Tom Morello se réjouit au moins d'un aspect de la vie en 2020: plus de gens que jamais aux États-Unis font rage contre la machine. « Il y a aussi beaucoup de non-Noirs qui ripostent », dit-il dans la dernière édition de notre série de vidéos Rolling Stone Interview: Special Edition. « Et vous voyez cela dans les rues. Et la musique qu’ils diffusent est Rage Against the Machine et une partie de ma propre musique. J'en suis très fier.  »




Whatever It Takes, et d'une sortie Audible, Tom Morello à la Minetta Lane, de sorte que l'interview le trouve également en train de regarder en profondeur toute sa vie et sa carrière, de son enfance dans l'Illinois à son époque avec Rage Against the Machine, Audioslave et le E Street Band, entre autres moments forts. « Je me suis toujours imaginé un musicien monogame », dit Morello. « Et puis, il a fallu beaucoup de temps à Rage entre les disques, et j'avais juste trop de musique en moi. Partout où il y avait une porte de studio ouverte, je la traversais. Et cela a conduit à cette mosaïque vraiment incroyablement riche d'expériences musicales.  »

Tom Morello sur Black Lives Matter, Rage Against the Machine Tour

Morello dit très peu sur le moment actuel le surprend. « Ce truc arrive à un point critique », dit-il. « Mais le racisme n’a rien de nouveau. L’impérialisme n’a rien de nouveau. Je veux dire, Zack [de la Rocha’s] les paroles brillantes de ces chansons de Rage ont été écrites sous l'administration Clinton. Le racisme et l'impérialisme sont deux des éléments fondamentaux des États-Unis d'Amérique. Et il y a une dissonance cognitive dans laquelle nous devons vivre chaque jour. L'expression Black Lives Matter – les gens sont tellement déconcertés et ils se disent: « Non, toutes les vies comptent. » Eh bien, les gens qui ont écrit « liberté et justice pour tous » ne parlaient pas de nous ! Ce ne sont pas des Noirs dans les documents qui ont fondé le pays… Et Trump est un symptôme. Trump est personnellement horrible à bien des égards. Mais il est le symptôme de 30 ou 40 ans de politiques économiques néolibérales qui ont volé la classe moyenne – sous Obama et Clinton et les Bush – qui ont volé la classe moyenne, qui ont volé outrageusement la classe ouvrière.




Il s’agit du dernier volet de la dernière nouvelle série de vidéos de Rolling Stone, RS Interview: Special Edition, qui présente des conversations approfondies avec des personnalités de la musique, du divertissement et de la politique. Les épisodes sont diffusés tous les jeudis après-midi sur la chaîne YouTube de Rolling Stone.