Le premier jet atterrissant sur Vikrant reflète les ambitions du porte-avions indien

Le 6 février, la maritime indienne a annoncé que des aéronefs à voilure fixe avaient atterri et décollé avec succès du premier porte-avions construit en Inde, INS Vikrant.

Les jets impliqués étaient la variante navale du chasseur Tejas de fabrication indienne, appelée “LCA Navy” pour “Light Battle Aircraft Navy” dans l’annonce, suivie d’un MiG-29K de conception russe. Chaque jet a atterri à l’aide du câble d’arrêt du transporteur, puis lancé depuis la rampe de saut à ski du transporteur.

Les opérations étaient la dernière étape importante de l’initiative “Atmanirbhar Bharat” ou “Inde autonome” de New Delhi, qui vise à augmenter la manufacturing nationale de matériel militaire.

L’amiral R. Hari Kumar, chef d’état-significant de la maritime indienne, a déclaré dans un communiqué que les opérations marquaient “un pas en avant money vers la réalisation de notre vision collective d’Atmanirbhar Bharat” et annonçaient l’intégration du MiG-29K dans l’inventaire du transporteur..

Le premier jet atterrissant sur Vikrant reflète les ambitions du porte-avions indien

L’introduction de Vikrant et ses premières opérations à réaction surviennent à un second vital pour la maritime indienne, qui cherche à accroître ses effectifs pour contrer la menace croissante de la Chine.

Transporteurs indiens

Une variante navale de l’avion de chasse indien Tejas atterrit sur l’INS Vikrant le 6 février. Marine indienne

Bien que Vikrant soit le premier porte-avions construit en Inde, il est en fait le quatrième à entrer en assistance dans la maritime indienne. Les deux premiers, INS Vikrant (homonyme de l’actuel Vikrant) et INS Viraat, étaient tous deux d’anciens transporteurs britanniques en service avec l’Inde de 1961 à 1997 et de 1987 à 2017, respectivement.

Le troisième transporteur, INS Vikramaditya, est un transporteur modifié de classe Kiev que l’Inde a acheté à la Russie en 2004. Mis en support en 2013, Vikramaditya a apporté avec lui le MiG-29K, la model porteuse du célèbre avion de chasse MiG-29. La maritime indienne utilisait auparavant le vénérable Sea Harrier.

À environ 930 pieds de long, Vikramaditya déplace approximativement 44 000 tonnes et peut transporter 36 avions, principalement des MiG-29K et une combinaison d’hélicoptères Ka-31, Ka-28 et HAL Dhruv. Il a un équipage de 1 600 personnes, une vitesse de pointe de 28 nœuds et une autonomie d’environ 7 000 milles marins.

Vikrant, quant à lui, mesure approximativement 860 pieds de prolonged, déplace approximativement 43 000 tonnes et peut transporter 30 avions. Il a un équipage de 1 500 personnes, une vitesse de pointe de 28 nœuds et une autonomie de 7 500 milles marins.

Un MiG-29K indien atterrit sur l’INS Vikrant le 6 février. Maritime indienne

Les deux transporteurs utilisent un système de décollage court mais de récupération arrêtée, ou STOBAR, qui lance l’avion depuis une rampe de saut à ski plutôt que depuis des catapultes montées sur le pont.

L’INS Vikrant devrait être prêt à fonctionner d’ici la fin de cette année et l’INS Vikramaditya devrait revenir ce printemps après un réaménagement approfondi de 15 mois. Le nouveau transporteur serait basé sur la côte est de l’Inde et l’ancien sur la côte ouest.

Les transporteurs indiens ont été extrêmement précieux pour projeter leur puissance dans l’océan Indien, où New Delhi s’est longtemps considérée comme l’acteur le furthermore influent.

Vikrant a aidé l’annexion de Goa au Portugal en 1961 en dissuadant l’intervention étrangère et a été critical pour le blocus naval du Bangladesh (alors appelé Pakistan oriental) pendant la guerre indo-pakistanaise de 1971. Viraat a soutenu les initiatives de maintien de la paix de l’Inde au Sri Lanka et a menacé de bloquer le Pakistan pendant la guerre de Kargil en 1999.

Ces dernières années, les préoccupations indiennes se sont concentrées sur la présence et l’activité croissantes de la Chine dans l’océan Indien. La Chine a déployé des navires de area pour effectuer des patrouilles anti-piraterie au huge de la Corne de l’Afrique depuis 2008, et une visite sous-marine chinoise au Sri Lanka en 2014 a sonné l’alarme en Inde.

Depuis lors, Pékin a mis en position une foundation navale à Djibouti et poursuivi des projets portuaires – qui sont considérés comme des moyens de faire progresser l’influence économique, diplomatique et potentiellement militaire chinoise – dans la région, y compris un bail de 99 ans à Hambantota, un emplacement stratégique. port du sud du Sri Lanka où l’Inde s’inquiète depuis longtemps de l’activité militaire chinoise. Une escale à Hambantota l’année dernière par un navire de repérage chinois a sonné l’alarme en Inde au sujet de missions d’espionnage au significant de ses côtes.

En ajoutant des porte-avions – les autorités indiennes envisagent déjà d’acheter un autre porte-avions de la taille de Vikrant – la marine indienne peut les garder en mer au significant de ses côtes et dans la région afin de surveiller l’activité et les menaces potentielles de la marine chinoise, la additionally grande au monde.

Plus de porte-avions aideraient également l’Inde à maintenir son avantage naval sur son rival de longue day, le Pakistan.

Jets indiens

Un avion de chasse Tejas décolle de l’INS Vikrant le 6 février. Marine indienne

Bien que le Tejas et le MiG-29K soient les premiers jets que l’Inde a exploités sur le pont de Vikrant, ce ne sont pas des jets que l’Inde prévoit d’utiliser dans l’aile aérienne du transporteur à l’avenir.

En 2016, la marine indienne a rejeté la variante navale du Tejas car or truck sa conception monomoteur lui confère un faible rapport poussée / poids, le rendant incapable de se lancer à partir d’un porte-avions STOBAR avec une pleine charge de carburant et d’armes. Le jet n’est utilisé que comme démonstrateur technologique pour informer les opérations et le développement futurs.

Le MiG-29K, quant à lui, a été un casse-tête pour l’Inde. Au moins cinq des 45 jets qu’il a achetés se sont écrasés au cours des quatre dernières années. Un rapport de 2016 du gouvernement indien a déclaré que 40 des 65 moteurs MiG-29K livrés à l’Inde avaient été retirés du support ou rejetés en raison de défauts et de carences.

Comme le reste de l’armée indienne, la maritime dépend de la Russie pour l’entretien et le soutien majeurs, y compris les techniciens russes et les pièces de rechange, qui pourraient bientôt être beaucoup plus rares compte tenu des conséquences de la guerre en Ukraine sur l’industrie de la défense russe.

Cette dépendance est exactement ce qu’Atmanirbhar Bharat vise à défaire. Bien que la marine LCA ait été rejetée, l’Inde a toujours des strategies pour un chasseur basé sur un transporteur de manufacturing nationale. Ce jet, le Twin-Engine Deck Dependent Fighter, ou TEDBF, en est aux premiers stades de développement et est destiné à remplacer les MiG-29K indiens vers 2031.

L’Inde cherche également à acquérir 26 nouveaux avions embarqués d’un autre pays à utiliser jusqu’à l’arrivée du TEDBF. La recherche s’est limitée à deux modèles : le Dassault Rafale M de fabrication française et le Boeing F/A-18 Super Hornet de fabrication américaine.

L’armée de l’air indienne exploite déjà le Rafale, ce qui a conduit à des informations selon lesquelles le Rafale M devancera le Tremendous Hornet.