Après la déclaration de Warner Brothers vendredi soir dans laquelle le studio a déclaré que Ray Fisher ne coopérait pas à l'enquête qu'il avait aidé à lancer, la star de la Justice League continue de se battre de manière très publique. Quelques heures après la publication de la déclaration, Fisher a tweeté un e-mail qu'il avait échangé avec des responsables du studio en août qui, comme le dit l'acteur, fournit plus que suffisamment de preuves qu'il aide à faire avancer l'enquête. Dimanche après-midi, Fisher a partagé une vidéo sur son compte Instagram où il explique plus en détail sa correspondance avec le directeur de DC Films, Walter Hamada.




« Je voulais remercier chacun d'entre vous de ne m'avoir montré que de l'amour et rien d'autre que du soutien au cours des deux derniers jours », a déclaré Fisher sur un flux Instagram en direct qu'il a ensuite mis en ligne. C'est alors que l'acteur se lance dans les affaires, avertissant le studio qu'il ne sait pas combien de « reçus » il a pour les actions présumées de Joss Whedon, Geoff Johns et Jon Berg pendant la production de Justice League.

La star de la Ligue de justice, Ray Fisher, révèle des problèmes avec Geoff Johns, DC Films dans une nouvelle vidéo

« Lui et moi avons parlé en détail de Joss Whedon. Nous avons parlé en détail de Geoff Johns. Nous avons parlé en détail de Jon Berg et son excuse pour Geoff Johns était ‘Eh bien Ray, j'ai travaillé avec Geoff sur Shazam ! « Je ne pense pas vraiment qu'il ferait ce genre de choses » « , a ajouté Fisher à la vidéo de 15 minutes.




L'acteur poursuit ensuite en détail le harcèlement présumé du créateur de longue date de DC Comics, affirmant que Johns a utilisé des « communications de canal arrière » pour menacer son rôle de Cyborg sur le tournage de Justice League. Fisher dit que Johns a également tendu la main pendant la production de Doom Patrol pour « jubiler » la tenue a pu utiliser un acteur différent comme Cyborg dans la série. Vous pouvez voir la vidéo de Fisher dans son intégralité ci-dessous.

Dans sa déclaration de fin de soirée de vendredi – envoyée aux membres de la presse vers minuit heure de l'Est – le studio a déclaré que Fisher ne lui avait pas encore fourni « d'allégations crédibles d'inconduite » pour tout ce qu'il avait soulevé sur les médias sociaux.

« Bien que M. Fisher n'ait jamais allégué de faute pouvant donner lieu à une action contre lui, WarnerMedia a néanmoins ouvert une enquête sur les préoccupations qu'il avait soulevées au sujet de la représentation de son personnage. Toujours pas satisfait, M. Fisher a insisté pour que WarnerMedia embauche un enquêteur tiers indépendant », indique le communiqué. lit.

Il ajoute: