in

Aucun signe de diminution des émissions mondiales de CO2

Selon l’équipe scientifique du World-wide Carbon Challenge, les émissions mondiales de carbone en 2022 restent à des niveaux documents – sans aucun signe de la diminution qui est nécessaire de toute urgence pour limiter le réchauffement à 1,5°C.

Si les niveaux d’émissions actuels persistent, il y a maintenant 50 % de probabilities que le réchauffement climatique de 1,5 °C soit dépassé dans neuf ans.

Le nouveau rapport prévoit des émissions mondiales totales de CO2 de 40,6 milliards de tonnes (GtCO2) en 2022. Cela est alimenté par les émissions de CO2 fossiles qui devraient augmenter de 1, % par rapport à 2021, pour atteindre 36,6 GtCO2, soit légèrement au-dessus des émissions pré-COVID-19 de 2019. niveaux. Les émissions dues au changement d’affectation des terres (comme la déforestation) devraient être de 3,9 GtCO2 en 2022.

Les émissions projetées du charbon et du pétrole sont supérieures à leurs niveaux de 2021, le pétrole étant le principal contributeur à la croissance des émissions totales. La croissance des émissions de pétrole s’explique en grande partie par le rebond tardif de l’aviation internationale suite aux constraints liées à la pandémie de COVID-19.

Le tableau de 2022 parmi les principaux émetteurs est mitigé  : les émissions devraient baisser en Chine (,9 %) et dans l’UE (,8 %), et augmenter aux États-Unis (1,5 %) et en Inde (6 %), avec une hausse de 1,7 % en le reste du monde réuni.

Le finances carbone restant pour une probabilité de 50% de limiter le réchauffement climatique à 1,5°C est réduit à 380 GtCO2 (dépassé après neuf ans si les émissions restent au niveau de 2022) et 1230 GtCO2 pour limiter à 2°C (30 ans aux niveaux d’émissions de 2022 ).

Atteindre zéro émission de CO2 d’ici 2050 nécessiterait désormais une diminution d’environ 1,4 GtCO2 chaque année, equivalent à la baisse observée des émissions de 2020 résultant des confinements liés au COVID-19, soulignant l’ampleur de l’action requise.

La terre et l’océan, qui absorbent et stockent le carbone, continuent d’absorber environ la moitié des émissions de CO2. Les puits de CO2 océaniques et terrestres continuent d’augmenter en réponse à l’augmentation du CO2 atmosphérique, bien que le changement climatique ait réduit cette croissance d’environ 4 % (puits océanique) et 17 % (puits terrestre) au cours de la décennie 2012-2021.

Le spending plan carbone de cette année montre que le taux d’augmentation à extended terme des émissions fossiles a ralenti. La hausse moyenne a culminé à +3 % par an au cours des années 2000, alors que la croissance au cours de la dernière décennie a été d’environ +,5 % par an.

L’équipe de recherche – comprenant l’Université d’Exeter, l’Université d’East Anglia (UEA), le CICERO et l’Université Ludwig-Maximilian de Munich – a salué ce ralentissement, mais a déclaré qu’il était “loin de la diminution des émissions dont nous avons besoin”.

Les conclusions surviennent alors que les dirigeants mondiaux se réunissent à la COP27 en Égypte pour discuter de la crise climatique.

“Cette année, nous assistons à une nouvelle augmentation des émissions mondiales de CO2 fossile, alors que nous avons besoin d’un déclin rapide”, a déclaré le professeur Pierre Friedlingstein, du World Devices Institute d’Exeter, qui a dirigé l’étude.

“Il y a des signes positifs, mais les dirigeants réunis à la COP27 devront prendre des mesures significatives si nous voulons avoir une probability de limiter le réchauffement climatique à près de 1,5 °C. Les chiffres du spending plan mondial du carbone surveillent les progrès de l’action climatique et en ce moment nous ne voient pas l’action requise.”

Le professeur Corinne Le Quéré, professeur de recherche de la Royal Culture à l’École des sciences de l’environnement de l’UEA, a déclaré : “Nos résultats révèlent des turbulences dans les modèles d’émissions cette année résultant de la pandémie et des crises énergétiques mondiales.

“Si les gouvernements réagissent en dynamisant les investissements dans les énergies propres et en plantant, et non en coupant, des arbres, les émissions mondiales pourraient rapidement commencer à baisser.

“Nous sommes à un tournant et ne devons pas laisser les événements mondiaux nous détourner de la nécessité urgente et soutenue de réduire nos émissions pour stabiliser le climat mondial et réduire les risques en cascade.”

Les changements d’affectation des terres, en particulier la déforestation, sont une source importante d’émissions de CO2 (approximativement un dixième de la quantité provenant des émissions fossiles). L’Indonésie, le Brésil et la République démocratique du Congo contribuent à 58 % des émissions mondiales liées au changement d’affectation des terres.

L’élimination du carbone through le reboisement ou de nouvelles forêts compense la moitié des émissions de déforestation, et les chercheurs affirment que l’arrêt de la déforestation et l’augmentation des attempts pour restaurer et étendre les forêts constituent une grande opportunité de réduire les émissions et d’augmenter les absorptions dans les forêts.

Le rapport International Carbon Spending budget prévoit que les concentrations atmosphériques de CO2 atteindront en moyenne 417,2 events par million en 2022, soit in addition de 50 % au-dessus des niveaux préindustriels.

La projection de 40,6 GtCO2 d’émissions totales en 2022 est proche des 40,9 GtCO2 de 2019, soit le whole annuel le additionally élevé jamais enregistré.

Le rapport World wide Carbon Spending plan, produit par une équipe internationale de plus de 100 scientifiques, study à la fois les sources et les puits de carbone. Il fournit une mise à jour annuelle, révisée par des pairs, s’appuyant sur des méthodologies établies de manière totalement transparente.

Ces estimations incluent le puits de carbonatation du ciment de, 8 GtCO2 par an