En tant que fille de Christie Brinkley, l’un des modĂšles les plus emblĂ©matiques de notre temps, Sailor Brinkley-Cook, en tant que mannequin elle-mĂȘme, est Ă  couper le souffle aussi belle que sa mĂšre Ă  son Ăąge.

La jeune Brinkley s’est bravement ouverte rĂ©cemment sur ses difficultĂ©s avec l’image corporelle, en particulier avec les troubles dysmorphiques corporels. Ce n’est pas un exploit facile quand un parent est si cĂ©lĂšbre. EN RELATION: C’est pourquoi le mannequin Christie Brinkley a la moitiĂ© de son Ăąge

Sailor Brinkley-Cook admet qu'elle a un trouble dysmorphique corporel

Brinkley-Cook a ouvert ses portes avant

Ce n’est pas la premiĂšre fois que Brinkley-Cook partage sur les rĂ©seaux sociaux ses problĂšmes d’image corporelle. Alors qu’elle Ă©tait candidate Ă  Dancing With the Stars sur ABC, la jeune femme de 21 ans a parlĂ© ouvertement de sentiments d’insĂ©curitĂ© gĂ©nĂ©rale avec elle-mĂȘme. En tant que fille d’un parent cĂ©lĂšbre, il est inhabituel – et rafraĂźchissant – de voir ce niveau de transparence Ă©motionnelle.

« J’ai grandi trĂšs prĂ©caire », a dĂ©clarĂ© Brinkley-Cook Ă  Us Weekly en 2019. « J’ai grandi trĂšs douteux de moi-mĂȘme de nombreuses façons et je me suis lancĂ© dans la modĂ©lisation, ce qui n’est pas – je ne veux pas dire c’est – c’est la chose la plus difficile Ă  affronter en tant que personne qui n’est pas en sĂ©curitĂ©. Mais tu sais, tu y trouves ton chemin, tu y trouves ton groove, et j’ai fini par l’aimer. »

Sa carriĂšre de mannequin, comme sa maman

Comme l’a dĂ©clarĂ© Brinkley-Cook, elle s’est lancĂ©e dans l’entreprise familiale de mannequin comme sa maman avant elle. Sa mĂšre, Christie Brinkley, semble toujours facilement dix Ă  mĂȘme vingt ans plus jeune que ses 66 ans.

Comme un enfant d’un musicien ou d’un acteur cĂ©lĂšbre, les comparaisons constantes que Sailor endure avec sa mĂšre peuvent ĂȘtre impitoyables. La diplĂŽmĂ©e de la Parsons School of Design vit avec les rĂ©alisations de Christie Ă  la fois comme une norme Ă  atteindre et une ombre qui plane sur elle. Sailor a Ă©tĂ© honnĂȘte au sujet de la renommĂ©e de sa mĂšre lui servant de tremplin pour le mannequinat, mais trace la ligne lĂ -bas.

« Vous savez, je dis toujours que quelqu’un peut vous ouvrir une porte, quelqu’un peut vous ouvrir une porte mais c’est vous qui devez la garder ouverte », a-t-elle poursuivi dans sa conversation avec Nous. «À la fin de la journĂ©e, personne ne se soucie de qui sont tes parents. Personne ne se soucie d’oĂč tu viens. Il s’agit du travail que vous faites et de l’attitude que vous faites valoir. »

Brinkley-Cook révÚle sa lutte contre le trouble dysmorphique corporel

Brinkley-Cook a partagĂ© ouvertement sur son compte Instagram ses difficultĂ©s avec ce qu’elle appelle «la dysmorphie corporelle et les tendances aux troubles de l’alimentation».

Selon l’American Psychological Association, la dysmorphie corporelle est «une prĂ©occupation pathologique liĂ©e Ă  un dĂ©faut physique imaginĂ© ou lĂ©ger de son corps au point de provoquer un stress important ou une altĂ©ration du comportement dans plusieurs domaines».

Voir ce post sur Instagram

Je suis tellement foutrement malade et fatiguĂ© du photoshop que je suis tellement dĂ©primĂ© rĂ©cemment. Pleurer sur ma cellulite, laisser la graisse sur mon corps ruiner ma journĂ©e, devenir fou que je ne sois pas aussi maigre que j’étais. La dysmorphie corporelle et les tendances aux troubles alimentaires restants sont venues en force. Alors que j’entre en moi-mĂȘme en tant que jeune femme, mon corps se dĂ©place et change au fil des mois, le «contrĂŽle» que je sentais avoir une fois sur lui a Ă©tĂ© complĂštement retirĂ© de moi. Hormones, Ă©motions, douleurs de croissance. Je vais sur instagram et je fais dĂ©filer des photos de filles qui ont l’air « parfaites ». Une peau brillante avec pas de bosse Ă  voir, une petite taille et des cuisses minuscules qui ressemblent Ă  des baguettes. Et je me compare, comme si l’apparence d’une personne sur une application sur mon tĂ©lĂ©phone devait directement correspondre Ă  ce que je ressens Ă  propos de mon corps? Ce que j’ai appris, c’est que je cours tous les jours. Je vais au gymnase 6 fois par semaine. J’alimente mon corps avec de la belle nourriture. Je suis tellement CHANCEUX d’avoir deux jambes et un corps sain qui me mĂšne Ă  travers la vie. Je suis tellement fatiguĂ© de penser que tout ce qui me compose est quelque chose dont j’ai honte. Donc, comme le feraient la plupart des filles du 21e siĂšcle, je mets ça sur instagram. DĂ©clarant que j’ai de la cellulite et un estomac qui n’a pas toujours l’air « agrĂ©able » (quoi que ça signifie) et je suis un humain Ă  100% imparfait. Et je suis fier comme l’enfer de mon corps ! Si vous vous dĂ©testez, arrĂȘtez ! ! ApprĂ©ciez-vous. Votre corps est tellement magique. C’est tout. Bonne journĂ©e.

Un post partagé par Sailor (@sailorbrinkleycook) le 24 mai 2020 à 13h55 PDT

« J’ai Ă©tĂ© tellement dĂ©primĂ© rĂ©cemment », a Ă©crit Brinkley-Cook. «Pleurer sur ma cellulite, laisser la graisse sur mon corps ruiner ma journĂ©e, devenir fou que je ne sois pas aussi maigre que j’étais. La dysmorphie corporelle et les tendances aux troubles alimentaires restants se sont fortement dĂ©veloppĂ©es. »

Dans son post, elle semblait essayer de voir que se comparer Ă  l’image d’une autre personne n’Ă©tait pas tout Ă  fait juste envers elle-mĂȘme.

«Je vais sur instagram et je fais dĂ©filer des photos de filles qui ont l’air« parfaites », Ă©crit-elle, une peau brillante sans bosse Ă  voir, une petite taille et des cuisses minuscules qui ressemblent Ă  des baguettes. Et je me compare, comme si l’apparence d’une personne sur une application sur mon tĂ©lĂ©phone devait directement correspondre Ă  ce que je ressens Ă  propos de mon corps? »

Enfin, Brinkley-Cook arrive Ă  la conclusion que l’apprĂ©ciation d’elle-mĂȘme, telle qu’elle est, est d’une importance suprĂȘme.

«Je suis tellement folle de chance d’avoir deux jambes et un corps sain qui me mĂšnent Ă  travers la vie. . ., » dit-elle. « Donc, comme le feraient la plupart des filles du 21e siĂšcle, je mets ça sur instagram. . . Je suis fier comme l’enfer de mon corps ! Si vous vous dĂ©testez, arrĂȘtez ! ! ApprĂ©ciez-vous. Votre corps est tellement magique. C’est tout. Bonne journĂ©e. » EN RELATION: L’ancien mannequin Christie Brinkley’s Net Worth et The 1 Choice She Regrets in Her Career