L’État a fait appel de la suspension de son interdiction très restrictive de l’avortement, qu’un juge a qualifiée de  » privation offensante d’un droit aussi important « .



L’État du Texas a immédiatement fait appel de la décision d’un juge fédéral de mettre fin à son interdiction restrictive des avortements après six semaines, une décision qui a marqué une victoire significative pour l’administration du président Joe Biden sur les législatures des États.

Le juge de district américain Robert Pitman a prononcé mercredi une suspension temporaire de l’interdiction, qui est considérée comme la furthermore restrictive aux États-Unis.



Pitman a écrit dans sa décision que  » cette Cour ne sanctionnera pas un jour de furthermore cette privation offensante d’un droit aussi crucial « . La loi interdit les avortements après l’apparition d’un  » battement de cœur fœtal « , avant que de nombreuses personnes sachent qu’elles sont enceintes.

Mais le Texas a presque immédiatement fait appel de la décision devant la Cour d’appel du cinquième circuit, qui est considérée comme de tendance conservatrice.

La décision de Pitman est le résultat d’un procès intenté par l’administration du président Joe Biden contre le Texas afin d’essayer de mettre fin à l’interdiction, qui est entrée en vigueur le 1er septembre.

La Cour suprême a par la suite refusé de bloquer la législation, que le gouverneur du Texas, Greg Abbott, a promulguée en mai.

Jen Psaki, l’attachée de presse de la Maison Blanche, a déclaré mercredi dans un communiqué : « La décision de ce soir est un pas en avant essential vers le rétablissement des droits constitutionnels des femmes dans tout l’État du Texas ».

« Le battle ne fait que commencer, à la fois au Texas et dans de nombreux États de ce pays où les droits des femmes sont actuellement attaqués. »

Le procureur général des États-Unis, Merrick Garland, a également salué la décision de Pitman dans un communiqué, déclarant: « La décision d’aujourd’hui enjoignant la loi du Texas est une victoire pour les femmes au Texas et pour l’état de droit ».

 » C’est la responsabilité première du ministère de la Justice de défendre la Constitution. Nous continuerons à protéger les droits constitutionnels contre tous ceux qui chercheraient à les saper.