Chaque album de Drake, classé du pire au meilleur – Rolling Stone

En attendant son nouvel album, retour sur son incroyable parcours jusqu’à présent

Après toutes ses années au sommet du monde, Drake combine toujours le yin et le yang du hip-hop, un véritable visionnaire musical. Quelle histoire : un enfant acteur de Toronto nommé Aubrey Graham joue Degrassi : The Subsequent Technology, sauf que sa carrière de rap l’amène au sein du groupe Young Dollars avec son mentor Lil Wayne. Drake est un idole pop à succès qui se double d’un guerrier du rap, ayant moreover de sentiments par mesure que quiconque dans le jeu, affichant en même temps sa vulnérabilité emo et sa bravade de voyou. (Devrions-nous même mentionner sa danse ?)

Drake est le roi de l’économie du streaming, refusant de prendre le contrôle de sa vie amoureuse ou d’éditer ses fichus albums. Il est le sage juif canadien le as well as profond à parler poétiquement du butin depuis Leonard Cohen. En attendant son nouvel album, voici un compte à rebours définitif de l’ensemble de sa discographie, classé. Attends, on rentre à la maison.

  • ‘Marge d’amélioration’

    Sa première mixtape, avec un titre si ridiculement autodérision qu’on se demandait s’il plaisantait ou s’il essayait simplement de réduire vos attentes. C’est vrai, il lui restait encore beaucoup à améliorer – d’une section, il était encore en practice de découvrir comment rapper. Mais « Video clip Lady » est le leading strike pop qui aurait pu être, tandis que « Try out More challenging » est un avant-goût de son style mature. « Parfois, j’ai l’impression que Lohan et Hilary Duff sont les seuls à en avoir assez / Pour ressentir ce que je m’apprête à dire dans cette chanson » – putain. Tout MC ayant le braveness de commencer une chanson comme celle-là était clairement un véritable authentic.

  • « Saison de retour »

    Seul Drake jouerait la carte du comeback sur sa deuxième mixtape. Dans Comeback Time, il passe de la belligérance du rap à la pop floss vehicle-parodique, comme dans « Asthma Workforce », lorsqu’il crie : « Arrêtez d’agir comme si les adolescentes étaient mon seul marché. » Comeback Year est son album le furthermore sac à dos, ouvertement influencé par des artistes underground comme Slum Village. Il fait un duo avec Phonte de Tiny Brother sur « Assume Good Feelings », sur un échantillon très Drake : la confiture de champagne des années 80 d’Anita Baker « Sweet Like ».

  • « Sa perte »

    Une collaboration avec 21 Savage, dans la foulée de leur great strike numéro un « Jimmy Cooks ». Mais cette énergie d’Atlanta by using Toronto ne se retrouve pas dans l’album. Sa perte semble simplement forcée et laborieuse, avec 21 personnes coincées dans un rôle de soutien. Il y a quelques times de choix, comme « Treacherous Twins » et « Loaded Flex ». Mais pas aussi ludique que la mixtape Drake/Long run What a Time to Be Alive – ou Honesty, Nevermind, quelques mois moreover tôt.

  • « Cassettes de démonstration de Dim Lane »

    Alors que l’industrie musicale était bloquée, Drizzy a comblé le vide avec un sac de croquis, d’expériences et de fuites SoundCloud. Darkish Lane Demo Tapes n’est pas destiné à être comparé à ses albums terminés : Qualified Lover Boy était encore dans un an. Mais cela montre toujours le génie musical distinctive de Drake. Il culmine avec « Agony 1993 », son duo infant-speak avec Playboi Carti. « Demons » cède le pas à Brooklyn Drill avec Fivio International et Sosa Geek, tandis que « War » fait de même pour Uk Drill avec AXL Beats. Il get there à Atlanta avec Younger Thug, Foreseeable future et Southside dans « D4L ». Et « Toosie Slide » n’est que Drake qui prouve qu’il peut susciter un engouement pour la danse TikTok à chaque fois qu’il en a envie.

  • ‘Remercie moi in addition tard’

    Les débuts officiels d’un nouveau phénomène pop, mais pas encore le « gâchis d’artiste en tant que professionnel » assuré qu’il était sur le position de devenir. Thank Me Later on était une vitrine pour des succès comme « Ideal I Ever Had ». Cela sonnait bien à la radio : dans le morne Top 40 de 2009, tout ce qui n’était pas les Black Eyed Peas était un soulagement. Mais Drake va additionally loin dans des morceaux comme « Karaoke », « The Resistance » et « Shut It Down ». Et c’est toujours vivifiant de l’entendre faire équipe avec Lil Wayne – on pourrait s’attendre à ce que Lil-Weezy-Ana soit aussi loin que attainable du Toronto de Drake, mais on dirait qu’ils viennent du même endroit.

  • « Vues »

    Un double album mixte, mais étrangement décevant compte tenu du nombre de hits qu’il y a garés dessus. Au second où il a abandonné Views, « Hotline Bling » était déjà un classique, mais personne ne pouvait ignorer qu’il avait démoli les 19 autres chansons qui l’entouraient. De nos jours, Sights ressemble furthermore à un essai à sec pour la portée pop mondiale de Additional Everyday living et Scorpion. Cependant, il n’y a pas de pas vers « Hotline Bling », le son de Drake épuisé par trop de clubbing, se cachant chez lui avec son vinyle soul grattant des années 70 à Miami, manquant cette fille qui porte moins et sort additionally.

  • Quel temps pour vivre

    Sa collaboration avec Foreseeable future est un superbe quickie : lâche et jetable de la meilleure des manières. Ils n’ont passé que six jours en studio pour réaliser celui-ci. Mais on dirait qu’ils ont également prévu du temps supplémentaire pour passer des soirées tardives au club de strip-tease, allongés deal with contre terre dans une flaque d’alcool et de pilules, dans le regret et la honte. Drake était sur une lancée : il venait de faire les mouvements puristes de If You happen to be Looking through This It really is Also Late, puis d’écraser Meek Mill dans l’une des grandes batailles de rap du siècle. Long term venait tout juste de sortir de DS2. Les deux stars se sentaient donc encore plus arrogantes que d’habitude, et ça se voit. Surtout quand il fléchit dans « 30 For 30 Freestyle » et « Jumpman », qui ont inspiré une interprétation de danse mémorable de Taylor Swift.

  • « Garçon amoureux certifié »

    Le Drake le additionally proche jamais atteint d’un album de comédie complet. Donc Qualified Lover Boy a toujours semé la discorde. Mais cela dépend vraiment de votre appétit pour la farce drakéenne en manner borsch-belt, à commencer par la couverture de l’album. « Girls Like Girls », « Fucking Fans », l’hommage de Right Reported Fred « Way 2 Sexy » – c’est tout. Quand il transforme « Michelle » des Beatles en « Champagne Poetry », c’est un grand minute de frivolité digne d’une Macca. (« Ce sont les jolis garçons contre les petits garçons », c’est tellement vrai.) Aucune blague n’est trop évidente pour Certified Lover Boy, mais c’est pourquoi certains d’entre nous la chérissent. C’est dommage que Rodney Dangerfield n’ait pas vécu assez longtemps pour faire un extended métrage.

  • ‘Plus de vie’

    Une « playlist » tentaculaire de 22 chansons – ou s’agit-il d’un album ? Une mixtape ? Une façon de vivre? Drake fait sa grande déclaration hip-hop yacht-pop mondiale sur Much more Lifestyle, avec son père sur la couverture ressemblant très à Ron Burgundy avec sa pipe et sa moustache. La vie était bien en avance sur son temps : le son s’améliore chaque année. C’est un vaste voyage plein de grooves tropicaux : le dancehall jamaïcain de « Blem », la property sud-africaine de « Get It Jointly ». « Passionfruit » est un club des années 80 avec son jeu de mots le as well as boudeur (« Passionné à des kilomètres de là / Passif avec les choses que tu dis/Passin’ up on my previous way ») Mais sa mère vole la vedette avec sa messagerie vocale : « Tu sais, chérie ». je suis un peu inquiet du ton négatif que j’entends dans votre voix ces jours-ci.

  • ‘Paquet de soins’

    Une compilation qui rassemble les morceaux que Drake a laissés derrière lui de 2010 à 2016, avec certains de ses morceaux de niveau A. « Paris Morton New music » a changé la donne pour lui en 2010, affichant son ennui stylish, se vantant : « Je parle plus habilement qu’un proxénète d’Augusta ». Le très apprécié « Jodeci Freestyle » est son duo SoundCloud de 2013 avec J. Cole, rendant hommage aux géants du R&B des années 90. (Il y a un autre grand hommage à Jodeci dans « How Bout Now ».) « Girls Like Beyoncé » s’incline devant la reine sur une boucle de « Say My Name ». Rapper sur Bey le fait méditer sur les raisons pour lesquelles il ne peut pas être un homme meilleur, une véritable ambiance proto-Lemonade. Une confession touchante : « J’ai besoin de quelqu’un avec qui je sors par la porte d’entrée. »

  • « Honnêtement, tant pis »

    Drake est un grand artiste pop automobile c’est un grand fan de pop, toujours assoiffé de nouveaux rythmes, de nouveaux sons, de nouveaux models. Honnêtement, Nevermind est son album le moreover complet à ce jour, produit par la légende sud-africaine de la household Black Espresso. Il mélange Baltimore et Jersey Club, Ghana et Atlanta, Lo-Fi Household et Higher Panic. « Large » est un rave banger avec le producteur Gordo, tandis que « Texts Go Green » est un journal classique en deux étapes de la misère de Drake. (« Je ne me souviens même pas quand nous nous sommes perdus / Était-ce l’année dernière ? Cette année ? Une autre ? » Essayez de vous concentrer, mec.) « J’ai tourné la web site il y a si longtemps », dit le gars qui n’a jamais quitté une selected dans sa vie. Honnêtement, Nevermind se déchaîne avec un vrai flair internationaliste.

  • « Jusqu’ici allé »

    La mixtape qui l’a mis sur la carte en tant que MC, sans parler de son ailier de manufacturing de longue date, Noah « 40 » Shebib. « Houstatlantavegas » est une chanson qui a contribué à définir l’énigme de Drake : introspective, misérable, mais aussi mesquine, braillarde et vehicle-sabotée. En d’autres termes, une introduction totalement précise au Drake que le monde finirait par connaître et aimer.

  • ‘Scorpion’

    Un double album shock, révélant as well as que quiconque n’avait vraiment besoin de savoir sur la passion et la douleur d’Aubrey G. Les titres vous disent d’où il vient : « In My Feelings », « I am Upset », « Jaded », « Emotionless »..» Comme d’habitude avec Drake, les gens se plaignaient que c’était beaucoup trop, mais avec ce style, c’est bien trop. « God’s Approach » a dominé le Sizzling 100 pendant 11 semaines, puis a été devancé par « Pleasant For What », qui est resté au sommet pendant 8 semaines. Drake s’est remplacé au n°1 avec « In My Feelings », qui a été n°1 pendant 10 semaines. Tant de grands moments : « Summertime Online games » est la synth-pop new wave des années 80, tandis que « Great For What » mélange le rebond de la Nouvelle-Orléans avec un crochet soul vintage de Lauryn Hill. Et quand il mord à l’hameçon de Pusha T et s’inquiète de la paternité, Drake convertit un L en W (ou au moins un T) comme lui seul peut le faire.

  • il est trop tard »

    La dernière selected à laquelle on s’attendait dans les premiers mois de 2015 : Drake form une mixtape de rap pure et very simple, jouant sur sa foundation de rap avec des coups de gueule comme « 10 Bands » et « Vitality ». (Même s’il a présenté If You might be Examining This It truly is Way too Late comme un mix brut pour la rue, il a quand même explosé et est devenu le seul million de vendeurs de 2015.) Il exprime ses griefs à gauche et à droite. Il se plaint de ses groupies : « J’ai des salopes qui me demandent le code du wi-fi. » Il se plaint du fait que le père d’une groupie ne lui envoie pas de information de remerciement pour le cadeau de Noël. Il se plaint même d’avoir conduit sa copine à son examen du barreau dans la neige. Vous êtes contrarié par le fait qu’il y ait de la neige à Toronto ? Voilà le summum de Drake.

  • ‘Rien n’était pareil’

    Son album déterminant, poussant toutes les ambiances à l’extrême. Émotionnellement, il passe très vite de à 100. Drake a atteint de nouveaux sommets avec le smash R&B « Keep On, We are Coming Dwelling », un gradual jam de Silent Storm avec Majid Jordan. « Begun From The Bottom » et « Tuscan Leather-based » claquent à la maison (« tous ces fantasmes des années 90 dans mon esprit « ), tandis que « Wu-tang Permanently » est tourné vers la romance. « Pire comportement » est son moment le as well as brutal, jusqu’au titre comiquement canadien. Qui d’autre pourrait s’en tirer avec « de l’argent pour la Bar Mitzvah comme mon nom de famille Mardochée » ? Practically nothing Was The Identical reste son album le in addition anormalement concis – du dernier moment de l’histoire où Drake avait une incitation commerciale à se retenir.

  • ‘Prends soin de toi’

    La grande percée créative de Drake, à partir de novembre 2011, l’a établi comme le MC able de passer de la rue au club en passant par le désastre des appels ivres après les heures normales sans rien perdre de lui-même en cours de route. Dans « Headlines » et « The Motto », il s’occupe de la fanfaronnade hip-hop. (« Botter fort, baiser des femmes, il n’y a pas grand chose à faire » – c’est vrai.) Mais une fois la fête terminée, il ouvre avec « Marvin’s Home », l’ultime confession de solitude de fin de soirée. Il contient également l’ultime lamentation drakéenne : « J’ai fait l’amour quatre fois cette semaine, je vais vous expliquer / J’ai du mal à m’adapter à la gloire. » Ses invités incluent Birdman, Kendrick, Nicki Minaj et la grand-mère de Drake. Le duo titre avec Rihanna dégage une tension érotique. Quelques années in addition tard, Drake faisait son entrée à la manner en tant que diva aux VMA pour prononcer un discours sur son béguin insatisfait pour Ri, alors qu’elle roulait simplement des yeux. Dans « Take Care », vous pouvez entendre tout cela venir.