Le Sénat a adopté mercredi 25 mars la loi sur l'aide, les secours et la sécurité économique du coronavirus ou la « loi CARES » pour apporter un soulagement financier aux Américains et aux entreprises martelées par le coronavirus et son bilan économique.




Le paquet fiscal est passé de 96 à zéro vers 23 h 50. ET. La mesure de relance comprend des paiements directs d'une valeur de 1 200 $ à des millions d'Américains, augmente les prestations de chômage et renforce des centaines de milliards de dollars de prêts pour les entreprises en difficulté.

Le Sénat adopte une loi de secours de 2 000 milliards de dollars sur les coronavirus, qui comprend des chèques pour les Américains et des prêts aux petites entreprises

Environ 150 milliards de dollars seront alloués aux hôpitaux et aux travailleurs de la santé pour l'équipement. Les compagnies aériennes américaines frappées par le virus et les arrêts de voyage qui en résulteront recevront 50 milliards de dollars de prêts. Les démocrates ont obtenu un ensemble de directives plus strictes sur la manière dont les entreprises pourraient recevoir et bénéficier des prêts d'urgence accordés par le département du Trésor.




L'adoption du projet de loi fait suite à deux arrêts des démocrates du Sénat qui cherchent à garantir une protection renforcée des travailleurs et des directives plus strictes pour les entreprises qui pourraient recevoir des prêts du gouvernement. De multiples réunions entre le chef de la minorité sénatoriale Chuck Schumer et le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin ont prolongé les discussions sur les détails de la législation.

Le président Trump et les principaux républicains ont appelé à ce que la mesure atteigne la Maison Blanche d'ici la fin de lundi, un objectif noble encore jugé trop tard par les économistes surveillant les retombées de l'escalade rapide du coronavirus. Le fait de ne pas faire avancer le projet de loi dimanche et lundi a poussé les délibérations au-delà du délai fixé par l'administration.

Mardi, les dirigeants du Sénat se sont rapprochés du compromis, tandis que la présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, a présenté son propre plan budgétaire de 2,5 billions de dollars dans le but d'émettre un soulagement économique plus rapide.