in

Ringo Starr a comparé la session d'enregistrement de cette chanson des Beatles "Complete Madness" à "Hysterics"

Le batteur des Beatles Ringo Starr était au courant de certaines des periods d’enregistrement les moreover influentes de l’histoire de la musique. Cependant, certains étaient moreover exigeants que d’autres. Ces sessions comprenaient une collaboration pour une chanson de «folie complète» sur The White Album, une expérience que Starr a comparée à «l’hystérie» aux côtés de John Lennon, Paul McCartney et George Harrison.

Ringo Starr et les Beatles ont sorti “The White Album” en 1968

Les Beatles ont sorti leur neuvième compilation enregistrée en studio, The White Album, en 1968.

L’Atlantique a dit la suite du history emblématique. « Une trentaine de chansons tirant dans 20 directions différentes, multipolaires, hérissées et creuses, inventant des genres ou les épuisant, terreuses, célestes, désormais éblouis par une claire lumière, plongeant volontairement dans le chaos et le charnel.

Ringo Starr a comparé la session d'enregistrement de cette chanson des Beatles

En réalité, l’album que les fans connaissent sous le nom de The White Album s’appelle The Beatles. Cependant, à partir du moment de sa sortie en novembre 1968, il a pris son surnom le moreover populaire.

L’un de ses morceaux les moreover remarquables est “Helter Skelter”, une chanson longtemps considérée comme la première chanson de major metal de l’histoire de la musique. Paul McCartney a répondu à cette distinction dans une job interview de 2018 avec NME.

“Non ! Je ne l’ai jamais revendiqué, tu sais. Les gens l’ont dit, mais si vous y réfléchissez, c’était presque le début du hefty steel, et c’était nous qui essayions d’être lourds. j’avais entendu Pete Townshend disait qu’ils avaient fait le disque le in addition sale de tous les temps, alors nous essayions de surpasser The Who. Donc, si cela se communiquait, il y aurait peut-être eu un petit gars vivant à Rotherham qui pensait, oui, nous aurons un groupe, nous le ferons », a expliqué McCartney.

Les periods d’enregistrement pour “Helter Skelter” étaient “une folie totale”, a déclaré Ringo Starr

Much Out Magazine a rapporté que le batteur avait dit une fois ce qui suit de son expérience d’enregistrement de la chanson emblématique des Beatles. Starr a déclaré que les periods d’enregistrement de “Helter Skelter” étaient “une folie totale”.

“” Helter Skelter “était un morceau que nous avons fait dans une folie totale et hystérique en studio”, a déclaré Starr. “Parfois, il fallait juste secouer les confitures, et avec cette chanson, la ligne de basse de Paul et ma batterie, il a commencé à crier et à crier et a tout inventé sur put.”

McCartney semblait être d’accord avec Starr sur le processus d’enregistrement de cet air particulier de White Album. Pour Anthology, McCartney a expliqué sa version des classes d’enregistrement.

« Vous pouvez entendre les voix craquer. Nous l’avons joué si longtemps et si souvent qu’à la fin, vous pouvez entendre Ringo dire : « J’ai des ampoules aux doigts », a expliqué McCartney. “Nous avons juste essayé de le faire sonner plus fort  : ‘Ne pouvons-nous pas faire sonner la batterie furthermore fort ?’ C’était tout ce que je voulais faire : faire un disque de rock ‘n’ roll fort et torride avec les Beatles. Et je pense que c’est un très bon.

Le composant le in addition lourd du “White Album” mettait en vedette John Lennon jouant deux devices surprises

McCartney a déclaré à Barry Miles pour sa biographie Lots of Several years from Now que le titre de la chanson provenait d’une balade populaire sur les champs de foire britanniques. Il a décrit « un trajet de haut en bas. L’ascension et la chute de l’Empire romain. C’était la chute, la disparition, la chute.

La session pour cette chanson était si sauvage, Harrison a mis le feu à un cendrier et a couru dans le studio, tenant le plat au-dessus de sa tête. Cette décision était un clin d’œil à Arthur “Fireplace” Brown, un auteur-compositeur-interprète de la fin des années 1960.

Dans la edition finale de “Helter Skelter”, Lennon joue de la basse, aux côtés de l’assistant des Beatles Mal Evans qui joue de la trompette. Lennon joue même du saxophone sur la piste.