La visite de Lee Hee-ho en Corée du Nord confirmée, selon une source

L'ancienne Première dame de Corée du Sud, Lee Hee-ho, se rendra à Pyongyang du 5 au 8 août. Photo d'archives de Yonhap

L'ancienne Première dame de Corée du Sud, Lee Hee-ho, se rendra en Corée du Nord début août, a confirmé un représentant du Centre pour la paix Kim Dae-jung.

Kim Sung-jae, directeur du Centre pour la paix nommé d'après l'ancien président sud-coréen, a déclaré que Lee, 92 ans, devait visiter un hôpital pour enfants, une maternité et une crèche à Pyongyang, selon Voice of America.

Les projets de Lee de rencontrer le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un n'ont cependant pas été confirmés, mais Kim a déclaré au journal sud-coréen Donga Ilbo que son homologue nord-coréen n'avait pas exclu cette possibilité lors des discussions préliminaires lundi à Kaesong, en Corée du Nord.

La visite de Lee Hee-ho en Corée du Nord confirmée, selon une source

L'invitation adressée à l'ancienne première dame est venue directement de Kim Jong Un, et la Corée du Nord fait preuve d'une volonté inhabituelle d'accueillir Lee, qui avait annulé ses précédents voyages pour des raisons de santé.

Kim Sung-jae a déclaré que Pyongyang avait proposé une route aérienne de Séoul à Pyongyang exclusivement pour la visite de Lee. L'homologue nord-coréen de Kim, Maeng Kyong Il, a déclaré que Pyongyang était prêt à envoyer un avion Air Koryo, si nécessaire, pour transporter Lee et ses collaborateurs en Corée du Nord.

Au cours de sa visite, Kim Jong Un a demandé à Lee de séjourner à la maison d'hôtes d'État Baek Hwa Won de Corée du Nord, où le président sud-coréen Kim Dae-jung a été hébergé lors du sommet intercoréen de 2000.

Maeng a déclaré lundi à Kim que la Corée du Nord était toujours prête à entamer des négociations – et que c'était le gouvernement sud-coréen qui devait s'amender.

“Si tel est le cas, il n'y a aucune raison de ne pas parler”, a déclaré Maeng, selon Kim Sung-jae.

Chang Yong-seok, analyste à l'Institut pour la paix et l'unification de l'Université nationale de Séoul, a déclaré que la visite de Lee serait utilisée par la Corée du Nord pour renforcer l'image de Kim Jong Un en tant que leader favorable à l'unification.