Une nouvelle « tresses de dames » japonaise que l'on retrouve dans les jardins privés et sur les balcons

Il est extrêmement rare qu’une nouvelle espèce végétale soit découverte au Japon, un pays où la flore a été largement étudiée et documentée. Néanmoins, le professeur SUETSUGU Kenji et ses associés ont récemment découvert une nouvelle espèce étonnante d’orchidée dont les pétales roses ont une ressemblance frappante avec la verrerie (Fig. 1). Depuis qu’elle a été initialement repérée près de l’île Hachijo dans la préfecture de Tokyo, la nouvelle espèce a reçu le nom de Spiranthes hachijoensis. Fait intéressant, on peut le trouver dans des environnements familiers tels que les pelouses et les parcs, et même dans les jardins privés et sur les balcons. Cette recherche suggère que d’autres nouvelles espèces pourraient se cacher dans des lieux communs, éliminant ainsi le besoin de s’aventurer dans des forêts tropicales humides éloignées pour les découvrir.

Le style Spiranthes englobe une variété captivante et magnifique d’orchidées, qui présentent un éventail de characteristics morphologiques distinctifs. Les fleurs sont généralement petites et blanches ou rosâtres, et disposées en spirale autour d’une tige centrale, d’où le surnom de “tresses de dames”. Spiranthes est l’orchidée la in addition familière au Japon et a été chérie pendant des siècles, apparaissant même dans le Manyoshu, la in addition ancienne anthologie de poésie existante au Japon. Pendant longtemps, on a cru que les Spiranthes du Japon continental constituaient une seule espèce : Spiranthes australis. Cependant, tout en menant des enquêtes de terrain approfondies axées sur des spécimens de Spiranthes japonais, Suetsugu a rencontré plusieurs populations d’un taxon inconnu de Spiranthes avec des tiges de fleurs sans poils, sur le continent japonais (Fig. 1). Le taxon inconnu pousse souvent aux côtés de S. australis mais fleurit approximativement un mois in addition tôt, entraînant ainsi un isolement reproductif entre les deux taxons. Étant donné que S. australis se caractérise par une tige florale velue, les individus glabres peuvent représenter une espèce méconnue. Par conséquent, Suetsugu et ses collègues se sont lancés dans une étude complète et multiforme de dix ans pour déterminer précisément en quoi ces plantes différaient. Des spécimens ont été prélevés à divers endroits au Japon, à Taïwan et au Laos.

En intégrant les résultats de l’analyse de l’ADN, de la morphologie, des observations sur le terrain et de la biologie de la copy, Suetsugu et ses associés ont découvert qu’il s’agit d’une espèce cryptique qui présente un niveau élevé de divergence moléculaire, bien qu’avec une différenciation morphologique minimale (Fig. 2). Le fait que le Spiranthes « commun » soit en réalité divisé en deux espèces risque de piquer la curiosité du grand general public. La découverte d’une nouvelle espèce de plante à fleurs au Japon est considérée comme un événement extraordinairement unusual puisque la flore de cette région a fait l’objet de recherches approfondies. Cependant, les nouvelles espèces signalées ici peuvent même pousser dans des environnements courants tels que les parcs et les pelouses. Certains spécimens utilisés pour décrire cette nouvelle espèce ont été collectés dans des jardins privés et des balcons. Cette découverte de nouvelles espèces dissimulées dans des lieux communs souligne la nécessité d’une exploration persistante, même dans des environnements apparemment banals  !

Cette recherche a été menée par une équipe multi-institutionnelle de chercheurs, comprenant le professeur Suetsugu (École supérieure des sciences, Université de Kobe), le professeur SUYAMA Yoshihisa (École supérieure des sciences agricoles, Université de Tohoku) et le Dr Tian-Chuan Hsu (Taiwan Forestry Institut de recherche). L’article a été publié en ligne dans le Journal of Plant Study le 17 mars 2023.

Informations sur la revueTitre :« Spiranthes hachijoensis (Orchidaceae), une nouvelle espèce au sein du complexe d’espèces S. sinensis au Japon, basée sur des preuves morphologiques, phylogénétiques et écologiques »EST CE QUE JE : 10.1007/s10265-023-01448-6Auteurs:Kenji Suetsugu, Shun K. Hirota, Hiroshi Hayakawa, Shohei Fujimori, Masayuki Ishibashi, Tian-Chuan Hsu, Yoshihisa SuyamaJournal :Journal de recherche sur les plantes