Un ancien passager d’un navire de croisière a déposé une plainte contre Costa Cruise Lines, alléguant que la compagnie de croisière avait mis des vies en danger en couvrant un cas de coronavirus à bord de l’un de ses navires. Le procès accuse la compagnie de croisière d’avoir favorisé les conditions à bord du Costa Luminosa qui ont conduit 36 ​​passagers à contracter COVID-19 pour un voyage transatlantique.



Un passager du nom de Paul Turner a déposé une plainte en Floride le 7 avril, faisant valoir que la compagnie de croisière « avait soumis plus de 2 000 passagers au coronavirus hautement contagieux et exposait les passagers à un risque réel de blessure physique et de mort immédiate ».

Un procès accuse Costa Cruise Lines d'avoir caché un cas suspect de coronavirus et d'avoir mis en danger 2 000 invités sur la Costa Luminosa

La poursuite allègue que Costa Cruise Lines a sciemment permis à de nouveaux passagers de monter à bord du navire après qu’un passager d’une croisière précédente a été évacué en raison de symptômes de coronavirus, a caché cet incident aux invités et a retardé l’émission de l’ordre d’isolement des passagers dans leurs cabines après la chute d’un autre passager malade avec COVID-19 les autorités françaises ont confirmé que 36 passagers à bord avaient contracté la maladie.



Costa Cruise Lines et sa société mère, Carnival Corp.

Le procès fait valoir que Carnival aurait dû être conscient des dangers du coronavirus en raison des épidémies sur le Diamond Princess et le Grand Princess. Ces navires appartiennent tous deux à la flotte de Princess Cruises, qui appartient également à Carnival.

Turner allègue dans son costume que Costa Cruise Lines a mis des vies en danger en embarquant un nouveau groupe de passagers en Floride quelques jours seulement après qu’un invité présentant des symptômes de coronavirus ait été évacué médicalement de son navire.

Selon la poursuite, le Costa Luminosa est parti de Fort Lauderdale, en Floride, le 24 février. Quatre jours plus tard, la poursuite allègue qu’un passager italien de 68 ans a été « évacué » du navire des îles Caïmans « à la suite de symptômes de le coronavirus et un accident vasculaire cérébral.  » L’invité, décédé depuis, a été testé positif au COVID-19.

Le procès comprend un courriel du 4 mars de Costa Cruise Lines aux clients potentiels, les alertant de l’intention du croisiériste de « prendre les décisions les plus appropriées et de mettre en place les mesures les plus adéquates pour être sûr que le plus haut niveau de sécurité pour ses clients et les membres d’équipage sont rencontrés.  » Selon le procès, la compagnie de croisière a assuré aux clients potentiels que le Costa Luminosa « n’était pas affecté par le coronavirus, qu’il était en sécurité et qu’il n’y avait pas lieu de s’inquiéter ». Turner allègue que les passagers ont également été informés que leurs annulations « ne seraient pas remboursées ».

La poursuite allègue que Costa Cruise Lines est retourné à Fort Lauderdale le 5 mars, pour prendre un nouveau lot de passagers – y compris Turner – « sans désinfecter adéquatement le Costa Luminosa ». La poursuite allègue que la société n’a pas refusé aux passagers ou aux membres d’équipage « qui présentaient des symptômes du coronavirus » ou à quiconque s’était récemment rendu en Chine, au Japon, en Italie ou en Corée du Sud.

« Pendant le processus d’embarquement du 5 mars 2020, Costa a demandé à des professionnels non médicaux de déterminer si les passagers potentiels étaient médicalement aptes à monter à bord en fonction des réponses d’un passager potentiel à savoir s’ils étaient malades et / ou présentaient des symptômes du coronavirus », affirme le procès. .

En outre, Costa a informé les passagers qu’ils ne seraient pas remboursés s’ils annulaient leur voyage du 5 mars 2020 sur la Costa Luminosa, selon le procès. Porto Rico devait être la première escale le 8 mars 2020, avant que le Costa Luminosa ne traverse l’océan Atlantique pendant sept jours.

Après une épidémie de coronavirus survenue sur la Costa Luminosa, le costume de Turner allègue que le navire s’est vu « refuser l’entrée dans plusieurs ports d’escale différents par le gouvernement des pays respectifs ». Lorsque le navire a accosté à Porto Rico, son premier port d’escale, le 8 mars, un couple âgé du nord de l’Italie a été hospitalisé en raison de symptômes de coronavirus. Ils ont ensuite été testés positifs pour la maladie.

De là, le costume allègue que les invités ont ensuite été « traînés à travers l’Atlantique dans une bombe à retardement coronavirus ». Antigua-et-Barbuda a refusé l’entrée du navire, piégeant des passagers sur le navire. La Costa Luminosa a ensuite atteint les îles Canaries, où trois autres passagers présentant des symptômes de coronavirus ont été hospitalisés.

Le 15 mars, Turner allègue que « les membres d’équipage du Costa Luminosa ont commencé à porter des serviettes sur la bouche et à utiliser des serviettes pour saisir des assiettes pour livrer de la nourriture dans les cabines des passagers ».

Cette nuit-là, le capitaine du navire a dit aux invités de rester isolés dans leurs cabines. Marseille, en France, a autorisé les passagers du navire à débarquer le 19 mars. La poursuite allègue que les passagers n’ont reçu ni instructions adéquates pour le départ ni équipement de protection individuelle.

Le procès contre Costa Cruise Lines survient à une époque de chaos pour l’industrie des croisières. Tout récemment, des navires de la compagnie sœur de la compagnie Holland America ont été autorisés à débarquer en Floride après qu’une épidémie de coronavirus ait rendu malades des centaines de passagers et de membres d’équipage.