in

La Russie utilisera la technologie de deuxième année pendant des années en raison des sanctions

La Russie pourrait être confrontée à des années de déclin du développement technologique en raison des sanctions radicales liées à la guerre en Ukraine. ancien haut responsable du ministère des Funds et responsable de la banque centrale.

En effet, en matière de technologie, la Russie dépend des importations, et les importations ont été frappées par des sanctions et des boycotts. En conséquence, le pays devra développer ses propres produits pour remplacer ces importations.

“Le monde ira de l’avant, mais la Russie n’utilisera qu’une technologie de deuxième niveau et dépensera d’énormes ressources pour recréer ce qu’il y a déjà dans le monde, mais ne peut pas être importé”, a déclaré Vyugin, qui était vice-ministre des Funds et vice-ministre des Finances. gouverneur de la Banque de Russie. Il a pris sa retraite de la Bourse de Moscou cette année.

La Russie utilisera la technologie de deuxième année pendant des années en raison des sanctions

motor vehicle la croissance économique de la Russie a été affectée négativement.

Les commentaires de Vyugin contrastent avec les évaluations positives du président Vladimir Poutine sur l’économie. Début septembre, Poutine a déclaré que l’économie du pays faisait face aux sanctions occidentales. Près de sept mois après le début de la guerre, l’économie russe carry on de sembler résiliente. L’économie du géant de l’énergie a été soutenue par les exportations d’énergie grâce à des prix élevés, qui étaient en hausse même avant la guerre.

Mais les importations en Russie ont été sévèrement réduites, ce qui se traduit par un excédent record du compte courant de 70,1 milliards de bucks pour le second semestre 2022. L’excédent du compte courant est un indicateur clé des flux commerciaux et d’investissement, et le commerce est une composante importante du mesure.

La Russie a tenté de contrer les sanctions en remplaçant les importations par celles de pays non sanctionnés ou par des solutions locales. Mais le succès a été limité, ont écrit fin mars les analystes de Bruegel, un groupe de réflexion basé à Bruxelles.

“Les produits de haute technologie sont développés en utilisant des intrants de nombreux pays, mais peu d’entre eux peuvent fonctionner sans les intrants de l’Union européenne ou des États-Unis”, ont écrit les analystes. “En conséquence, une seule économie ne peut pas reproduire les capacités du réseau mondial.”

Les puces semi-conductrices, les pièces d’aviation et les produits médicaux font partie des importations fortement touchées, ont noté les analystes de Bruegel.

Le transporteur general public russe Aeroflot a déjà commencé à retirer les pièces de rechange des avions en état de marche en raison des pénuries d’approvisionnement induites par les sanctions.

“Si la predicament ne transform pas, la Russie verra un déclin progressif du niveau de développement technologique”, a déclaré Vyugin.