Le moyen le additionally rapide de séparer les fans inconditionnels de Snowfall des additionally branchés est de laisser tomber le nom de White Rob.



Interprété par l’acteur Taylor Kowalski, White Rob est un vieil ami de Franklin du lycée, membre de son O.G. crew et celui qui lui a fait découvrir son premier plug, Avi. C’est pourquoi l’apparition brève mais significative de Rob dans la saison 4 comptait pour les Snowfallers inconditionnels qui se sont délectés de voir son visage familier.

« Franklin avait besoin d’un stage d’accès dans la vallée, et Rob est déjà là ». qu’il a inclus dans le script de l’épisode 2, intitulé « Weight ». Comme Franklin et Rob, Chang fait partie du drame policier bien-aimé de Fx depuis le début. Il a également co-écrit l’épisode 7 de cette saison avec la nouvelle scénariste Jeanine Daniels.



« Le père de Rob vend de la pornographie et était déjà en quelque sorte impliqué dans le jeu de la drogue, et Rob est devenu un intermédiaire pour vendre de la drogue dans la vallée pour Franklin », explique Chang.  » Et ils sont toujours restés amis. C’est l’aberrant de l’équipage qui rapporte de l’argent.

 Snowfall Saison 4 sur FX : l'écrivain réfléchit à White Rob et Irene

Dans l’épisode 2, Rob avait le dos de Franklin lors de la tentative infructueuse de Manboy d’éliminer Skully.

 » Franklin pouvait faire confiance à Rob pour au moins être le conducteur « , dit-il. « À ce stade de la saison 4, Franklin a dû s’atteler et compter sur sa famille et ses amis les moreover proches. » Son apparition dans un épisode singulier avait plus à voir avec COVID que la confiance de Franklin en lui, et il sera probablement de retour l’année prochaine lorsque la série reviendra.

« Nous voulions l’amener as well as pour la saison 4, mais en raison de la pandémie et de la programmation, nous avons fini par l’utiliser moins », a déclaré Chang. « Mais nous essayons en fait de ramener Rob dans la saison 5. » D’autres personnages. n’ont pas eu cette chance. Après qu’Irene ait tenté de dénoncer la CIA en tant que fournisseur de drogue, Teddy l’a tuée. Alors qu’un specified nombre de admirers espéraient sa disparition parce qu’elle représentait une menace pour l’empire de la drogue de Franklin, Irene était également une Américaine d’origine asiatique à une époque où les sentiments anti-asiatiques et les crimes haineux avaient augmenté.

Chang, un Coréen américain né à Spanish Harlem, dit qu’il craignait que la mort inévitable d’Irene n’envoie le mauvais information. qui a écrit sur l’implication signalée de la CIA dans l’épidémie de crack et est décédé dans ce que certains pensent être un suicide mis en scène.

« En tant qu’Américain d’origine asiatique, je suis tout à fait smart à ces problèmes », déclare Chang. « Cependant, nous l’avons basée sur Gary Webb, et comme Gary, elle s’est trop rapprochée. Nous avons décidé de la rendre japonaise américaine avant même les Trump-ismes et les sentiments anti-asiatiques. Il était vraiment vital pour nous de diversifier le paysage et d’honorer le spectacle et de comprendre la contingence américano-japonaise de South Central. South Central est additionally diversifié qu’il n’est souvent représenté à l’écran.

La salle des écrivains voulait également rendre hommage aux militants américains d’origine asiatique qui ont manifesté aux côtés des Black Panthers dans le nord de la Californie, une expérience partagée par Irene et le père de Franklin, Alton.

« Irene est allée à l’UC Berkeley et était dans la Bay Location quand Alton y était », ajoute Chang. « Ce truc sur sa connaissance des Black Panthers était une expérience ancrée dans la réalité. Il y avait beaucoup de mouvements de justice sociale dans les années 60 et 70 qui impliquaient le mouvement Black Panther et les Américains d’origine asiatique qui protestaient dans la lutte ensemble. Nous voulions être fidèles à ces précisions historiques, et faire d’Irene une Américaine d’origine asiatique nous a permis d’établir facilement ce lien.

En outre, soutient-il, Snowfall sera là longtemps après la dissipation de la obscure actuelle d’agressions anti-asiatiques, et le savoir lui apporte du réconfort.

« L’histoire que nous essayons de raconter est importante pour la postérité », présume Chang.  » Nous ne racontons pas seulement une histoire dans un spectacle. Nous essayons vraiment d’honorer un semblant d’authenticité. C’est une histoire fictive, mais il y a beaucoup de choses que nous pouvons faire avec ce merveilleux casting qui est in addition significatif pour nous et, espérons-le, notre public.