ou, vous savez, des entreprises comme ça, ils vous vendent essentiellement une technologie vieille de 20 ans et vous devez rivaliser avec une main-d'œuvre mondiale. Droite? Comment tu fais ça? Comment se fait-il qu'au 21e siècle, dans un pays qui a essentiellement été le pionnier de l'idée d'Internet grand public, il y a des enfants assis dans les parkings de McDonald's, faisant leurs devoirs ou allant à l'école sur zoom ?

Nous devrions avoir honte de nous-mêmes. Au lieu d'essayer de comprendre cette chose, les politiciens veulent dire : « Tuons simplement les entreprises qui rapportent réellement de l'argent. Droite? "Détruisez d'abord les géants de la technologie."

Au lieu de dire, pourquoi ne réglementons-nous pas et ne poursuivons-nous pas ces opérateurs de télécommunications, parce que vous savez pourquoi ? Parce qu'ils sont payés, ils ont beaucoup d'argent de lobbying et ils le reçoivent depuis longtemps. Et je pense que les ennemis de l'innovation américaine sont les compagnies de téléphone, les compagnies de câble.

Stephen Robles: Il y a une clé à tout. Très bien. Eh bien, dis-moi, qu'est-ce qui te passionne pour l'avenir ? Vous savez, chez Apple, il y a des rumeurs selon lesquelles ils vont se lancer dans la réalité augmentée et la VR. D'autres entreprises essaient de faire de même. Quelle technologie ou domaine êtes-vous le plus enthousiaste à l'idée de voir dans les 10 prochaines années ?

Om Malik : Je suis toujours enthousiasmé par Internet, vous savez, AR, VR, peu importe comment vous voulez l'appeler, les forces motrices, le réseau. Les gens ne comprennent toujours pas. Le réseau est ce qui fait circuler nos technologies depuis, vous savez, que ce soit le réseau routier, le réseau ferroviaire, le réseau aérien, le réseau logistique, l'interréseau, le réseau téléphonique.

Tout est sur le réseau et je suis toujours aussi excité par ce que l'avenir nous réserve. Comme le fait est que vous et moi avons cette conversation sur Zoom avant comme, haute définition à droite. Comme ça, c'est juste le cadeau du réseau. Et je pense que tout AR, VR, tout, plus tôt nous réalisons à quel point le réseau est crucial pour nous, mieux nous sommes en tant que nation, mieux nous sommes en tant que société, car nous devons commencer à regarder les choses dans un mode plus correcte.

Il ne s'agit pas d'Apple ou de Google. Google n'est pas devenu Google isolément. C'est devenu Google parce qu'il y avait le réseau. Facebook est Facebook à cause du réseau.

Idem pour Twitter. Il en va de même pour Tesla, croyez-le ou non. Dans quelques années, Internet sera aussi important pour les voitures. Les voitures sont essentiellement des ordinateurs programmables dans cinq ans maintenant. Nous devons donc être enthousiasmés par le réseau et les possibilités de ce qui existe.

Donc chaque technologie individuelle, qui est là, euh, vous savez, ça va être excitant pour moi. Donc, mais une chose primordiale, au moins jusqu'à ma mort, le réseau va être la scène centrale pour moi dans ma vie. Internet est l'histoire de ma vie. Je te dis.

Stephen Robles: C'est bon. Eh bien, Om, merci beaucoup d'être avec nous.

Vous pouvez suivre Om. Vous avez probablement la poignée Twitter la plus cool sur Twitter, c'est juste à O M. Et y a-t-il autre chose que vous voudriez indiquer aux gens à partir de votre travail ?

Om Malik : Venez sur mon blog, om.co. J'écris encore parfois. Je ne me suis pas inscrit pour, vous savez, sous-pile ou aucune de ces choses, principalement parce que je crois toujours en l'indépendance de ma plate-forme.

Je veux contrôler ma place. Je l'appelle ma propriété sur Internet et plus de gens devraient le faire. Vous savez, vous me posiez des questions sur les gens qui se plaignaient des grandes plateformes. Je suis une rebelle. Je ne veux pas faire partie de l'île de quelqu'un d'autre. Je veux être le mien.

Et je pense que c'est ce que je dirai que les gens devraient essayer de faire, vous savez, garder leur propre présence, être farouchement indépendants. Ne laissez pas tout le monde penser à votre place ou vous faire faire des choses que vous ne voulez pas faire. Je pense que c'est pourquoi nous avons besoin d'Internet. Vous savez, nous pouvons donc avoir beaucoup de liberté intellectuelle. home.co est mon blog.

Et vous pouvez venir. Je n'écris pas autant, peut-être une fois tous les deux jours, trois jours. Parfois, c'est une question d'impôt. Parfois, il s'agit de climat. Parfois, il s'agit de baseball parce que j'aime le baseball. Oui. Alors c'est à peu près tout, mec. Je veux juste que les gens comprennent combien d'opportunités sont encore devant nous.

Ce réseau est encore sous-exploité. Il y a tellement de jeunes enfants qui viennent de grandir sur le réseau. Ils feront des choses incroyables. Vous savez, il y en a tellement, Zuckerberg – pas la partie diabolique de Zuckerberg, mais l'aspect innovant.

Stephen Robles: La partie innovante Zuckerberg. Oui.

Om Malik : Tant de choses intéressantes vont venir.

J'ai hâte de tous les voir. Chaque jour, je me réveille plus excité par le réseau et la technologie que je ne l'étais, vous savez, comme il y a 10 ans, il y a 20 ans. Je pense que nous devons maintenir cette positivité et notre innocence quant aux opportunités.

Stephen Robles: C'est génial. Eh bien, om.co et ajoutez OM sur Twitter. Oh.

Om Malik : Merci mon ami. Merci de me recevoir.

produits, applications et tout ce qui concerne HomeKit.

Dites simplement « Hé.

Il y a des bonnes affaires avant, pendant et même après Prime Day les 21 et 22 juin - avec chaque offre à portée de main tout au long de l'événement.