La ressortissante émiratie Aisha Al Yazeedi, chercheuse au NYU Abu Dhabi (NYUAD) Center for Astro, Particle, and Planetary Physics, a publié son leading write-up de recherche, présentant quelques découvertes clés sur l’évolution des galaxies.



Les galaxies subissent finalement une section au cours de laquelle elles perdent la majeure partie de leur gaz, ce qui entraîne une modification de leurs propriétés au cours de leur évolution. Les modèles actuels d’évolution des galaxies suggèrent que cela devrait éventuellement arriver à toutes les galaxies, y compris notre propre Voie lactée  Al Yazeedi et son équipe se penchent sur ce processus.

Commentant les résultats, Al Yazeedi a déclaré :  » L’évolution des galaxies est directement liée à l’activité de leur trou noir supermassif central (SMBH). Cependant, le lien entre l’activité des SMBH et l’éjection de gaz de la galaxie entière est mal compris. Les études observationnelles, y compris nos recherches, sont essentielles pour clarifier comment le SMBH central peut influencer l’évolution de l’ensemble de sa galaxie hôte et prouver des principles théoriques clés dans le domaine de l’astrophysique.  »



Intitulé « L’impact de l’AGN à faible luminosité sur leurs galaxies hôtes: Une enquête radio et optique de l’écoulement à l’échelle kpc dans MaNGA 1-166919 », l’article a été publié dans Astronomical Journal. Ses découvertes décrivent les mécanismes d’éjection de gaz, les propriétés d’écoulement et comment ils sont liés à l’activité du trou noir supermassif (SMBH) au centre de la galaxie hôte.

À cette fin, l’article présente une étude optique et radio détaillée de la galaxie MaNGA 1-166919, qui semble avoir un noyau galactique actif (AGN). La radiomorphologie montre deux lobes (jets) émanant du centre de la galaxie, un signe clair de l’activité AGN qui pourrait être à l’origine du flux optique. En mesurant les propriétés de sortie, les chercheurs de NYUAD ont documenté remark l’étendue de la sortie optique correspond à l’étendue de l’émission radio.

Al Yazeedi est membre du programme Kawader de la NYUAD, une bourse de recherche nationale pour le renforcement des capacités qui permet à des diplômés exceptionnels d’acquérir de l’expérience dans la recherche universitaire de pointe. Le programme intensif de trois ans, adapté individuellement, est conçu pour les diplômés qui envisagent un diplôme d’études supérieures ou une carrière dans la recherche.

Son posting s’ajoute au corpus croissant de recherches et d’activités spatiales aux Émirats arabes unis. Les Émirats arabes unis ont envoyé un Emirati dans l’espace, un vaisseau spatial autour de Mars et ont récemment annoncé leur intention d’envoyer un rover robotique sur la Lune en 2022, avant l’objectif ultime de construire une ville sur Mars d’ici 2117.

Les femmes émiraties jouent un rôle clé dans la recherche et le développement derrière ces projets. L’équipe scientifique de la sonde Mars Hope, composée à 80 % de femmes, était dirigée par Sarah Al Amiri, ministre d’État aux Sciences avancées et présidente de l’agence spatiale du pays.