Une nouvelle recherche de l’Université du Kansas publiée dans Earth-Science Assessments offre un aperçu de l’un des systèmes de mousson les moreover puissants du monde : la mousson d’été indienne. L’étude détaille remark la mousson, d’une value sociale et économique vitale pour les habitants de la région, est suralimentée par les particules de poussière atmosphérique balayées par les vents des déserts du Moyen-Orient.



« Nous savons que la poussière provenant du désert, lorsqu’elle est soulevée par des vents violents dans l’atmosphère, peut absorber le rayonnement solaire », a déclaré l’auteur principal Qinjian Jin, conférencier et associé au programme universitaire du Département de géographie et des sciences atmosphériques de KU. « La poussière, après avoir absorbé le rayonnement solaire, devient très chaude. Ces particules de poussière en suspension dans l’atmosphère peuvent chauffer suffisamment l’atmosphère pour que la pression de l’air adjust – et cela peut entraîner des changements dans les schémas de circulation, comme les vents. »

Ce phénomène, surnommé « pompe à chaleur élevée », entraîne l’humidité sur le sous-continent indien depuis la mer.



« La mousson d’été indienne est caractérisée par des vents violents en été », a déclaré Jin. « Ainsi, une fois que les vents changent, le transportation de l’humidité de l’océan vers la terre changera, et par conséquent, ils augmenteront les précipitations. Les précipitations sont très importantes pour les personnes vivant en Asie du Sud, en particulier en Inde, et importantes pour l’agriculture et l’eau potable. »

Alors que la poussière du Moyen-Orient augmente la puissance des moussons sur le sous-continent indien, il y a aussi un effet inverse qui se traduit par une boucle de rétroaction optimistic où les moussons peuvent augmenter les vents au Moyen-Orient pour produire encore additionally d’aérosols de poussière.

« La mousson peut influencer l’émission de poussière », a déclaré Jin. « Lorsque nous avons une mousson as well as forte, nous avons du chauffage dans la haute atmosphère. La convection associée à la mousson peut atteindre une altitude très élevée, jusqu’à 10 kilomètres. Lorsque ce modèle d’air au-dessus de la mousson est chauffé, vous produisez quelque chose comme une imprecise. Dans toute la région, vous aurez une haute pression, puis une basse pression, puis une haute pression. Ces vagues peuvent transporter de l’air vers le Moyen-Orient. L’air monte au-dessus du sous-continent indien, puis se dirige vers le Moyen-Orient et descend – et lorsque l’air descendant frappe la area, il peut capter beaucoup d’aérosols de poussière.  »

Les co-auteurs de Jin sur le papier sont Bing Pu, professeur adjoint de géographie et science atmosphérique à KU Jiangfeng Wei de l’Université des sciences et technologies de l’information de Nanjing à Nanjing, Jiangsu, Chine William K.M. Lau de l’Université du Maryland et Chien Wang du Laboratoire d’Aérologie, CNRS / UPS, Toulouse, France.

Leurs travaux comprenaient une revue de la littérature sur la relation entre la poussière du Moyen-Orient et les moussons estivales indiennes, ainsi que des recherches originales utilisant des supercalculateurs pour mieux comprendre le phénomène.

Alors que l’on sait qu’une « pompe à chaleur surélevée » existe en raison de la poussière provenant de la péninsule arabique, Jin et ses collègues plaident pour une autre resource en Asie du Sud alimentant l’effet de la poussière en aérosol sur les moussons d’été indiennes: le plateau iranien.

« Le plateau iranien est situé entre le Moyen-Orient et le plateau tibétain, et le plateau iranien est également très haut », a déclaré Jin. « La terre en haute altitude, lorsque le rayonnement solaire atteindra la surface, deviendra très chaude. Sur ce plateau iranien chaud, on peut s’attendre à des changements dans la circulation de la mousson et en même temps l’air chaud au-dessus du plateau iranien peut également renforcer la circulation. sur les déserts de la péninsule arabique. Ainsi, le plateau iranien peut augmenter les émissions de poussière du Moyen-Orient, ainsi que la circulation de la mousson et les précipitations de mousson. Le plateau iranien est un autre facteur qui peut expliquer la relation entre la poussière du Moyen-Orient et la mousson d’été indienne.  »

Jin a déclaré que le document check out trois autres mécanismes influençant la mousson d’été indienne. L’un est l’effet d’assombrissement de la neige, où le noir de carbone et la poussière réduisent la réflectivité de la neige, réchauffant la terre et la troposphère au-dessus. Un autre est l’effet de gradation solaire, où les aérosols dans l’atmosphère provoquent le refroidissement de la area terrestre. Enfin, la recherche look at remark la poussière en aérosol peut servir de noyaux de nuages ​​de glace, ce qui peut « altérer les propriétés microphysiques des nuages ​​de glace et par conséquent les pluies de la mousson d’été en Inde ».

Le chercheur de la KU a déclaré que la compréhension de ces mécanismes et des effets climatiques de la poussière s’avérerait d’une value croissante confront au changement climatique mondial.

« Cela est particulièrement vrai pour l’Asie – il existe des projections climatiques montrant que dans certaines régions d’Asie, la terre deviendra plus sèche », a déclaré Jin. « Nous prévoyons donc que davantage d’émissions de poussières et de poussières joueront un rôle moreover significant pendant un selected temps en Asie. Nous avons beaucoup d’émissions anthropiques, ou de pollution atmosphérique, dans l’est de la Chine, en Asie de l’Est et en Inde. améliorer la qualité de l’air, le rapport entre la poussière naturelle et les aérosols anthropiques augmentera – cela signifie que la poussière jouera un rôle plus essential à l’avenir. «